Alpine craignait qu'Alonso subisse le même déclin que Schumacher

L'écurie Alpine a malgré elle laissé filer Fernando Alonso chez Aston Martin, ne voulant pas lui proposer un contrat pluriannuel ferme. Elle se justifie par le cas Michael Schumacher.

Fernando Alonso, Alpine F1 Team A522

Au Grand Prix d'Europe 2012, à 43 ans, Michael Schumacher devenait le pilote le plus âgé sur un podium de Formule 1 depuis Jack Brabham en 1970. C'était l'arbre qui cache la forêt : pour son retour dans l'élite après trois ans d'absence, le septuple Champion du monde n'était que rarement au niveau de son coéquipier Nico Rosberg au fil de leurs trois saisons de collaboration. En dehors de rares coups d'éclat, Schumacher était également loin de ses performances d'antan.

Dix ans plus tard, Fernando Alonso a pris Alpine de court en signant chez Aston Martin à la surprise générale. Le facteur majeur de sa décision semble être la durée des différents contrats proposés : à Silverstone, l'Ibère de 41 ans jouira d'un accord pluriannuel, alors qu'à Enstone, on ne lui proposait qu'une saison supplémentaire avec une de plus en option si les performances étaient encore au rendez-vous. Cette approche, le directeur d'équipe Otmar Szafnauer l'assume.

"Il est difficile de prédire l'avenir", souligne Szafnauer. "Comme je le dis souvent, si je pouvais prédire l'avenir, je ne serais pas là, je serais à Las Vegas. Nous avons proposé un contrat d'un an avec une année supplémentaire en option. Nous avons dit à Fernando que s'il était au même niveau de performance l'an prochain au même moment, nous allions évidemment le choisir, et nous pouvions continuer ensemble. Mais je crois qu'il voulait davantage de certitude indépendamment des performances : 'Je veux rester plus longtemps'. C'était le nœud du problème, avec deux années dont une en option par rapport à trois ou quatre années dont une en option."

"Vient un moment où quelque chose arrive au pilote physiologiquement, et il n'a pas les mêmes capacités que quand il était plus jeune. Et je pense que c'est arrivé à Michael [Schumacher]. Je pense qu'il est juste de dire que Michael Schumacher à 42 ans n'était pas le même pilote qu'à 32 ou 35 ans. Et cela arrive à d'autres sportifs également."

Fernando Alonso, Alpine F1 Team

Fernando Alonso devrait courir chez Aston Martin au moins jusqu'à fin 2024. Il aura alors 43 ans.

"Vous savez, le cricket – avec tout le respect que je dois à ceux d'entre vous qui jouent au cricket – n'est pas un sport si éprouvant physiquement. Tout est question de coordination des mains avec les yeux, de déplacer la batte au millimètre près pour protéger ce qui se trouve derrière. Mais une fois passé 32, 33, 34 ans, le meilleur batteur au monde n'en est plus capable. C'est parce que quelque chose lui arrive. Et ça arrive aux pilotes également. Alors nous préconisons cette approche : si tu évolues à un haut niveau de performance, nous te garderons évidemment, mais faisons-le une année à la fois. Je crois qu'il voulait une durée plus longue."

Alpine voyait pourtant l'avenir avec le pilote qui lui a offert ses deux derniers titres mondiaux à l'époque Renault, jusqu'à réserver au double vainqueur des 24 Heures du Mans un baquet LMDh dans la catégorie Hypercar en Endurance. L'intéressé aurait manifesté de l'enthousiasme à ce sujet.

"Nous avons discuté avec Fernando", relate Szafnauer. "Nous lui avons dit que quand il aurait fini en Formule 1, nous adorerions qu'il reste dans notre famille et fasse d'autres courses avec Alpine. Ce n'était donc pas vraiment une surprise pour Fernando, car il a accepté de le faire et trouvait que c'était une bonne idée. La question était de savoir quand, mais une fois le moment venu, il était parfaitement content d'aller au Mans."

Enfin, l'ambiance chez Alpine F1 va-t-elle rester au beau fixe après la défection inopinée de celui qui est pourtant lié affectivement à la structure d'Enstone par les neuf années qu'il y a passées depuis le début de sa carrière ?

Szafnauer se montre rassurant : "Je n'ai aucune inquiétude quant au reste de la saison. [Alonso] est professionnel. Il a l'esprit de compétition. Une fois qu'il met ce casque, vous [journalistes] savez aussi bien que moi qu'il veut obtenir le meilleur résultat possible, si ce n'est gagner. Il n'a rien d'autre à l'esprit quand il est dans la monoplace, à part finir la course et le championnat le plus haut possible. Et il a encore cette motivation. C'est pour ça qu'il est là."

Propos recueillis par Adam Cooper

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Piastri dément : "Je ne roulerai pas pour Alpine en 2023"
Article suivant Seulement septième, Norris s'attendait à mieux en Hongrie

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France