Arrivabene - C'est Marchionne qui décidera du renouvellement de Räikkönen
La Ferrari SF15-T endommagée de Kimi Raikkonen, Ferrari
La Ferrari SF15-T endommagée de Kimi Raikkonen, Ferrari
Kimi Raikkonen, Ferrari
Kimi Raikkonen, Scuderia Ferrari
La Ferrari SF15-T endommagée de Kimi Raikkonen, Ferrari
Kimi Raikkonen, Scuderia Ferrari
Gino Rosato, Ferrari avec Maurizio Arrivabene ; Sebastian Vettel, Ferrari, et Kimi Raikkonen, Ferrari
Kimi Raikkonen, Ferrari avec sa petite amie Minttu Virtanen
Kimi Raikkonen, Ferrari
Kimi Raikkonen, Ferrari SF15-T
Kimi Raikkonen, Ferrari avec son équipier Sebastian Vettel, Ferrari lors de la parade des pilotes
Charger le lecteur audio

Avant le GP d'Autriche, Maurizio Arrivabene, Directeur d'Equipe Ferrari, expliquait que l'activation éventuelle de l'option dont dispose Ferrari sur les services de Kimi Raikkonen pour la saison 2016 dépend globalement des résultats du Finlandais.

Après un weekend lors duquel Iceman s'est illustré par une nouvelle contre-performance en qualifications, manquant le wagon dès la Q1, le doigt du Finlandais s'est dirigé en direction du muret des stands pour justifier la triste performance obtenue par conditions de piste changeantes. 

Elimination en Q1 : Räikkönen rejette la faute sur Ferrari

En course, c'est un patinage excessif à bord de la Ferrari N°7 qui a coûté cher au Champion 2007 : celui-ci a terminé sa course avec fracas contre le mur dans le premier tour, empilé contre la monoplace de Fernando Alonso. Comme au Canada, le pied lourd du pilote sur l'accélérateur est suspecté pour la perte de contrôle de l'auto, tant qu'aucune explication technique n'est apportée par l'une ou l'autre des parties pour expliquer ce qui se passe à bord de la SF15-T. 

Quid du contrat 2016?

Chez Ferrari, on insiste en tout cas sur le fait que la performance d'ensemble de Räikkönen en Autriche n'affecte pas les chances du pilote de faire partie du line-up avec Vettel l'an prochain et que le team évalue son choix sur la base du cadre plus large.

"Ce n'est pas une question d'aujourd'hui ou hier", commente Arrivabene. "Bien entendu, il y a une date butoir, mais je ne vais pas vous dire quand elle est. C'est un vision globale qui nous amènera à notre décision".

Les candidats à un volant Ferrari ne manquent pas, et nombreux sont les jeunes pilotes expérimentés à discrètement espérer disposer d'une occasion, comme Valtteri Bottas, Nico Hülkenberg ou Romain Grosjean.

"On parle de performance. La performance nécessite une vision globale. Quel est le feeling avec les ingénieurs? Comment travaille-t-il avec eux? Comment monte-t-il sur le podium? A quelle vitesse travaille-t-il? Il est trop tôt actuellement pour lui dire quelque chose ou pour décider quelque chose", poursuit Arrivabene, qui avoue tout de même indirectement que la Scuderia ne souhaite pas indiscutablement renouveler son pilote dès maintenant. "Je pourrais être un peu trop défensif ou le protéger, mais nous ne sommes même pas à la moitié de la saison". 

Détachement d'apparence des deux côtés

De son côté, Räikkönen adopte l'attitude habituelle à l'égard des spéculations concernant son futur. En conférence de presse d'avant GP, en Autriche, Iceman n'a d'ailleurs pas hésité à prendre à parti un journaliste au sujet des spéculations contractuelles, martelant que personne ne sait ce que stipule son entente avec Ferrari et que la vie ne s'arrêterait pas s'il venait à ne pas être au sein du team l'an prochain – en dépit de son souhait de rester.

"Essayez d'être dans ma position", poursuit Arrivabene. "Je ne peux pas aller voir Kimi et lui dire : 'tu es pris' ou 'tu pars'. Je veux que les gars soient concentrés sur ce qu'ils doivent faire au jour le jour et qu'ils donnent le maximum".

La décision finale revient en tous les cas à Sergio Marchionne, le N°1 du groupe Ferrari. Celui qui avait été à l'origine des nombreux changements d'organigramme dans le team, à commencer par l'incitation au départ de Luca di Montezemolo, aura le dernier mot.

"Je peux suggérer mon point de vue, mais il faut ensuite que le Président prenne la décision finale", admet Arrivabene. "Dans un monde normal, les compagnies travaillent de cette manière. Si vous êtes le Président, vous pouvez faire ce que vous voulez. Sinon, vous pouvez partager votre opinion et obtenir une approbation". 

Ferrari prêt à fournir Red Bull en moteurs

partages
commentaires

Wittmann au volant de la Toro Rosso au Red Bull Ring

Massa - L'expérience m'a permis de résister à Vettel