Aston Martin : jouer le titre d'ici 2025 reste l'objectif

La feuille de route d'Aston Martin en Formule 1 n'a pas changé malgré un début de saison 2021 difficile : l'objectif est toujours de jouer le titre mondial sous cinq ans.

Aston Martin : jouer le titre d'ici 2025 reste l'objectif
Charger le lecteur audio

Les ambitions de Lawrence Stroll pour Aston Martin et sa nouvelle implication en Formule 1 sont connues de longue date. La marque n'a pas d'autre objectif que de ravir un jour le titre mondial et c'est en ce sens que se construit le projet de l'homme d'affaires canadien, dont l'une des dernières pierres ajoutées à l'édifice a été le recrutement du quadruple Champion du monde Sebastian Vettel.

Lorsque l'on est ambitieux, il convient toutefois de savoir le rappeler, qui plus est après un début de saison laborieux, miné par la nouvelle réglementation aéro. Aston Martin a cependant décroché lors du Grand Prix d'Azerbaïdjan son tout premier podium en F1 grâce à la deuxième place de Vettel, et mise à plus long terme sur la révolution réglementaire annoncée pour 2022.

Lire aussi :

L'objectif de titre à une échéance un peu plus lointaine est réel, mais il s'inscrit également au sein d'un plan idéalement défini. Otmar Szafnauer l'a rappelé sans en faire une idée fixe, convenant qu'atteindre le Graal d'ici 2025 serait donc le scénario rêvé.

"Si nous pouvions être prétendants au titre mondial d'ici trois ou quatre ans, ce serait un succès", a rappelé le directeur de l'écurie britannique lors d'un entretien avec des médias, auquel participait Motorsport.com. "Remporter le Championnat du monde sous cinq ans, je pense que nous considérerions cela comme un succès."

Un objectif déjà martelé lors de la présentation en grande pompe de l'AMR21 en mars dernier, et qui n'a donc pas varié d'un iota, avec des exemples à suivre plutôt reluisants : "Si l'on regarde les écuries qui ont remporté plusieurs titres mondiaux consécutifs dans un passé récent, ça a pris quatre ans à Mercedes après avoir racheté Brawn, et pour autant que je m'en souvienne, le délai était le même pour Red Bull après avoir racheté Jaguar Racing, également trois ou quatre ans [cinq en réalité, ndlr]".

S'il évoque les exemples glorieux des structures de Brackley et Milton Keynes, Otmar Szafnauer ne considère pas pour autant qu'il s'agisse de points de comparaison et de temps de passage auxquels doit impérativement se référer Aston Martin, estimant que le projet britannique part de plus bas.

"Nous commençons avec une base inférieure", estime-t-il. "Lorsque Mercedes a racheté Brawn, l'équipe venait d'être sacrée Championne du monde. Nous [sous le nom Force India/Racing Point auparavant], nous avons terminé quatrièmes quelques fois et nous n'avons jamais été prétendants au titre. Ça prend plus de temps pour emmener une équipe du haut du milieu de grille jusqu'à la place de numéro un."

Propos recueillis par Christian Nimmervoll

partages
commentaires
Rosberg : Voir Wolff si occupé m'a ôté l'envie d'être patron d'équipe
Article précédent

Rosberg : Voir Wolff si occupé m'a ôté l'envie d'être patron d'équipe

Article suivant

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021