Une autre innovation Mercedes interdite par la FIA

La FIA a interdit un second design d'aileron avant développé par Mercedes en 2022, qui n'a toutefois jamais été utilisé en course.

Une autre innovation Mercedes interdite par la FIA
Charger le lecteur audio

Fin octobre, Mercedes est arrivé à Austin, pour le Grand Prix des États-Unis, avec un nouvel aileron avant muni de séparateurs ayant attiré l'attention de ses rivaux. L'on soupçonnait que leur forme et leur emplacement permettaient d'obtenir des gains majeurs dans la performance en gérant d'une manière plus efficace la trajectoire du flux d'air, plutôt que de renforcer simplement les éléments de l'aileron. Pour sa défense, Mercedes a fait valoir que le règlement exigeait seulement que la présence des séparateurs soit "principalement" due à des raisons mécaniques, structurelles ou de mesure, rendant de ce fait acceptable tout avantage aérodynamique secondaire.

Puisque la marque à l'étoile ne disposait pas d'un nombre suffisant de pièces de rechange, cet aileron avant n'a pas été utilisé en course aux États-Unis. Ses débuts auraient dû avoir lieu le week-end suivant, à Mexico, toutefois, à la suite de la pression exercée par les équipes concurrentes, la FIA a reconnu que ce design offrait un avantage majeur sur le plan aérodynamique, ce qui a mené au retrait des séparateurs.

Et afin d'empêcher les équipes de reprendre le concept pendant la pause hivernale pour contourner d'une autre façon l'exigence du règlement, la FIA a modifié ses règles techniques pour 2023. La nouvelle version, approuvée cette semaine par le Conseil Mondial du Sport Automobile, prévoit désormais que les séparateurs de volets doivent fournir une connexion structurelle entre les profils consécutifs. En outre, leur taille et leur proximité ont également été modifiées. Enfin, la phrase expliquant que leur objectif premier n'était pas aérodynamique a été supprimée.

Pour Mercedes, il s'agit de la deuxième solution aérodynamique interdite par la FIA à l'issue de la saison 2022. Précédemment, l'organe directeur avait décidé d'interdire le design agressif de la plaque d'extrémité dévoilé au Grand Prix de Miami. Aston Martin avait également été visé par des mesures de la FIA puisque l'aileron arrière vu au Grand Prix de Hongrie, qui contournait l'esprit de la règlementation concernant la forme des plaques d'extrémité, ne sera plus autorisé l'an prochain.

Lire aussi :
partages
commentaires

Bilan 2022 - Nicholas Latifi, la fin comme seule issue

Comment Ferrari a discrètement résolu son problème moteur