Alonso - Les petites équipes sont trop protégées en F1

Selon Fernando Alonso, la préoccupation principale des décideurs de la Formule 1 ne devrait pas être la protection des petites équipes mais le spectacle.

Depuis plusieurs années, la F1 a introduit des mesures drastiques dans le but d’abaisser les coûts pour les écuries alors que les années 2000 ont été marquées par une véritable course à l’armement et une explosion des dépenses.

Qu’il s’agisse des essais privés, du travail en soufflerie ou du personnel autorisé sur les Grands Prix, les limitations ont touché énormément de domaines. En 2016, par exemple, ce sont deux sessions d’essais hivernaux auxquelles les équipes auront droit pour mettre au point leur monoplace avant le premier GP, contre trois auparavant. 

Alonso veut la F1 des années 2000

En vue de 2017, une véritable révolution réglementaire devrait avoir lieu pour permettre aux monoplaces d’être plus rapides de cinq secondes.

Et quand il est demandé à Fernando Alonso ce qu’il souhaiterait pour la Formule 1, sa réponse est claire : "De plus gros moteurs, plus de puissance, plus d’aéro, plus de liberté de développement pour les équipes et plus de tests. Je crois que ça ressemble à ce qu’était la F1 il y a peut-être 10 ans."

Au moment de ses deux titres, en 2005 et 2006, l'Espagnol disposait de monoplaces dotées de moteurs V10 puis V8 dont le nombre était limité à un pour deux week-ends de course, à une époque où les essais en dehors des Grands Prix commençaient seulement à être légèrement réduits et où les réglementations aérodynamiques étaient plus souples qu'actuellement.

"Je sais que parfois c’était plus cher, ce dont je doute parce qu’aujourd’hui la technologie des simulateurs et d’autres technologies augmentent les coûts."

Selon le double Champion du Monde, la protection des petites structures ne devrait pas être une priorité : "Si certaines équipes ne peuvent pas s’offrir des essais, c’est leur problème, c’est la nature du sport. Le Real Madrid peut acheter certains joueurs et d’autres équipes ne peuvent pas. Ils ne peuvent pas s’excuser pour cela."

"En F1, il y a toujours le besoin de protéger les petites équipes et parfois, si elles ne peuvent pas faire d’essais, elles ne peuvent pas faire d’essais."

La difficile recette du spectacle

S’il estime que des monoplaces plus véloces seraient un élément important pour le spectacle, il ne va pas jusqu’à affirmer que les courses seraient meilleures qu’actuellement.

"Les attentes sont d’avoir une voiture de F1 rapide parce qu’actuellement nous avons des voitures de F1 lentes. Une F1 rapide donnera un meilleur spectacle pour les gens qui regardent la course."

"Mais pour avoir de meilleures courses, il est difficile de savoir ce dont vous avez besoin. Si vous regardez cette année, vous avez peut-être quatre ou cinq courses ennuyantes ou rien ne se passe et puis soudainement deux courses qui sont spectaculaires et rien n’a changé."

"Ce sont les mêmes voitures et les mêmes équipes. Même au niveau du circuit, une année vous voyez une course ennuyante et l’année suivante c’est spectaculaire."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Fernando Alonso
Type d'article Actualités
Tags coûts, déclaration, réglement, économie