Alonso - Les roues découvertes des F1 accentuent la projection d'eau

partages
commentaires
Alonso - Les roues découvertes des F1 accentuent la projection d'eau
Par : Fabien Gaillard
16 déc. 2016 à 12:30

Se penchant sur la question des courses disputées sous la pluie, Fernando Alonso estime que des solutions devraient être étudiées pour remédier au problème sans nuire à la compétition, notamment en évaluant des systèmes spécifiques.

Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso STR11
Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Fernando Alonso, McLaren avec la presse
La voiture de sécurité
Valtteri Bottas, Williams FW38, Felipe Massa, Williams FW38
Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Max Verstappen, Red Bull Racing RB12 et son coéquipier Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12
Pirelli tyres
Felipe Massa, Williams FW38
Pirelli tyre

Cette saison, plusieurs courses se sont disputées dans des conditions pluvieuses, les plus marquantes étant les Grands Prix de Monaco, de Grande-Bretagne et du Brésil, qui ont tous démarré sous régime de voiture de sécurité en raison d'une piste trop humide.

Ces situations n'ont pas été sans poser la question du spectacle, notamment concernant le fait de voir des monoplaces défiler pendant plusieurs tours derrière la voiture de sécurité avant d'être lancées, au point de précipiter une modification réglementaire qui entrera en vigueur dès 2017 : l'apparition de départs arrêtés après Safety Car une fois que la piste est jugée praticable.

De même, le comportement des pneus Cinturato proposés par Pirelli a été mis en cause, beaucoup - parmi les pilotes notamment - reprochant à la marque italienne de ne pas produire de gommes suffisamment performantes dans ces conditions.

L'autre difficulté, sur le plan sécuritaire, est la problématique de la visibilité et particulièrement dans le sillage des monoplaces. En effet, dans des conditions pluvieuses, les pneus pluie et intermédiaires sont conçus pour évacuer une quantité plus ou moins importante d'eau qui passe entre les sculptures.

Or, cette eau projetée du pneu à haute vitesse est soulevée dans l'air puis retombe en fines gouttelettes qui créent un brouillard de plus en plus dense à mesure que les passages de F1 se multiplient sur une courte période.

"Ça a toujours été risqué, plus imprévisible, il y a toujours des accidents qui arrivent sur le mouillé, la faible visibilité, mais ça fait partie de la discipline, je ne pense pas que ça va disparaître", explique Fernando Alonso.

Selon lui, malgré tout, c'est un domaine dans lequel il faudrait travailler pour améliorer les choses, tout comme celui de la qualité des pneus. "Ce que nous avons besoin d’apprendre des courses au Brésil est qu’il faut une meilleure visibilité, si possible. Des systèmes, des idées différentes qui peuvent empêcher le spray des voitures."

"Si on regarde les courses de GT, ils n’ont pas ce spray car leurs roues ne sont pas complètement découvertes. Je pense qu’il y a des choses que nous devrions envisager à l’avenir pour améliorer la situation et la visibilité, et aussi en matière de performance du pneu parce que je cours depuis 16 ans au Brésil, avec beaucoup de courses sur piste humide, et je n’ai jamais vu un tête-à-queue au milieu de la ligne droite [en référence à celui de Kimi Räikkönen à Interlagos cette saison, ndlr]."

L'an prochain, les gommes Pirelli seront plus larges. Or le risque, avec une surface de contact plus importante, est que le "spray" soit encore accentué. Une situation qui pourrait potentiellement empirer les choses.

"Peut-être que l’année prochaine ça sera pire, car les pneus seront un petit peu différents, donc il est possible que ce soit encore pire. Mais je ne pense pas que la visibilité sera différente par rapport à avant."

Pour rappel, Pirelli a disposé cette année d'un véritable programme d'essais de pneus pour la saison 2017 avec 24 journées (en fait, 22 journées mais la dernière voyait trois écuries en même temps sur la piste, à Abu Dhabi, donc compte triple), dont six disputées volontairement sur piste humide et deux autres initialement prévues sur le sec et qui se sont déroulées sous la pluie, à Barcelone, en octobre.

Article suivant
Allemagne 2010 - Smedley se livre sur les consignes de Ferrari à Massa

Article précédent

Allemagne 2010 - Smedley se livre sur les consignes de Ferrari à Massa

Article suivant

Force India - Le Groupe Stratégique "injuste" s'oppose à plus de CFD

Force India - Le Groupe Stratégique "injuste" s'oppose à plus de CFD
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP du Brésil
Catégorie Course
Lieu Autódromo José Carlos Pace
Pilotes Fernando Alonso Boutique
Équipes McLaren Boutique
Auteur Fabien Gaillard
Type d'article Actualités