Barcelone, J5 - Red Bull teste tous les pneus, Renault stoppé à la mi-journée

partages
commentaires
Barcelone, J5 - Red Bull teste tous les pneus, Renault stoppé à la mi-journée
Guillaume Navarro
Par : Guillaume Navarro
7 mars 2017 à 12:01

Trente-deux heures de roulage en piste. Huit heures par jour. C’est ce qui restait, en ce début de matinée, aux équipes pour se préparer à la première épreuve du Championnat du monde de Formule 1.

Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Le logo du Renault F1 Team
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32
Esteban Ocon, Force India F1
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS17
Felipe Massa, Williams FW40
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-17

G.N., Barcelone - Felipe Massa occupe la tête de la feuille des temps après une nouvelle matinée de tests accomplie en piste. Le pilote de l’équipe Williams a établi sa référence avec un tour signé en 1’19''726 en pneus supertendres, après avoir évolué à seulement 0"007 de la référence observée en pneus tendres. 

Ce mardi matin n’a pas été affecté pas des pannes notables chez les protagonistes, à l’exception d’un problème rencontré par l’équipe Renault, qui a contraint Jolyon Palmer à s‘immobiliser à l’entrée de la pitlane et à être poussé par les membres de son équipe jusqu’au garage, où la monoplace est restée stoppée pendant tout le reste de la matinée. Officiellement, une alerte provenant des capteurs de l'unité de puissance, qui a tout de même amené le team à démonter l'arrière de l'auto pendant plusieurs heures.

Des conditions de piste favorables

Par des températures clémentes et en ascension régulière jusqu’à un pic de 17°C dans l'air et 23°C en piste en fin de séance matinale, les équipes ont pu collecter des données plus représentatives avec les enveloppes tendres, et mieux faire fonctionner le mélange medium, qui a besoin d’une fenêtre supérieure aux composés à texture plus malléable. L’absence des bourrasques de vent craintes après la météo de la veille a par ailleurs permis aux pilotes de ne pas être affectés dans leur compréhension des réactions des autos.

Une prise de contact particulièrement importante pour Pascal Wehrlein, qui a débuté au volant en tant que pilote Sauber, après avoir manqué la semaine précédente sur recommandation médicale. Après avoir réalisé une douzaine de tours d’installation sans franchir la ligne de chronométrage, le jeune allemand a ensuite peiné à lancer un vrai programme en piste, et a été vu à plus de huit secondes de la référence jusqu’à midi.

Red Bull en haut sur les moniteurs

Helmut Marko, conseiller Red Bull, l’avait dit : les premiers tests n’avaient pas pour vocation de déterminer le niveau relatif des équipes en matière de chronomètre. La confiance affichée par Christian Horner, directeur d’équipe, quant au fait que l’équipe de Milton Keynes a les moyens de se battre contre Mercedes et Ferrari, est solide. Malgré tout, la politique n'est jamais loin, et Red Bull se fait un vocal opposant aux designs en ailerons de requin, que le team souhaiterait voir interdits.

Ce mardi, outre l’apparition de Red Bull devant, sous l’impulsion de Daniel Ricciardo, la séance matinale a vu Sebastian Vettel tester avec Ferrari un mélange Pirelli prototype puis réaliser une importante série de tours en piste avec le mélange traditionnel. Motorsport.com est en mesure d’affirmer que la gomme expérimentale utilisée par le quadruple Champion du monde est un composé medium alternatif, évalué par sécurité par Pirelli en cas de besoin d’introduction comme Plan B au mélange actuel proposé pour cette saison. Studieuse, la Scuderia, qui teste un système d'injection radical, a d'ores et déjà prévenu la presse qu'elle ne tiendrait aucun point de rencontre avec les journalistes avant jeudi pour commenter ces essais.

Le chrono de Red Bull est cependant bien loin de ce dont ces F1 2017 sont capables. Les partiels de la référence en tendres de Ricciardo indiquent qu'une marge importante existe encore, deux des meilleurs secteurs revenant à la Williams de Massa quand celle-ci disposait des mêmes pneus. L'Australien n'a par ailleurs tout simplement pas amélioré sa référence après avoir chaussé les pneus supertendres après midi, alors qu'il avait occupé la tête de la séance en 1’20"077 avec les tendres (0"007 devant la Williams) et que le soleil inondait la piste. C'est peu avant l'heure du déjeuner que Massa a passé les supertendres et s'est emparé du meilleur chrono, en 1'19''726. Un temps approché par Ricciardo, en ultratendres, juste avant la pause.

On rappellera que le meilleur temps absolu de la première semaine d'essais avait été établi en 1'19''705 par la Mercedes de Valtteri Bottas, en pneus ultratendres.

La matinée a également été chargée hors-piste, avec la présentation d'un grand nombre de nouveautés automobiles sur le Salon de Genève, dont vous pouvez retrouver toutes les photos et la couverture ici.

La matinée en trois points : 

  1. Red Bull a testé tous les types de gommes à l'exception des durs.
  2. Renault a démonté son auto après un problème d'unité de puissance.
  3. McLaren immobilisé pendant plus de 90 minutes.

Classement à mi-journée

 PiloteÉcurieTemps Trs
1  F. Massa  Williams 1:19.726  67
2  D. Ricciardo  Red Bull 1:19.900 52
3  L. Hamilton  Mercedes 1:20.456 49
4  S. Vettel  Ferrari 1:21.127 82
5  E. Ocon  Force India 1:21.347 59
6  K. Magnussen  Haas 1:21.676 48
7  D. Kvyat  Toro Rosso 1:21.965 45
8  S. Vandoorne  McLaren 1:22.698  34
9  P. Wehrlein  Sauber 1:23.336 47
10  J. Palmer  Renault 1:24.790  15
Article suivant
Promotion pour Hembery, Pirelli remanie son département F1

Article précédent

Promotion pour Hembery, Pirelli remanie son département F1

Article suivant

Nouvelle défaillance moteur pour McLaren-Honda à Barcelone

Nouvelle défaillance moteur pour McLaren-Honda à Barcelone
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement Essais de Barcelone II
Catégorie Mardi
Lieu Circuit de Barcelona-Catalunya
Auteur Guillaume Navarro
Type d'article Résumé d'essais