Formule 1 GP de Miami

Andretti espère désormais un soutien FIA à son entrée en F1

Michael Andretti s'est dit optimiste sur le soutien de la FIA pour son arrivée en Formule 1 après une rencontre avec le président Mohammed Ben Sulayem à Miami.

Michael Andretti, Andretti Autosport

Andretti a révélé en février dernier qu'il travaillait à la mise en place d'une nouvelle équipe de F1 qui pour rejoindre la grille dans un avenir proche, après que l'offre d'acquisition de l'équipe Alfa Romeo gérée par Sauber l'année dernière a échoué au dernier moment.

Andretti Autosport est actuellement impliqué en IndyCar, Indy Lights, Formule E et Supercars, et le projet F1 – Andretti Global – verrait Colton Herta occuper l'un des baquets. Pour rejoindre la grille, il faut que la FIA lance un appel à candidatures officiel, ce qui n'a pas encore été fait.

Une réunion incluant Michael Andretti et le président de la FIA Mohammed Ben Sulayem a eu lieu vendredi à Miami et a été jugée "positive" par l'Américain. "Je pense qu'il nous soutient, mais il y a un gros processus à suivre et tout ça", a-t-il expliqué dans le paddock de Miami vendredi.

"Il a dit qu'il est en soutien dans le processus. Il y a encore un long chemin à parcourir. Mais c'est bien, Mohammed a aimé ce que nous avons présenté. Je ne veux pas trop en dire, ils ne veulent pas trop en parler. Mais [ce sont] des choses positives."

Bien qu'Andretti ne s'attende pas à recevoir de réponse "avant un certain temps" concernant une éventuelle arrivée sur la grille, il a révélé que des projets étaient déjà en cours pour établir une usine F1 à Indianapolis, dont la construction commencera "si tout va bien, en août".

"Nous dépensons de l'argent pour démarrer le projet, parce que nous avons le sentiment que nous allons réussir", a ajouté Andretti. "Nous prenons un risque, mais nous pensons que le jeu en vaut la chandelle. Parce que nous devons faire avancer les choses. Donc nous embauchons des gens et des choses comme ça." Andretti prévoit d'avoir à la fois un siège F1 à Indianapolis et un au Royaume-Uni, mais il estime que ce dernier devrait être situé sur un site déjà existant.

Un intérêt pas partagé "par les bonnes personnes"

La volonté d'Andretti de rejoindre la grille s'est heurtée à la réaction mitigée de certaines personnalités du paddock de la F1. Toute nouvelle équipe doit payer une commission de dilution de 200 millions de dollars, conformément aux termes des Accords Concorde, afin de protéger les équipes existantes et leurs primes.

Toto Wolff, responsable de Mercedes F1, a déclaré en mars qu'il pensait que toute nouvelle équipe devait "démontrer ce qu'elle peut faire pour les autres équipes, pour la F1 et la FIA" afin de contribuer à la croissance de la discipline, tandis que Günther Steiner, qui dirige Haas, a déclaré à Miami que "dix équipes est une bonne situation" pour le moment.

"Dix équipes n'est pas le bon nombre", a rétorqué Andretti. "Si vous y réfléchissez vraiment, les Accords Concorde arrivent à échéance en 2025. Red Bull possède deux équipes. S'ils disent qu'ils se retirent, il y aura 16 voitures. Vous ne pouvez pas avoir de course avec 16 voitures. On peut en avoir une avec 18 voitures. Pour moi, il y aurait plus d'influence sur les équipes en ayant des écuries supplémentaires."

Lorsqu'on lui a demandé s'il était surpris par la réaction et par le fait que les gens n'étaient pas plus nombreux à partager son enthousiasme, Andretti a répondu : "Je pense que des millions de personnes le partagent. Ce ne sont simplement pas les bonnes personnes pour le moment."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Le GP de Miami défend le prix élevé des billets
Article suivant "Extrêmement déçu" : Pérez prédit une course morne à Miami

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France