Alonso se remémore les V10 avoisinant les 1000cv

Fernando Alonso a connu les motorisations V10 et V8 avant de voir le V6 Turbo hybride prendre les commandes en Formule 1

Fernando Alonso a connu les motorisations V10 et V8 avant de voir le V6 Turbo hybride prendre les commandes en Formule 1. Pour le pilote espagnol, la meilleure ère est incontestablement celle du V10 et de sa sonorité puissante, quand celui-ci était associé à des monoplaces plus légères et disposant de plus de puissance qu’aujourd’hui.

Malgré tout, le Double Champion du Monde estime que chaque période a apporté son intérêt dans le cockpit.

La vérité est que toutes les ères sont différentes et restent uniques pour leur contexte temporel”, décrit le nouveau pilote McLaren. “Personnellement, je n’en ai expérimenté 'que' trois : l’ère du V10, quand j’ai débuté ma carrière jusqu’en 2005 ; puis de 2006 à 2010 avec les V8, qui avaient toujours un bon niveau de performance pour la voiture ; et enfin l’ère de 2010 à aujourd’hui, avec l’introduction des pneus Pirelli qui ont changé un petit peu le style de pilotage”.

Mais le V10 remporte la palme dans le coeur de l'Espagnol.

Dans tous les cas, des trois, je choisirais la première [ère], de quand nous avions des voitures très rapides et légères, pesant souvent de 150 à 200 kg de moins que les actuelles, avec presque 1000 cv. Ces années sont définitivement celles qui m’ont procuré le plus d’excitation”.

En 2005, c’est avec un bloc V10 Renault qu’Alonso a remporté sa couronne mondiale.

En regardant en arrière, c’est difficile de choisir une ère. Dans les années 1990, les voitures avaient une belle allure, esthétiquement parlant, mais je n’aurais pas su les piloter. C’est donc dur de choisir ! Mais l’ère du V10 reste la plus intéressante pour moi”.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Fernando Alonso
Équipes McLaren
Type d'article Actualités