Aston Martin essaie "de remonter la pente" dès 2021

Aston Martin donnera tout pour faire progresser sa F1 2021 mais Lawrence Stroll admet que ce développement "ne peut plus durer longtemps".

Aston Martin essaie "de remonter la pente" dès 2021
Charger le lecteur audio

Il y a eu l'enthousiasme généré par le changement d'identité et par le retour d'une marque légendaire, puis la douche froide provoquée par des modifications réglementaires qui ont coûté cher sur le plan de la performance. Après un début de saison morose, c'est une véritable bouffée d'oxygène que s'est offert Aston Martin à Monaco le week-end dernier. Pour la première fois, Sebastian Vettel et Lance Stroll ont tous les deux terminé dans le top 10, glanant pas moins de 14 points alors que l'écurie n'en avait empoché que cinq lors des quatre Grands Prix précédents.

Le caractère très atypique du tracé monégasque incite à la prudence tant la hiérarchie sur le Rocher peut y être modifiée juste le temps d'un week-end, mais la volonté de l'ex-écurie Racing Point de redresser la situation au plus vite reste intacte. Pas question, en dépit du futur tournant réglementaire programmé pour 2022, de jeter trop tôt aux oubliettes l'exercice en cours. Aston Martin introduit régulièrement des évolutions sur une AMR21 qui était dotée en Principauté d'un fond plat modifié, avec l'espoir de poursuivre son redressement.

"C'était vraiment à la régulière", se félicite Lawrence Stroll, grand patron d'Aston Martin, auprès de Motorsport.com après le résultat monégasque. "Un excellent week-end pour les deux voitures. Le rythme était là, la stratégie aussi : un plan bien exécuté. Nous avons connu un début de saison difficile, nous avons eu du mal avec le changement de réglementation et la découpe du fond plat, qui affecte vraiment les voitures à faible inclinaison. Mercedes et nous avons perdu près d'une seconde par rapport à nos concurrents."

"Nous essayons donc de remonter la pente et nous n'abandonnons pas, nous continuons à apporter des pièces sur la voiture et à essayer de revenir là où nous devrions être. Je ne pense pas que nous puissions retrouver les performances de l'an dernier, car ensuite nous devrons laisser tomber pour nous concentrer évidemment sur la monoplace 2022. C'est un équilibre délicat, mais nous nous battrons jusqu'à la fin."

Lire aussi :

Les premiers temps, le déficit de performance induit par les changements aérodynamiques en 2021 a énormément contrarié Aston Martin, qui a même envisagé de remettre légalement en question le processus de la FIA. Une controverse désormais mise de côté pour aller de l'avant. "Nous avons mis ça derrière nous", assure Lawrence Stroll. "Nous travaillons juste sur le fait de remonter la pente autant que nous le pouvons. Il y a encore des choses à venir. Je ne sais pas exactement combien, pour être franc avec vous. Nous n'avons certainement pas fini d'apporter des choses sur la voiture, mais il est clair que ça ne peut plus durer longtemps."

En dépit de ce recul dans la hiérarchie, la nouvelle entité reste très optimiste pour l'avenir et continue de surfer sur la vague de son changement de nom, qui est clairement un atout commercial et marketing avéré. Les résultats délicats n'affectent pas l'image sur laquelle elle travaille depuis son passage au vert anglais, selon Lawrence Stroll.

"Je ne pense pas que cela ait ôté de l'importance au rebranding et à l'enthousiasme", avance l'homme d'affaires canadien. "Ça a été phénoménal, on le voit à travers l'engagement des fans. Mais c'est décevant quand on a autant travaillé, que les voitures sont gelées au niveau de leur homologation, et qu'au premier Grand Prix on se rend compte qu'elles n'étaient pas réellement gelées. C'est évidemment extrêmement frustrant."

Propos recueillis par Adam Cooper  

partages
commentaires
Vasseur : "Un énorme fossé entre survivre et faire du bénéfice"
Article précédent

Vasseur : "Un énorme fossé entre survivre et faire du bénéfice"

Article suivant

Pour Pérez et Gasly, Red Bull est encore loin de penser à 2022

Pour Pérez et Gasly, Red Bull est encore loin de penser à 2022
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021