Analyse : Pourquoi la FIA a serré la vis pour le débit de carburant

Les écuries de Formule 1 étaient souçonnées d'exploiter la réglementation liée au débit de carburant dans le but de trouver plus de puissance moteur. La dernière décision de la FIA à ce sujet a pour but d'y mettre un terme.

Pour faire simple, certaines équipes soupçonnent leurs rivales de transférer du carburant au-delà du compteur de débit de carburant, puis de le lâcher dans le moteur au moment le plus avantageux, normalement en ligne droite. Autrement dit, à ce moment-là, le débit de carburant dépasse les 100kg/h réglementaires.

Comment mettre cela en oeuvre ? Il faudrait une astuce au niveau du système de carburant, par exemple utiliser des conduits flexibles capables d'augmenter de volume, et donc, de contenance, pour y stocker ce carburant en attendant le moment où il sera nécessaire.

Si l'on fait ça, cela peut laisser des preuves d'une chute de pression considérable. La pression est significative car des niveaux très hauts pourraient être utilisés pour que les éléments du système de carburant augmentent de volume, et donc, de contenance.

Les soupçons ne sont rien de nouveau

La FIA était déjà suspicieuse quant à la pression d'essence en essais privés. C'est devenu évident le 15 mars lorsque Charlie Whiting a communiqué des directives techniques sur le sujet : "Dans le but de faciliter le contrôle du débit de carburant, nous souhaitons mesurer la pression d'essence à divers endroits dans votre système de carburant. Dans ce but, nous contacterons chaque équipe pour définir les points de mesure, les spécifications de capteurs, les connexions avec l'ECU standard de la FIA, les noms de signaux et la fréquence d'enregistrement".

C'est resté depuis lors un sujet brûlant qui a été discuté en détail à une réunion récente du Groupe de réglementations techniques.

Cela a mené à la directive technique que Whiting vient de communiquer : "Avec effet immédiat, nous requérons que la pression d'essence, dans les systèmes de pression haut et bas, demeure constante au-dessus d'un débit de 90kg/h. Il ne nous paraît pas nécessaire de définir ici ce que nous considérons comme constant, nous croyons qu'il sera plus pratique de discuter de toute inquiétude que nous avons avec les équipes en question si et quand des problèmes se présentent. Nous allons également effectuer des inspections physiques minutieuses de tous les systèmes d'essence utilisés".

Cette directive technique a été publiée juste après les qualifications, ce qui signifie que les voitures étaient sous conditions de parc fermé.

Cela pourrait laisser croire que la FIA l'a fait pour que les équipes ne puissent pas modifier leurs systèmes avant la course et que toute inspection post-course révèle si quelqu'un a un système conçu pour contourner les règles, mais le timing était en fait probablement une coïncidence.

La FIA ne soupçonne probablement personne de contourner le règlement maintenant, surtout après que le problème a été abordé en essais privés. Cependant, cette décision a clairement pour but d'assurer que cela ne puisse pas se produire et de mettre un terme aux soupçons des rivaux.

Comment cela fonctionne

Un employé d'une écurie a donné à Motorsport.com un aperçu intéressant de l'affaire : "L'idée fondamentale, en ce qui concerne le compteur de débit de carburant, c'est que quand on est en ligne droite, on soit limité à 100kg/h".

"Tout ce que la nouvelle réglementation dit, c'est que quand on dépasse les 90kg/h, c'est-à-dire, quand on accélère à fond, on ne peut pas faire varier la pression du système d'essence".

"La raison pour laquelle ils veulent sévir contre cela, c'est si les équipes essaient d'accumuler du carburant au-delà du compteur de débit. Imaginez si vous aviez un 'ballon de baudruche' au-delà : tout système a quelque chose qui le fait gonfler quand on le pressurise".

"On y débite une grande quantité d'essence quand on lève le pied, et au moment où on réaccélère, cette essence est déjà du bon côté du compteur de débit. On la fait passer par les injecteurs et on a, en effet, un débit plus élevé".

"Pour la FIA, la façon de suivre cela est de surveiller la pression dans le système. Si l'on faisait ça, si l'on avait un gros 'ballon de baudruche' de l'autre côté et qu'on le lâchait, la pression diminuerait".

Les avantages d'un débit supérieur sont clairs : "Ce n'est qu'une question de l'utiliser momentanément, au moment où c'est le plus important. La quantité totale de carburant que l'on utilise est identique. Il faudrait réduire le carburant ailleurs : si on l'utilisait au début de la ligne droite, il faudrait en utiliser un peu moins à la fin de la ligne droite. Ce serait entièrement automatique".

"Il n'y a pas d'intérêt à avoir toute la puissance du moteur au bout de la ligne droite si on peut en avoir un petit peu moins au bout de la ligne droite et un peu plus au début, que l'on peut conserver sur toute la distance".

"En mars, la FIA a demandé à avoir des capteurs de pression dans tous les réservoirs, dans tous les tuyaux, tout cela. Maintenant qu'ils ont étudié les données, ils nous recontactent et nous disent peut-être qu'ils ont vu quelque chose d'un peu étrange".

La FIA peut donc clairement examiner toutes les voitures en parc fermé après la course, et il reste à voir si des équipes pourraient par conséquent se retrouver en grande difficulté...

A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Commentaire
Tags débit de carburant, règlementation, technique