Alpine veut discuter avec la FIA de la pénalité "injuste" d'Alonso

Alpine prévoit de demander à la FIA d'améliorer la communication avec les écuries suite à ce que l'équipe estime être une pénalité "totalement injuste" pour Fernando Alonso à Miami.

Alpine veut discuter avec la FIA de la pénalité "injuste" d'Alonso
Charger le lecteur audio

Le week-end dernier, à Miami, Fernando Alonso a perdu sa neuvième place en se voyant infliger une deuxième pénalité de cinq secondes pour avoir gagné un avantage sur ses poursuivants en coupant la chicane, en fin de Grand Prix. Devant un train de monoplaces qui incluait Mick Schumacher et Sebastian Vettel, Alonso a coupé la chicane, lui faisant gagner quelques dixièmes et empêchant ainsi toute attaque de la part de la Haas, cette dernière se retrouvant hors de portée du DRS.

Pourtant, l'Espagnol a ralenti à deux reprises dans la ligne droite suivante pour tenter de rendre l'avantage obtenu. Qu'importe : les commissaires n'ont pas été satisfaits et ont décidé de le pénaliser pour un "avantage durable". Une sanction qui excluait le double Champion du monde du top 10. Du côté de la direction d'Alpine, cette décision est difficile à accepter, car la FIA n'a pas donné l'opportunité à l'écurie de corriger le tir, et la sanction a été appliquée avant que le pilote ne puisse s'expliquer.

Pour le team principal Otmar Szafnauer, la pénalité est particulièrement injuste puisqu'il était impossible de quantifier le temps gagné par Alonso, qui aurait dû être rendu par la suite. "Nous devons parler à la FIA lors du prochain Grand Prix", a-t-il expliqué. "Nous avons besoin de transparence sur ce sujet. Nous avons besoin de dire : 'Vous devez nous laisser plus de temps'."

Les règles en F1 sont claires : un pilote ne doit pas gagner le moindre avantage en sortant de la piste, quelle qu'en soit la raison. Avant le début de la saison, les documents règlementaires transmis par le nouveau directeur de course Niels Wittich disaient : "Si une voiture quitte la piste, le pilote peut la rejoindre, mais seulement s'il peut le faire en toute sécurité et sans en tirer un avantage durable. À la discrétion absolue du directeur de course, un pilote peut avoir l'opportunité de rendre l'intégralité de l'avantage qu'il a gagné en quittant la piste. Si un pilote, par exemple, court-circuite une chicane ou un virage, il est de sa responsabilité de rendre clairement l'avantage qu'il a gagné. Il peut s'agir de rendre l'avantage en termes de temps ou de reculer d'une position par rapport au pilote concerné."

Otmar Szafnauer, directeur d'Alpine F1.

Otmar Szafnauer, directeur d'Alpine F1.

Szafnauer a poursuivi en affirmant qu'il était facile pour un pilote de rendre une position si celle-ci avait été obtenue de manière litigieuse. En revanche, il est bien plus compliqué de comprendre le temps gagné dans le cas où aucun changement de position a eu lieu. C'est pour cela que le patron d'Alpine estime que la pénalité est dure envers son pilote : Alonso pensait avoir fait le nécessaire, et la FIA aurait dû demander à l'écurie de ralentir un peu plus, au lieu de simplement sanctionner le pilote. 

Sur les données, l'Espagnol a gagné entre deux et trois dixièmes en coupant la chicane. Un avantage qui aurait facilement pu être rendu si le pilote avait été informé de cet écart. "Si vous quittez la piste et que vous en tirez un avantage, en dépassant quelqu'un qui est devant vous, alors il est facile de déterminer si vous devez rendre la position", a ajouté l'Américain. "Mais dans ce genre de situation, où tout le monde est derrière vous, comment pouvez-vous le savoir ? Vous avez besoin de ce retour d'information. Et je pense que c'était totalement injuste de le pénaliser par la suite. Ces gars étaient derrière, et ils y sont restés. Donc pourquoi le pénaliser ? Car il était légèrement devant. S'il est légèrement devant, faites-lui rendre sa petite marge, mais ne lui donnez pas cinq secondes de pénalité parce qu'il a gagné deux, trois ou quatre dixièmes au total."

La position de la FIA a changé durant l'hiver, avec l'arrivée des nouveaux directeurs de course : c'est désormais aux écuries et aux pilotes d'estimer le temps gagné, et s'il est nécessaire de ralentir ou de rendre une position. Szafnauer a tout de même estimé que dans certains cas, un message clair de la direction était nécessaire.

"Ce serait vraiment bien d'avoir un retour d'information durant la course, pour vous dire si vous avez rendu suffisamment de temps ou pas. Fernando, une fois qu'il était dans la ligne droite, a levé le pied à deux reprises, de façon significative. Je ne sais pas s'il a rendu tout l'avantage gagné ou seulement une partie, mais il a rendu beaucoup. Et pendant qu'il pilote, il doit savoir s'il a tout rendu ou pas."

Szafnauer s'est également interrogé sur le niveau de sévérité des pénalités. Alonso a donc reçu cinq secondes, mais l'accident entre Schumacher et Vettel (où le premier a sorti le second des points en lui rentrant dedans) n'a pas été revu. "Souvent, les pilotes font une erreur dans une chicane", a ajouté le team principal. "Monaco est un exemple. Combien de fois les pilotes sortent du tunnel et coupent la chicane ? Ils ne le font pas exprès. C'est juste qu'ils poussent trop, vers la fin de la course, les pneus et les freins sont fatigués. Même un double Champion du monde comme Fernando peut faire une erreur, donc il rend le temps gagné. Il essaye de le faire de la meilleure des manières, mais il reçoit ce genre de pénalité. Je pense que c'est simplement injuste. Mick Schumacher est bien rentré dans Sebastian Vettel, alors qu'il était dans les points, et l'a sorti de la piste, non ? OK, et quelle pénalité ont-ils eu ? Aucune..."

Lire aussi :

partages
commentaires

Voir aussi :

Vettel admet s'interroger sur sa présence en F1
Article précédent

Vettel admet s'interroger sur sa présence en F1

Article suivant

Red Bull refroidit les espoirs de Ferrari sur ses dépenses

Red Bull refroidit les espoirs de Ferrari sur ses dépenses
Charger les commentaires