Actualités

Anthony Beltoise à Monaco sur la Matra MS120 de son père

Le double Champion de France GT sera présent au GP de Monaco Historique, en mai, sur la Matra MS20 de Formule 1 que pilotait son père en 1970.

Jean-Pierre Beltoise, Matra MS120B

Jean-Pierre Beltoise a certes remporté le Grand Prix de Monaco en 1972 au volant d'une BRM, mais ce sont bien les voitures bleues de Matra qui sont toujours restées les élues de son cœur. Malgré son départ pour l'équipe anglaise cette année-là, il avait poursuivi sa carrière en sport-prototypes avec la marque française trois fois victorieuse aux 24 Heures du Mans.

Coéquipier de Jackie Stewart une bonne partie de l'année qui avait vu celui-ci remporter son premier titre mondial en 1969, quand les Matra étaient propulsées par un V8 Cosworth, Beltoise était resté au sein de l'équipe quand Stewart et le team manager de celle-ci, Ken Tyrrell, étaient partis car ils ne souhaitaient pas utiliser le moteur V12 français.

C'était le début d'une période plus difficile, les Matra ne remportant aucune victoire lors des deux saisons qui suivirent avec les MS120 et MS120B (photo ci-dessus, Paul Ricard 1971) puis les versions C et D en 1972, après le départ de Beltoise.

C'est la version MS120 de 1970 qu'Anthony Beltoise pilotera avec le soutien d'ORECA du 13 au 15 mai prochain lors du GP Historique de la Principauté, un peu plus d'un an après le décès de son père. Cette année-là, la saison avait bien débuté pour ce dernier avec une quatrième place en Afrique du Sud.

Puis, après deux abandons en Espagne et à Monaco, justement, il avait obtenu un premier podium en Belgique avec une troisième place. Une seconde arriverait plus tard, en Italie, deux cinquièmes et une sixième places venant également étoffer le total de points du Français finalement neuvième du championnat avec 16 points.

Mon père a été un exemple pour moi. Il incarnait à la fois la force, le courage, l'obstination, la modestie et la sagesse”, explique Anthony Beltoise. “Sa vie de pilote, son parcours, ses exploits, comme pour beaucoup d'autres personnes, m'ont donné envie de vivre la même passion.”

J'ai naturellement voulu marcher sur ses traces et être pilote automobile, ce que je fais depuis plus de 20 ans. C'est grâce à lui, et je tenais donc à lui rendre hommage : Monaco et Matra ont rapidement été une évidence. Ce sera très émouvant de rouler avec une telle voiture sur un circuit aussi mythique, riche de significations pour mon père et ses proches.”

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Gutiérrez est "conscient" de devoir faire ses preuves
Article suivant Williams - Les indépendants doivent "prendre leur mal en patience"

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France