Alonso trouve Renault en manque de confiance

Fernando Alonso pense que la mauvaise saison 2007 de Renault a affecté le moral des troupes qui semblent désormais manquer de confiance

Fernando Alonso pense que la mauvaise saison 2007 de Renault a affecté le moral des troupes qui semblent désormais manquer de confiance.

En effet, après avoir gagné les championnats constructeurs et pilotes en 2005 et 2006, l'écurie française n'a obtenu qu'un seul podium la saison passée et ne s'est hissée qu'au troisième rang mondial.

Cependant, l'espagnol est persuadé qu'en lui laissant du temps, l'équipe retrouvera petit à petit sa confiance.

"Il y a deux ans, l'équipe avait plus confiance en ses capacités. Maintenant, dès qu'une nouveauté est apportée à la voiture, ils croisent les doigts. C'est directement dû à une mauvaise saison 2007," a-t-il confié à la Gazetta dello Sport.

Malgré tout, Alonso croit en Renault. Selon lui, l'écurie française est capable de revenir au niveau des meilleures, à l'image de leur progression à partir de la mi-saison 2004. Il a également cité l'exemple de son ancienne équipe McLaren, qui a réussi à faire un bond en avant dans la hiérarchie en 2007.

"En 2004, nous avions quelques problèmes et l'année suivante, nous avons remporté le titre. Je suis convaincu qu'ils peuvent recommencer, ils savent comment s'y prendre. Cela aurait été plus risqué dans une autre équipe pour moi."

"Quand je suis arrivé chez McLaren l'an passé, ils avaient beaucoup de mal à entrer dans le Top 10. Et en février, avant de nous rendre en Australie, ils ne pouvaient pas imaginer que nous serions rapides au point de gagner la deuxième course," a-t-il ajouté.

"Intégrer une équipe est un défi à relever car comment pouvez-vous savoir ce qui se passera la saison suivante au mois de novembre ? Evidemment, je me sens bien ici. Mais j'aimerais gagner, avoir à ma disposition une voiture plus rapide d'une seconde que les autres. Je ne crois pas que j'apprécierais de toujours finir dixième."

En revanche, Alonso a avoué que refaire son retard est désormais plus difficile pour les équipes avec le gel des moteurs et le passage au manufacturier unique de pneumatiques.

"Nous devenons une sorte de GP2 : mêmes pneumatiques, mêmes moteurs. Nous n'avons plus la meilleure technologie. Et si vous avez une voiture qui n'est pas rapide l'hiver, vous devez faire avec toute la saison," a conclu le taureau des Asturies.

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Fernando Alonso
Équipes McLaren
Type d'article Actualités