Alonso est "triste" mais a toujours des rêves en F1

Une fois de plus trahi par l'unité de puissance Honda, le pilote espagnol n'a même pas pu prendre le départ du Grand Prix de Russie.

Alonso est "triste" mais a toujours des rêves en F1
Fernando Alonso, McLaren MCL32
Fernando Alonso, McLaren
Fernando Alonso, McLaren MCL32
Fernando Alonso, McLaren MCL32
Une Grid Girl tient le panneau de Fernando Alonso
Fernando Alonso, McLaren MCL32
Fernando Alonso, McLaren MCL32
Fernando Alonso, McLaren MCL32
Fernando Alonso, McLaren MCL32
Charger le lecteur audio

Alors qu'il n'a toujours pas vu le drapeau à damier cette année, Fernando Alonso n'a même pas pu prendre le départ du Grand Prix de Russie. Victime de soucis électroniques durant le tour de formation, une nouvelle fois liés à l'unité de puissance Honda, le pilote McLaren a vu sa MCL32 s'immobiliser à l'entrée de la voie des stands.

Après avoir regagné son garage à pied, trahi par l'ERS du bloc japonais, l'Espagnol a assisté à la course en spectateur, impuissant face à une situation forcément délicate à vivre.

"C'est triste, mais il n'y a rien que je puisse faire", déplore-t-il. "Dès que nous avons débuté le tour de formation, nous n'avions pas la puissance normale. Ils m'ont demandé de changer certaines choses sur le volant pour essayer de récupérer l'ERS, mais il n'y avait rien à faire et, à la fin du tour, la voiture s'est arrêtée. Nous n'avons même pas pu prendre le départ de la course."

"Je me sens mal. Nous voulions tous être là, mais ça arrive. C'est le sport. Quand on est ici, on veut courir, que peut-on faire ? Ça ne dépend pas de moi. J'espère qu'ils [Honda] pourront régler ça aussi rapidement que possible, car nous n'avons pas terminé une course cette année, et nous n'avons même pas pu participer à celle-ci, donc il y a des choses à améliorer."

Pour McLaren-Honda, il s'agit de la deuxième course consécutive où une des deux monoplaces ne peut pas prendre le départ, puisque Stoffel Vandoorne avait vécu pareille mésaventure à Bahreïn.

"Je partage la frustration de Fernando", regrette Éric Boullier, directeur de la compétition de McLaren. "Ce n'est pas acceptable de débuter pour la deuxième fois consécutive un Grand Prix avec seulement une voiture, et nous devons corriger ça immédiatement. Il est naturellement déçu, mais les choses vont s'améliorer."

Première parenthèse à Indianapolis

Pour Alonso, un nouveau chapitre s'ouvre, puisqu'il s'envole dès à présent pour les Etats-Unis, où il effectuera ses premiers essais en IndyCar mercredi prochain, pour préparer sa participation aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais pas question de reléguer la Formule 1 au second plan.

"C'est bien d'avoir Indy dans la tête maintenant, il y a beaucoup d'autres projets, dont l'école de karting, qui m'occupent", explique-t-il. "Mais ma vie et mes rêves sont en Formule 1. J'ai toujours été en Formule 1. Il faut trouver comment améliorer la situation."

"Ça fait mal, parce qu'on se prépare pendant tout l'hiver pour cette nouvelle réglementation. Mais là, après les premières courses, on ne s'attendait pas à jouer le podium."

partages
commentaires
Hamilton : Mon Grand Prix le plus dur depuis Bakou 2016
Article précédent

Hamilton : Mon Grand Prix le plus dur depuis Bakou 2016

Article suivant

Hülkenberg dans le top 8 avec une stratégie audacieuse

Hülkenberg dans le top 8 avec une stratégie audacieuse
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021