Alonso gagne en confiance, Ocon fait la grimace

Sur un circuit de Sotchi ne cessant de s'assécher, Fernando Alonso a sécurisé la sixième place sur la grille de départ du Grand Prix de Russie. De son côté, Esteban Ocon n'a pas eu suffisamment de temps pour mettre ses pneus slicks en température.

Alonso gagne en confiance, Ocon fait la grimace

Il fallait remonter au Grand Prix des États-Unis 2014 pour trouver la dernière apparition de Fernando Alonso dans le top 6 en qualifications. Près de sept ans plus tard, le double Champion du monde s'est de nouveau immiscé dans la lutte pour les trois premières lignes de la grille de départ en décrochant le sixième temps des qualifications du Grand Prix de Russie.

Le résultat d'Alonso est d'autant plus surprenant qu'il a été décroché sur une piste humide, dans des conditions qui n'avaient, jusqu'à aujourd'hui, pas souri au pilote espagnol. Ce dernier a même estimé qu'une place dans le top 4 était possible sans une erreur de pilotage lors de sa dernière tentative.

"C'était une bonne surprise aujourd'hui", a commenté le pilote Alpine. "À Imola, nous n'étions pas compétitifs sous la pluie. À Spa, ce n'était pas mieux. Donc nous avions des doutes sur notre performance avec les intermédiaires ici [à Sotchi]. Nous avons été rapides, c'est une bonne nouvelle. Comme je l'ai souvent répété, il me manquait du temps de piste sous la pluie pour mon adaptation. Après Imola et Spa, je sens que nous gagnons en confiance lorsqu'il pleut."

"Sur le sec, il est toujours difficile de mettre un tour bout à bout. Je pense que nous aurions pu être quatrième avec un meilleur dernier secteur. J'ai roulé sur l'une des lignes blanches et c'était assez pour me faire perdre trois ou quatre dixièmes. Et je n'étais qu'à un dixième et demi de la quatrième place, donc c'était sûrement possible."

Lire aussi :

Les conditions changeantes et les pénalités ont donné une grille de départ très inhabituelle, menée par Lando Norris et conclue par Max Verstappen. Le Néerlandais a installé un quatrième moteur neuf et tentera de répéter sa performance au Grand Prix de Russie 2018, au cours duquel il s'était élancé 19e et avait franchi la ligne d'arrivée en cinquième position. Bien conscient des gros noms qui seront derrière lui sur la grille, Alonso s'attend à revivre une course de défense comme au Hungaroring mais choisira intelligemment ses adversaires.

"Attendons de voir. Bien entendu, il est très difficile de dépasser en Hongrie, donc je préfère défendre en Hongrie qu'en Russie avec les longues lignes droites. Bottas part derrière [nous], il sera difficile de le contenir. Verstappen va nous rattraper en course ; comme nous l'avons vu à Monza, Bottas est parti dernier et a fini sur le podium, donc je pense que [la remontée de] Verstappen sera similaire. Checo [Pérez] est neuvième aussi, donc nous partons sixième mais nous pouvons très rapidement être huitième ou neuvième", a expliqué l'Espagnol.

"Nous savons que tôt ou tard, nous finissons à notre position naturelle en course. Mais nous sommes prêts à nous battre pour les points. Nos principaux adversaires au classement général sont Aston Martin et AlphaTauri. Nous partons devant eux et nous voulons finir devant eux. Il y a d'autres adversaires qui ne font pas partie de notre course."

Ocon en manque de réussite

Une nouvelle apparition en Q3 est une bonne performance pour Esteban Ocon, néanmoins elle a un goût amer pour le Français. Le coéquipier d'Alonso n'a pas été en mesure de maximiser la performance de l'A521 en raison de l'arrêt tardif pour monter les pneus slicks et de la difficulté à mettre ces gommes en température.

"Ça a été de bonnes Q1 et Q2. En Q3 on a loupé une opportunité, on n'a pas optimisé cette séance. Mon meilleur tour a été fait avec les pneus intermédiaires usés [utilisés en Q2] donc il y avait beaucoup de chrono à venir pour nous en Q3", a déploré Ocon. "Je n'ai pas pu améliorer lorsque l'on a mis [les pneus tendres]. Sur un tour, c'était impossible de le faire. Avec Hamilton, avec Bottas, avec Pérez, j'ai été l'une des voitures à adopter cette stratégie, et puis ça n'était pas la bonne chose à faire."

"Le positif, c'est qu'il y ait les deux voitures dans le top 10. C'est toujours bon pour le départ. Mais ça aurait pu être mieux de notre côté. Il y a des opportunités qui peuvent se créer [au départ], on ne sait pas si ça sera sec ou non demain, mais il y a toujours des choses qui se passent ici [à Sotchi]."

partages
commentaires

Voir aussi :

Hamilton à la faute : "Vraiment rien à voir avec la pression"

Article précédent

Hamilton à la faute : "Vraiment rien à voir avec la pression"

Article suivant

Duels en qualifications : le point après le GP de Russie 2021

Duels en qualifications : le point après le GP de Russie 2021
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021