Alonso retrouve son pain quotidien et les difficultés qui vont avec

L'Espagnol sera de retour le week-end prochain dans le baquet de sa McLaren-Honda, après l'avoir confiée à Jenson Button le temps d'un Grand Prix.

La parenthèse est terminée pour Fernando Alonso. Après avoir manqué le Grand Prix de Monaco pour participer aux 500 Miles d'Indianapolis, où il a abandonné sur casse moteur après avoir impressionné pendant la majeure partie de l'épreuve, le double Champion du monde va retrouver son pain quotidien : la Formule 1.

S'il a assuré les Américains de son retour au volant d'une IndyCar sur l'ovale le plus célèbre du monde, Alonso est désormais pleinement re-concentré sur le travail qui l'attend avec McLaren-Honda. Ce sera tout sauf une partie de plaisir, sur un circuit Gilles Villeneuve où la MCL32 risque de souffir. Plus particulièrement son unité de puissance…

"L'Indy 500 a été une incroyable expérience, et c'était extraordinaire d'apprendre un style de pilotage complètement différent, sur un circuit différent et avec une voiture très différente", reconnaît Alonso. "Mais je suis prêt à revenir à mon travail quotidien et à courir de nouveau en F1."

"Le tracé du Circuit Gilles Villeneuve est très dépendant de la puissance moteur et de la vitesse en ligne droite. Ça ne va pas convenir autant à notre voiture que les virages lents et sinueux de Monaco, mais je suis enthousiaste à l'idée de retrouver le baquet de la MCL32, de rattraper le temps perdu avec les gars et les filles de l'équipe et de revenir en piste."

Tout sauf le tracé idéal pour Honda

Il est inutile de rappeler à quel point le début de saison de McLaren-Honda est compliqué et pénible jusqu'à présent. À Monaco, les caractéristiques du tracé auraient dû permettre à l'écurie de Woking d'inscrire ses premiers points au championnat en 2017, mais la course rapidement compromis de Jenson Button et la sortie de piste de Stoffel Vandoorne en fin de Grand Prix ont coûté cher. Pourtant, le potentiel était bien au rendez-vous. Comme le prédit Alonso, ce sera une autre histoire sur le tracé de l'île Notre-Dame le week-end prochain.

"Bien sûr, nous sommes très impatients de voir Fernando revenir dans la voiture pour le Canada après son aventure à l'Indy 500", se réjouit le directeur de la compétition, Éric Boullier. "Ce qu'il a accompli en quelques semaines seulement était phénoménal, et toute l'équipe est impatiente de rattraper le temps perdu avec lui et de le féliciter pour sa performance extrêmement impressionnante."

"Le circuit sera compliqué et notre package va probablement moins y briller, mais nous travaillerons aussi fort que possible pour maximiser ce dont nous disposons et pour tirer un avantage de chaque opportunité en piste."

McLaren est également dans l'attente de la décision de Honda quant à l'utilisation ou non d'une unité de puissance évoluée. Le motoriste japonais a reconnu que le timing était très serré pour espérer l'introduire dès le Grand Prix du Canada, préférant s'assurer de réaliser les derniers ajustements et les dernières vérifications de manière optimale. "Avec sa nature portée sur la puissance moteur, un rythme accélération/freinage, une surface abrasive et de longues lignes droites, il ne fait aucun doute que ce sera de nouveau un week-end de course difficile pour nous", ne cache pas Yusuke Hasegawa, directeur du programme F1 de Honda.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP du Canada
Circuit Circuit Gilles-Villeneuve
Pilotes Fernando Alonso
Équipes McLaren
Type d'article Preview
Tags fiabilité, honda