Bahreïn 2010 : le retour en F1 de Michael Schumacher

L'une des grandes attractions de la manche d'ouverture de la saison 2010, à Bahreïn, avait été le retour de celui qui était le pilote le plus victorieux de l'histoire de la F1 en Grand Prix.

En 2010, la nouvelle saison avait débuté sur le tracé de Sakhir. Et l'épreuve avait alors un attrait tout particulier : celui du retour en Formule 1 de Michael Schumacher en tant que pilote titulaire après trois ans passés loin du volant, le tout avec une jeune équipe Mercedes, qui faisait alors ses débuts en tant que structure d'usine après la reprise de l'équipe Championne du monde en titre, Brawn GP !

Tout septuple Champion du monde de F1 qu'il était, Schumacher demeurait très lucide sur les circonstances de son retour, qu'il faisait aux côtés de Nico Rosberg. L'Allemand avait encore besoin de temps pour trouver son rythme et s'était qualifié à une discrète septième position, qui avait toutefois le mérite de rassurer quant à sa légitimité sur le plateau.

Lire aussi :

Ce samedi 13 mars 2010 à Bahreïn marquait la première séance de qualifications disputée par la légende de la discipline depuis son retrait de celle-ci, fin 2006. Rosberg, lui, avait placé sa flèche d'argent deux positions plus haut sur la grille, à tout de même 1"5 de la pole position signée par Sebastian Vettel (Red Bull).

Lucide, Schumacher ne parvenait pas réellement à se satisfaire de sa performance du jour. "J'ai juste besoin de retrouver le rythme, même si lentement et progressivement il s'est amélioré. C'est un défi mais c'est une bonne chose", souriait-il après la séance. "Il faut juste avoir le rythme, faire les réglages nécessaires et mettre la voiture à votre goût. Il s'agit d'utiliser parfaitement ce que vous avez à votre disposition."

Lors des tests hivernaux qui avaient précédé son retour en Grand Prix, Schumacher avait patiemment expliqué à qui voulait l'entendre qu'il abordait ce défi comme s'il débutait totalement en Formule 1. "À Valence, au cours du premier tour, j'ai été un peu choqué, mais ensuite j'ai repris le volant et je me suis senti très à l'aise. D'une certaine manière, c'était exactement comme en 1991. Et comme en 1991, lors de ma première qualification, j'ai terminé septième, donc voilà ! Je suis toujours très concentré, sans trop d'émotions, je fais juste attention aux détails."

Le lendemain, Schumacher avait découvert les conséquences de la nouvelle réglementation liée à l'interdiction des ravitaillements, à bord d'une monoplace très lourde par rapport à ce dont il avait eu l'habitude au cours de sa première carrière. Il avait livré une course lui permettant de rallier l'arrivée dans les points à la sixième place, à seulement quatre secondes de Rosberg, deux secondes devant la McLaren-Mercedes du Champion du monde en titre Jenson Button et la Red Bull-Renault de Mark Webber. Le vainqueur du jour, Fernando Alonso (Ferrari), avait remporté le Grand Prix en tournant presque une seconde au tour plus vite en moyenne.

partages
commentaires
Vettel doit s'apdater à la direction de l'Aston Martin

Article précédent

Vettel doit s'apdater à la direction de l'Aston Martin

Article suivant

Drive to Survive : Steiner n'a aucun problème avec la dramatisation

Drive to Survive : Steiner n'a aucun problème avec la dramatisation
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement Grand Prix de Bahreïn
Lieu Bahrain International Circuit
Pilotes Michael Schumacher
Équipes Mercedes
Auteur Guillaume Navarro
À Imola, gros point d'interrogation sur la hiérarchie Prime

À Imola, gros point d'interrogation sur la hiérarchie

Mercedes a pris l'ascendant sur Red Bull lors des essais libres à Imola vendredi, mais les performances restent très serrées. L'écurie Championne du monde ne prend rien pour acquis, et les données difficilement lisibles confirment que cette méfiance est légitime.

Formule 1
17 avr. 2021
Ferrari progresse, mais il en faudra plus pour Leclerc Prime

Ferrari progresse, mais il en faudra plus pour Leclerc

La Scuderia Ferrari a débarqué à Imola après une bonne performance lors de la manche d’ouverture à Bahreïn. Mais pour Charles Leclerc, il reste encore du travail pour que Ferrari retrouve la place qu'elle mérite.

Formule 1
16 avr. 2021
Quels enjeux majeurs pour le GP d'Émilie-Romagne ? Prime

Quels enjeux majeurs pour le GP d'Émilie-Romagne ?

En Formule 1, trois semaines d’attente entre deux courses paraissent être une éternité. Avec un calendrier 2021 déjà modifié, les équipes se rendent à Imola pour reprendre la compétition après une manche d’ouverture exaltante à Bahreïn. Voici les différents enjeux et scénarios attendus pour ce Grand Prix d’Émilie-Romagne.

Formule 1
15 avr. 2021
Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance Prime

Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance

Williams a résisté à la marée pendant de nombreuses années mais l'ère du propriétaire-exploitant est révolue depuis longtemps.

Formule 1
14 avr. 2021
Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ? Prime

Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ?

Les équipes de Formule 1 semblent divisées concernant la meilleure solution pour les nouvelles règles sur le fond plat. Une fois de plus, deux tendances radicalement opposées apparaissent. Désormais, une question se pose : le tableau dressé lors du premier Grand Prix permet-il déjà d'indiquer qui est sur la bonne voie et qui ne l'est pas ?

Formule 1
13 avr. 2021
AlphaTauri sera-t-elle la surprise de 2021 ? Prime

AlphaTauri sera-t-elle la surprise de 2021 ?

Serait-il possible qu'AlphaTauri soit la grande surprise de la saison 2021 de Formule 1 ? Ce qui a été montré lors du Grand Prix de Bahreïn le suggère clairement.

Formule 1
13 avr. 2021
Quand Stirling Moss donnait une leçon sur le pilotage Prime

Quand Stirling Moss donnait une leçon sur le pilotage

Remémorons-nous quelques souvenirs marquants de Stirling Moss, légende du sport automobile, qui nous a quittés l'an dernier à l'âge de 90 ans.

Formule 1
12 avr. 2021
Le faible rake met Aston Martin à la croisée des chemins Prime

Le faible rake met Aston Martin à la croisée des chemins

Aston Martin peut-elle se sortir du trou dans lequel la réglementation aérodynamique de 2021 l'a envoyée ? Cette question, l'écurie britannique ne peut pas encore y répondre. En revanche, les récentes performances de Mercedes offrent un signe d'encouragement.

Formule 1
11 avr. 2021