Alonso : C'était "trop facile" pour Hamilton !

Lewis Hamilton a continué d'écrire l'Histoire de la Formule 1, ce dimanche à Mexico, avec un quatrième titre mondial. Double Champion du monde, Fernando Alonso estime toutefois que son ancien coéquipier a eu la vie "trop facile".

 Alonso : C'était "trop facile" pour Hamilton !
Lewis Hamilton, Mercedes-Benz F1 W08
Le Champion du monde 2017 Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1
Le Champion du monde 2017 Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1
Lewis Hamilton, Mercedes-Benz F1 W08
Le Champion du monde 2017 Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1
Le Champion du monde 2017 Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1
Fernando Alonso, McLaren, avec un Sombrero
Marcus Ericsson, Sauber C36 et Fernando Alonso, McLaren MCL32 battle
Fernando Alonso, McLaren MCL32et Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17 en lutte
Fernando Alonso, McLaren MCL32et Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17 en lutte
Fernando Alonso, McLaren MCL32 et Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17 en lutte
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08, Fernando Alonso, McLaren MCL32

Après trois saisons de suprématie sans partage, Mercedes a pourtant subi la concurrence de Ferrari en 2017, et c'est une lutte pour le titre passionnante qui s'annonçait entre Lewis Hamilton et Sebastian Vettel jusqu'à la trêve estivale, au moment de laquelle ce dernier comptait même 14 points d'avance en tête du championnat. Une série de victoires de Hamilton, tandis que Vettel subissait plusieurs abandons, a toutefois scellé le sacre bien plus tôt qu'on ne l'aurait imaginé.

D'après Alonso, Hamilton a toutefois bénéficié de l'absence d'un coéquipier qui affiche un niveau de performance similaire : ces dernières années, l'actuel retraité Nico Rosberg lui avait rendu la tâche particulièrement difficile, jusqu'à remporter le titre 2016.

"C'était très facile cette année, pas de rivaux", estime Alonso. "L'an dernier il a eu Nico jusqu'à la dernière course, ils se battaient à chaque course."

Le pilote McLaren se sent pousser des ailes suite à l'accord de son écurie avec Renault pour la fourniture moteur 2018, convaincu que la MCL32 est déjà le meilleur châssis du plateau, et semble croire en ses chances de titre concernant la saison prochaine.

"Cette année, c'était trop facile", répète Alonso. "Mercedes Champion des constructeurs quatre courses avant la fin, Hamilton Champion des pilotes trois courses avant la fin. L'an prochain, avec McLaren-Renault, ce ne sera pas si facile pour lui."

Un point pour Alonso

Dix-huitième sur la grille de départ à cause de pénalités moteur, l'Ibère a profité des nombreux incidents et abandons pour se hisser dans le top 10 dès le 18e tour de course, et il s'y est maintenu avec succès, marquant un petit point qui porte son compteur à 11 unités.

"Je pense que c'était bien", poursuit-il. "Nous sommes partis derniers et nous avons fini dans les points, ce qui est un bon objectif pour nous. Je pense que nous avions la vitesse tout le week-end, la voiture était toujours très agréable à piloter, très maniable et bien équilibrée tout au long de la course."

"Je pense que nous manquons un peu de vitesse de pointe pour attaquer ou pour défendre, donc nous avons été coincés derrière la Sauber [de Marcus Ericsson] pendant la moitié de la course [dix tours plus précisément, ndlr], puis nous n'avons pas pu doubler Magnussen. Et nous sommes très vulnérables quand il y a une voiture juste derrière nous."

En effet coincé derrière la Haas de Kevin Magnussen à partir du 52e des 70 tours parcourus, Alonso a dû résister au retour de Lewis Hamilton. Les deux champions ont connu une bataille acharnée, se retrouvant roue contre roue à plusieurs reprises, mais Hamilton a trouvé l'ouverture pour la neuvième place à quelques boucles du but.

"À la fin avec Hamilton, dès qu'on commence à se battre, on manque un peu de vitesse de pointe. Nous avons essayé de freiner un peu plus tard à chaque fois, de défendre la position, mais ça n'a pas été possible."

Lorsqu'il lui est demandé s'il a profité de cette bataille pour rappeler son existence à Hamilton, Alonso répond : "Je pense qu'il le sait, il le sait. Il sait aussi à quel point la McLaren est bonne dans les virages, il l'a vu aujourd'hui. J'espère que l'an prochain, nous pourrons lui donner du fil à retordre."

partages
commentaires
Verstappen prépare sa rampe de lancement pour 2018

Article précédent

Verstappen prépare sa rampe de lancement pour 2018

Article suivant

Nouvelle déconvenue pour Ricciardo, lâché par son moteur

Nouvelle déconvenue pour Ricciardo, lâché par son moteur
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021