Actualités
Formule 1 GP d'Azerbaïdjan

Alonso : "La meilleure course de ma vie"

"C'est la meilleure course de ma vie". Cette rengaine est la marque de fabrique de Fernando Alonso. Il décrit ainsi sa prestation au Grand Prix d'Azerbaïdjan, qu'il a terminé septième malgré un accrochage au premier tour.

Fernando Alonso, McLaren MCL33, victime d'une crevaison au premier tour
Fernando Alonso, McLaren MCL33, victime d'une crevaison au premier tour
Fernando Alonso, McLaren MCL33 Renault, sort des stands
Fernando Alonso, McLaren, sur la grille
Fernando Alonso, McLaren MCL33 Renault, revient au stand avec des dégâts
Lance Stroll, Williams FW41 devant Fernando Alonso, McLaren MCL33
Fernando Alonso, McLaren MCL33
Fernando Alonso, McLaren, et Stoffel Vandoorne, McLaren
Fernando Alonso, McLaren MCL33 faits des étincelles
Fernando Alonso, McLaren MCL33 Renault
Fernando Alonso, McLaren MCL33 Renault
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL33 Renault, devant Fernando Alonso, McLaren MCL33 Renault

Il est vrai que cette septième place à Bakou n'était pas gagnée pour Fernando Alonso. Accroché par la Williams de Sergey Sirotkin au premier tour, le pilote McLaren a subi deux crevaisons, ainsi qu'un aileron avant et d'autres pièces endommagés. Il est toutefois parvenu à rallier son stand tant bien que mal pour effectuer les réparations nécessaires.

L'intervention de la voiture de sécurité a permis à Alonso de rester au contact du peloton, et l'Espagnol s'est alors lancé dans un relais de 39 tours avant de profiter de la deuxième neutralisation pour effectuer un deuxième arrêt. Profitant de l'abandon des Red Bull, de Grosjean et de Bottas en fin de course, il s'est également défait de Stroll pour accrocher la septième place.

"C'est très fou", commente Alonso. "Une autre septième place, mais je pense qu'aujourd'hui, c'est le résultat de la persévérance et de l'orgueil, car je pense que personne n'aurait atteint la voie des stands en premier lieu. Ils auraient garé la voiture et s'ils avaient pu atteindre la voie des stands, ils auraient abandonné. Mais nous ne nous sommes pas garés, nous n'avons pas abandonné."

"J'ai atteint la voie des stands grâce à un miracle. Il me manquait deux roues, l'aileron avant, le fond plat. Ils ont changé les pneus et m'ont dit que la voiture était fortement endommagée, donc j'ai pensé que je ne parviendrais pas à finir ou que je serais très lent. Mais j'ai commencé à dépasser des voitures, et avec la voiture de sécurité, j'ai gagné des places à la fin. Nous nous sommes battus pour chaque dixième, chaque tour, près des murs toute la course, et je pense que c'était la meilleure course de ma vie."

Lorsqu'il lui est demandé combien de temps ces dégâts lui faisaient perdre, Alonso répond : "Je ne sais pas. Je n'ai pas vu la voiture ni parlé à l'équipe, mais ils m'ont dit que ce n'était pas négligeable, et quand ils disent ça, d'habitude, c'est une mauvaise nouvelle. Parce que quand ce n'est pas grand-chose, ils disent qu'il n'y a qu'un aileron endommagé et que ça ne devrait pas être un problème. Quand ils ont dit que ce n'était pas négligeable, j'ai craint le pire. C'est un résultat surprenant avec une voiture endommagée."

Toujours est-il que c'est un quatrième top 7 en autant de courses cette saison. L'Ibère consolide ainsi sa sixième place au championnat, avec 28 points au compteur.

"Après-midi de folie" pour Vandoorne

Quant à Stoffel Vandoorne, il était avant-dernier lorsque la voiture de sécurité est intervenue au 40e tour, lui permettant de chausser des gommes neuves et de remonter dans les points, à la neuvième place... malgré quatre arrêts au stand.

"Quel après-midi de folie !" s'exclame le Belge. "Cette course est généralement un peu folle, et nous l'avons encore vu aujourd'hui. À mi-course, je crois que j'étais dernier, et il n'y avait aucune chance de faire marcher quelque chose. Puis le Safety Car est sorti ; j'ai pris la bonne décision de mettre des pneus chauds quand tout le monde semblait être à la peine avec la mise en température des pneus. Être derrière à ce stade n'était pas forcément une mauvaise chose : au restart, je me sentais confiant, je suis arrivé à dépasser quelques voitures et je me suis hissé dans les points."

"Nous manquons encore de vitesse de pointe, et il était donc difficile d'attaquer ou de défendre lors de cette course ; par conséquent, nous avons encore du travail à faire dans ce domaine. Cependant, je suis satisfait que nous ayons marqué de nouveaux points ce week-end."

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Sur son nuage, Charles Leclerc peine à réaliser
Article suivant Crash de Grosjean : "J'ai accidentellement appuyé sur un bouton"

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France