Aston Martin serait "stupide" de ne pas tenter de garder Vettel

Malgré l'indécision de Sebastian Vettel quant à son avenir, du côté d'Aston Martin, il n'y a pas d'hésitation à avoir.

Sebastian Vettel, Aston Martin

Photo de: Zak Mauger / Motorsport Images

À ce jour, l'avenir en Formule 1 de Sebastian Vettel est incertain, alors que le quadruple Champion du monde doit composer avec une Aston Martin AMR22 qui est peut-être la monoplace la moins compétitive du plateau. Vettel doit prendre une décision pour son futur, décision qui, de son propre aveu, "dépendra évidemment de comment se déroule cette saison".

Une saison qui n'a évidemment pas bien commencé, puisque l'Allemand a manqué les deux premiers Grands Prix après avoir contracté le COVID-19 avant de vivre un week-end cauchemardesque à Melbourne, entre panne, pénalité et accidents. Imola a néanmoins représenté un agréable répit avec la huitième place de Vettel et la dixième de son coéquipier Lance Stroll ; quoi qu'il en soit, Aston Martin continue de voir l'avenir avec son pilote star.

"Je ne vais pas parler de contrats ici, mais évidemment, si l'on a un pilote comme Sebastian Vettel, que l'on peut maintenir sa motivation en lui donnant la voiture que mérite la qualité de son pilotage, je pense qu'il serait stupide de ne pas essayer de le garder", déclarait le directeur d'équipe Mike Krack à Imola. "Mais je comprends à 100% ses commentaires. Il veut voir des progrès, il veut voir la voiture avancer, car ce n'est pas un pilote qui veut se battre pour la 18e ou la 16e place. Je comprends donc parfaitement ses commentaires, et c'est à nous de lui fournir l'outil dont il a besoin pour être performant."

Krack, qui avait travaillé avec Vettel lorsque ce dernier était pilote essayeur BMW Sauber en 2006, est en tout cas impressionné par celui-ci. "Il a une approche très, très compétitive, malgré le grand succès qu'il a toujours eu", a souligné le Luxembourgeois. "Il a une éthique de travail très exigeante que je partage et j'apprécie vraiment. Il n'y a aucune heure de la journée où il soit trop tard pour travailler ou pour donner des informations, alors de ce point de vue-là, c'est un plaisir de travailler avec lui, car tout d'abord, il est tel que je viens de le décrire."

"Mais c'est aussi un mec sympa, un gars sympa, et il comprend où se trouvent nos limites actuellement. Il ne cesse toutefois pas de travailler dur, et il est réaliste quant à ce que nous faisons. Il s'agit donc d'essayer de combiner ce que nous pensons devoir faire et ce qu'il pense devoir faire, et d'être ouvert, transparent, d'avoir de bonnes conversations et d'avancer."

Quant à Vettel, avant d'obtenir cette huitième place à Imola, il était bien conscient de devoir prendre son mal en patience. "Les temps sont difficiles. Je pense que nous ne sommes pas les seuls à comprendre où nous nous situons, à avoir des limites, à être très loin de là où nous devrions être avec la voiture, à ne pas pouvoir évoluer là où nous le voulons. Comme je l'ai dit, je pense que nous le comprenons maintenant, et nous avons une direction à suivre, mais cela prend évidemment du temps de le concrétiser sur la voiture", a-t-il conclu.

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Williams a envisagé de faire rouler une F1 sans peinture
Article suivant Steiner : La F1 ne demande pas à Haas d'être plus américain

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France