Analyse - La domination de Mercedes en 2015 est-elle inédite?

La saison 2015 de Mercedes a beau ne pas avoir donné des courses très spectaculaires, c'était l'une des plus impressionnantes de l'Histoire de la Formule 1. Nous analysons les statistiques pour la comparer à d'autres dominations extrêmes.

Analyse - La domination de Mercedes en 2015 est-elle inédite?

Qualifications

La pole position n'a échappé à Mercedes qu'une fois cette année, lors de cet étrange weekend singapourien où les Flèches d'Argent étaient aux abonnés absents. L'écurie a donc égalé son record de 2014 ainsi que celui de Red Bull en 2011, que ce soit en nombre ou en pourcentage.

Là où Mercedes a vraiment excellé, cependant, c'est dans le nombre de premières lignes que l'écurie a monopolisées. Elle n'y a échoué qu'en Malaisie, à Bahreïn, à Monza et bien sûr à Singapour, ce qui donne un résultat parfait lors de 15 séances qualificatives sur 19.

Mercedes bat donc son record de l'an dernier, lorsque Lewis Hamilton et Nico Rosberg avaient monopolisé la première ligne 14 fois sur 19. En termes de pourcentage, c'est même mieux que McLaren en 1988 et Williams en 1993, dont le score était de 12 sur 16.

Meilleur taux de monopolisation de la première ligne de la grille :

AnnéeÉquipePilotes1re lignePourcentage
2015 Mercedes

 Lewis Hamilton

 Nico Rosberg

15/19 78,9%
1988 McLaren

 Ayrton Senna

 Alain Prost

12/16 75%
1992 Williams

 Nigel Mansell

 Riccardo Patrese

12/16 75%
2014 Mercedes

 Lewis Hamilton

 Nico Rosberg

14/19 73,7%
1989 McLaren

 Ayrton Senna

 Alain Prost

11/16 68,8%

McLaren et Williams restent cependant intouchables en termes d'écart moyen entre la pole position et le meilleur concurrent rival. Williams domine cette statistique avec une moyenne de 1,167 seconde d'avance en 1992, alors que McLaren n'est pas loin derrière avec 1,080 seconde d'écart en moyenne en 1988.

Les deux écuries ont continué sur leur lancée lors des années qui ont suivi : la moyenne de McLaren était de 1,053 seconde en 1989, alors que celle de Williams s'élevait à 1,078 seconde en 1993.

Pour Mercedes, cette année, ce chiffre est seulement de 0,604 seconde. Cela reste relativement dominateur, bien que la moyenne de l'an dernier fût légèrement plus élevée : 0,622 seconde. Cependant, en ne prenant pas Singapour en compte, le chiffre de 2015 s'élève à 0,716 seconde, ce qui est peut-être plus représentatif.

En comparaison, Red Bull ne s'est jamais approché de cet écart dans ses quatre campagnes victorieuses, avec un meilleur score de 0,337 seconde en 2011, tandis que Ferrari ne peut se targuer que de 0,203 seconde en 2002.

Meilleur écart moyen en qualifications :

AnnéeÉquipePilotesPolesÉcart moyen
1992  Williams

 Nigel Mansell

 Riccardo Patrese

15/16  1.167s
1988 McLaren

 Ayrton Senna

 Alain Prost

15/16  1.080s
1993 Williams

 Alain Prost

 Damon Hill

15/16 1.078s
1989 McLaren 

 Ayrton Senna

 Alain Prost

15/16 1.053s
2014 Mercedes

 Lewis Hamilton

 Nico Rosberg

18/19 0.622s 

Course

Comme l'an dernier, Mercedes s'est montré tout aussi dominateur en rythme de course que sur un tour. Avec 16 victoires sur 19, Sebastian Vettel et Ferrari s'étant octroyé les trois autres, les Flèches d'Argent égalent leur record établi l'an dernier.

En termes de pourcentage, cependant, les 15 victoires de McLaren lors des 16 courses de la saison 1988 restent inébranlables, devançant les 15 victoires de Ferrari en 17 courses en 2002.

Mercedes surpasse toutefois la campagne 1988 de McLaren dans un domaine : les Flèches d'Argent ont battu leur propre record de 11 doublés en une saison avec 12 réalisations cette année et ce doublé supplémentaire leur donne l'avantage sur McLaren en termes de pourcentage, avec 63,2% contre 62,5%.

Meilleur taux de doublés :

AnnéeÉquipePilotesDoublésPourcentage
2015 Mercedes  Lewis Hamilton

 Nico Rosberg

12/19 63.2%
1988  McLaren 

 Ayrton Senna

 Alain Prost

10/16 62.5%
2014  Mercedes   Lewis Hamilton

 Nico Rosberg

11/19 57.9%
2002 Ferrari 

 Michael Schumacher

 Rubens Barrichello

9/17 52.9%
2004 Ferrari   Michael Schumacher

 Rubens Barrichello

8/18 44.4%

En termes de podiums, Mercedes domine également, avec 32 podiums sur 38 possibles cette saison. C'est un de mieux que l'an dernier, et en termes de pourcentage (84,2%), c'est largement devant les autres écuries.

C'est Ferrari qui se rapproche le plus de l'écurie basée à Brackley, avec 29 podiums sur 36 (80,6%) en 2004, alors que même McLaren en 1988 n'a pu faire mieux que 25 podiums sur 32 (78,1%).

Meilleur taux de podiums :

AnnéeÉquipePilotesPodiumsPourcentage
2015 Mercedes  Lewis Hamilton

 Nico Rosberg

32/38 84.2%
2014 Mercedes  Lewis Hamilton

 Nico Rosberg

31/38 81.6%
2004 Ferrari  Michael Schumacher

 Rubens Barrichello

29/36 80.6%
2002 Ferrari  Michael Schumacher

 Rubens Barrichello

27/34 79.4%
1988 McLaren

 Ayrton Senna

 Alain Prost

25/32 78.1%

Points

Les divers barèmes utilisés par la F1 au fil des années rendent la comparaison directe du nombre de points inutile, mais les 703 unités engrangées par Mercedes cette saison (deux de plus qu'en 2014, où les points étaient doublés à Abu Dhabi) signifient que l'écurie s'est octroyée pas moins de 86% des points disponibles.

Si l'on ne tient pas compte des premières années du championnat des constructeurs, où seul le pilote le mieux placé de l'équipe marquait des points à chaque course et où certains résultats n'étaient pas pris en compte, c'est le pourcentage le plus élevé de tous les temps : mieux que les 82,9% de McLaren en 1988.

Ferrari est la seule autre écurie à dépasser les 80%, y étant parvenu en 2002 et en 2004. Red Bull a marqué 79,6% des points disponibles en 2011, alors que Williams n'a pas fait mieux que 68,4% en 1996.

Meilleur taux de points :

AnnéeÉquipePilotesPointsPourcentage
2015 Mercedes  Lewis Hamilton

 Nico Rosberg

703/817 86.0%
1988 McLaren

 Ayrton Senna

 Alain Prost

199/240 82.9%
2014 Mercedes  Lewis Hamilton

 Nico Rosberg

701/860 81.5%
2002 Ferrari  Michael Schumacher

 Rubens Barrichello

221/272 81.3%
2004 Ferrari  Michael Schumacher

 Rubens Barrichello

262/324 80.9%
partages
commentaires
La préparation physique vue par Romain Grosjean

Article précédent

La préparation physique vue par Romain Grosjean

Article suivant

Brundle - Verstappen me rappelle Michael Schumacher

Brundle - Verstappen me rappelle Michael Schumacher
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021