Aston Martin ne regrette pas le pari de Vettel sur les slicks

Sebastian Vettel a peut-être perdu un point en tentant de chausser les pneus slicks sur la piste humide de l'Istanbul Park, mais Aston Martin ne regrette rien.

Aston Martin ne regrette pas le pari de Vettel sur les slicks

C'était un pari audacieux, qui est loin d'avoir porté ses fruits : sur une piste assez peu humide qui semblait de surcroît sécher tout doucement, Sebastian Vettel a tenté de troquer ses pneus intermédiaires pour des slicks au 36e tour du Grand Prix de Turquie, alors qu'il occupait la dixième place sous la menace d'Esteban Ocon.

Au début de ce tour-là, son ingénieur de course Tim Wright a signalé "Ricciardo est très rapide avec ses intermédiaires plus frais", avant de demander dans le virage 11 : "Nous envisageons un arrêt au stand. Est-ce que tu aimerais essayer un dur – pardon, un tendre pour le sec ?" Vettel a répondu sans l'ombre d'une hésitation : "Mediums. Mediums, on y va." Le quadruple Champion du monde n'a toutefois pas tardé à comprendre son erreur, laissant filer plus d'une minute en une multitude de glissades et un nouvel arrêt au tour suivant pour repasser en intermédiaires.

Lire aussi :

Vettel a ainsi fini la course 18e, loin derrière le peloton (et loin devant les Haas), mais malgré tout, chez Aston Martin, il n'y a manifestement pas de regrets. "Lui-même voulait faire un pari, nous ne lui avons pas dit non", indique le directeur d'équipe Otmar Szafnauer à Motorsport.com, avec par la suite une version des faits légèrement différente de la réalité. "Seb nous a dit à la radio : 'Je veux des pneus secs, mettez les mediums', et nous ne l'avons pas contesté, nous avons fait ce qu'il a dit. Cela s'est fait relativement vite, nous n'avons pas débattu si longtemps avec lui."

"Souvent, nous disons que dans de telles conditions séchantes, c'est au pilote de décider. Nous l'avons donc fait. Dans l'autre sens, c'est plutôt à l'équipe, mais sur une piste séchante, c'est le pilote qui a la sensation en piste. Je pense juste que ce circuit ne sèche pas normalement, alors c'est dur à prédire. Il a su d'emblée que l'adhérence n'était pas au rendez-vous, alors il est rentré au stand au tour suivant, mais il a perdu beaucoup de temps."

Otmar Szafnauer, team principal et PDG, Aston Martin F1, est interviewé

L'équipe a-t-elle le moindre regret d'avoir laissé filer cette dixième place ? "Il faut faire confiance [à Vettel]", assure Szafnauer, "et l'autre chose à laquelle il faut croire, c'est qu'il est bon sous la pluie et dans des conditions délicates – et c'est exactement ce qu'il a été lors de cette course. Alors s'il dit qu'il en est capable, qui sommes-nous pour débattre ? Mais je pense que ce n'était pas la norme, c'est un circuit différent sous la pluie."

"Aurait dû, aurait pu… Si cela avait fonctionné et qu'il avait fini quatrième ou sur le podium, nous aurions été contents. Pas de risque, pas de récompense", assure l'Américain. Mais dans les faits, il était extrêmement invraisemblable que Vettel se hisse ainsi sur le podium : au moment de ce pari, l'Allemand avait six secondes de retard sur Lando Norris, neuvième, 22 sur Carlos Sainz, huitième, et 45 sur Max Verstappen, troisième. À ce stade, Vettel tournait à 12 secondes de son meilleur temps du week-end, réalisé sur une piste parfaitement sèche, et même s'il avait pu tourner 12 secondes plus vite, nul doute que ses rivaux l'auraient remarqué très rapidement et seraient rentrés au stand dès le tour suivant.

"Ce n'est pas que l'arrêt supplémentaire qui l'a tué, car on perd environ 20 secondes dans les stands ici, ce sont les 30 secondes qu'il a perdues dans ce tour", ajoute Szafnauer. "En intermédiaires, il a fait des chronos vraiment bons une fois qu'il a passé la phase de grainage."

Lance Stroll, quant à lui, a marqué les deux points de la neuvième place en doublant aisément Ocon, qui avait les mêmes pneus depuis le départ, au 53e des 58 tours au programme. Le Canadien a toutefois perdu gros en laissant filer 12 secondes à cause d'un problème lors de son arrêt au stand, dont sept sur son principal adversaire Carlos Sainz, qui a également connu un souci dans la pitlane. Or, justement, sept secondes les séparaient après leurs arrêts respectifs…

"Une bonne performance, solide, il a fait de bons chronos pendant toute la course", se satisfait Szafnauer. "Je pense que nous l'avons fait rentrer au stand au bon moment. Malheureusement, nous avons fait un arrêt un peu lent, et c'est dur de dire où il se serait retrouvé. [Carlos] Sainz était très rapide une fois qu'il a passé la phase de grainage, mais Lance aussi, alors c'était une bonne performance."

Aston Martin reste néanmoins à bonne distance d'Alpine et d'AlphaTauri au championnat des constructeurs, avec 43 et 31 points de déficit sur ces deux écuries.

partages
commentaires

Voir aussi :

Calendrier, Qualifs Sprint et règlement ont été discutés
Article précédent

Calendrier, Qualifs Sprint et règlement ont été discutés

Article suivant

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"
Charger les commentaires
Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes Prime

Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes

OPINION : L'écurie Red Bull a disposé du package le plus rapide pendant la majeure partie de l'année 2021, mais lors de plusieurs épreuves de la dernière ligne droite, elle a gaspillé le potentiel de la RB16B. Deux Grands Prix avant la fin de saison, elle ne peut pas se permettre de le faire à nouveau avec Lewis Hamilton qui réduit l'écart sur Max Verstappen au classement des pilotes.

Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues Prime

Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues

Le DRS oscillant de Red Bull a fait parler de lui lors du Grand Prix du Qatar. Plus précisément, c'est une des configurations de l'aileron arrière de l'équipe qui pose problème.

Formule 1
25 nov. 2021
Hamilton se confie : Verstappen, la diva Mercedes, l'héritier Russell... Prime

Hamilton se confie : Verstappen, la diva Mercedes, l'héritier Russell...

La saison 2021 est certainement l'une des plus intenses qu'ait connues Lewis Hamilton au fil de sa longue et victorieuse carrière en Formule 1. Le septuple Champion du monde s'est confié à quatre médias au Grand Prix du Qatar, dont Motorsport.com, sur de nombreux sujets tels que cette bataille à couteaux tirés avec Max Verstappen, une Mercedes W12 qui lui donne du fil à retordre et son futur coéquipier George Russell…

Formule 1
24 nov. 2021
Les notes du Grand Prix du Qatar 2021 Prime

Les notes du Grand Prix du Qatar 2021

Après le Grand Prix du Qatar, vingtième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
22 nov. 2021
Les plans du Qatar pour sa Coupe du monde annuelle Prime

Les plans du Qatar pour sa Coupe du monde annuelle

Un an avant le début de la Coupe du monde de football 2022, le Qatar organise le premier de ses onze nouveaux Grands Prix de Formule 1. Une exposition médiatique rêvée pour le pays, qui est vivement critiqué sur les questions relatives aux droits de l'homme.

Formule 1
21 nov. 2021
Pourquoi Verstappen se trouve confronté à un héritage Honda Prime

Pourquoi Verstappen se trouve confronté à un héritage Honda

Max Verstappen trouve les pénalités moteur "illogiques", toutefois elles sont en vigueur depuis désormais quatre saisons et ont en grande partie été façonnées par les difficultés rencontrées par Honda au moment de son retour en F1. Retour sur l'évolution récente des sanctions concernant les unités de puissance.

Formule 1
20 nov. 2021
L'influence croissante de la F1 au Moyen-Orient Prime

L'influence croissante de la F1 au Moyen-Orient

L'expansion de la Formule 1 vers de nouveaux territoires n'a pas forcément été accueillie positivement, mais le Moyen-Orient et l'Afrique représentent de nouvelles régions importantes pour le sport automobile. Et les bienfaits commencent déjà à se faire ressentir.

Formule 1
19 nov. 2021
Pourquoi le moteur neuf de Lewis Hamilton a changé la donne Prime

Pourquoi le moteur neuf de Lewis Hamilton a changé la donne

La nouvelle unité de puissance installée dans la W12 de Lewis Hamilton au Grand Prix de São Paulo a aidé le Britannique à décrocher une victoire mémorable.

Formule 1
18 nov. 2021