Alonso : "Ma valeur marchande n'a jamais été si élevée"

Les abandons se succèdent, à quelques exceptions près, et l'auto-promo se poursuit pour Fernando Alonso.

Dans une période où son avenir en F1 alimente tous les fantasmes, Fernando Alonso continue les déclarations parfois mystérieuses, parfois étonnantes, parfois difficiles à comprendre. Sur fond de rumeur citant Williams comme une piste possible pour 2018, le double Champion du monde en a remis une petite couche à l'issue du Grand Prix de Belgique, lors duquel il a vécu un nouveau calvaire à cause du moteur Honda.

Il a beau assurer qu'il ne va pas "exploser", l'Espagnol a été entendu à plusieurs reprises avec un ton véhément dans sa radio, alors qu'il subissait des dépassements de toutes parts en ligne droite, sans possibilité de réagir. "Embarrasant, très embarrassant", a-t-il notamment lâché à son équipe avant de demander à ne plus être dérangé par radio : "Je ne me soucie pas des écarts. Ce sont juste des essais."

Finalement, un énième problème de fiabilité sur l'unité de puissance Honda l'a contraint à mettre pied à terre. Et pourtant, le plaisir serait toujours au rendez-vous, et ses propos laissent entendre son intention de rester d'une manière ou d'une autre dans la catégorie reine plutôt que d'aller voir ailleurs dans un autre championnat l'an prochain.

"Je crois que ma valeur marchande n'a jamais été aussi élevée qu'actuellement, vu les offres que je reçois, c'est bien", assure-t-il ce dimanche. Des qualités qu'il ne cesse de clamer et de mettre en avant, mais qui ne lui ont pourtant pas ouvert les portes de l'un des trois top teams pour 2018.

"Je pense que nous envisagerons toutes les options, mais nous avons fait des qualifications fantastiques, pris un départ fantastique, et nous avons gagné beaucoup de Grands Prix dans nos carrières respectives", ajoute-t-il quant à sa collaboration avec McLaren. "L'équipe travaille beaucoup. Je sais que les gars ont très peu dormi ce week-end, alors merci à tous pour les efforts."

Honda toujours plus montré du doigt

Une fois de plus, c'est le bloc Honda qui est pointé du doigt. Celui-là même qui, selon les dires d'Alonso, a coûté rien de moins que la première et la deuxième place sur la grille de départ samedi après-midi. De nouveau, l'interrogation autour de la motorisation 2018 semble liée à la décision définitive du natif d'Oviedo.

"Il faut seulement un changement", martèle-t-il. "Je pense qu'il y a de nombreuses réponses, et nous devons les trouver. Ils ne regarderont pas le ciel. Nous devons nous réunir et travailler dessus, et j'espère que nous trouverons la meilleure solution pour l'année prochaine."

"Je pense que nous verrons ce qui se passera dans les deux prochaines semaines. Je suis heureux avec l'équipe. Nous avons connu trois saisons difficiles jusqu'à présent, mais McLaren est l'une des meilleures équipes au monde et je serais heureux de continuer à travailler avec eux, mais nous devons voir comment les choses vont évoluer dans les prochaines semaines."

Des offres sur la table et de l'auto-promo, mais pour convaincre qui ? Il semble plutôt que l'ancien pilote Ferrari soit celui qu'il faut convaincre pour continuer avec McLaren, qui apparaît presque comme la seule solution crédible pour le moment. 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Belgique
Sous-évènement Course
Circuit Spa-Francorchamps
Pilotes Fernando Alonso
Équipes McLaren
Type d'article Réactions
Tags honda