Le barème de points F1 ne changera pas en 2019

partages
commentaires
Le barème de points F1 ne changera pas en 2019
Par : Basile Davoine
11 oct. 2018 à 11:21

La F1 a mis de côté l'idée d'un changement de barème de points pour la saison 2019, après avoir envisagé plusieurs options au cours des derniers mois.

Le Groupe Stratégique avait notamment discuté de la possibilité d'allonger la zone des points afin de permettre aux 20 pilotes – soit l'intégralité du plateau – d'en inscrire. Un compromis qui aurait récompensé les 15 premiers avait été évoqué, mais faute d'accord pour le moment, il n'y aura finalement aucun changement l'an prochain et le top 10 continuera de récolter des unités pour le championnat.

Les discussions autour d'un aménagement du barème vont se poursuivre en vue des saisons suivantes. "Si tout le monde avait été d'accord, c'est quelque chose que nous aurions cherché à mettre en place en 2019", a confirmé le directeur de course de la F1, Charlie Whiting.

La saison prochaine, le système de points en vigueur depuis 2010 sera ainsi conservé, récompensant le vainqueur de chaque Grand Prix de 25 points, puis les suivants de 18, 15, 12, 10, 8, 6, 4, 2 et 1.

Lire aussi :

Lors de la création de la Formule 1 en 1950, les cinq premiers marquaient des points, avec une unité supplémentaire pour l'auteur du meilleur tour en course. De 1960 à 2002, ce sont les six premiers qui inscrivaient des points au championnat, avant de passer aux huit premières places de 2003 à 2009.

Par ailleurs, la F1 s'est mise d'accord pour modifier la règle du couvre-feu en week-end de Grand Prix. À partir de 2020, celui-ci sera prolongé et durera neuf heures au lieu de huit. Le personnel amené à travailler sur les monoplaces disposera donc d'une heure de moins pour les préparatifs avant les essais libres du vendredi et ceux du samedi.

Le principe d'un couvre-feu a vu le jour en F1 en 2011, initialement avec une durée de six heures, afin de préserver le personnel des écuries. Les équipes disposent toutes de deux jokers dans l'année pour l'enfreindre, sans compter la possibilité d'un cas de force majeure comme celui rencontré le week-end dernier à Suzuka par Renault et McLaren.

Avec Scott Mitchell  

Article suivant
La FIA clarifie la règle du double changement de trajectoire

Article précédent

La FIA clarifie la règle du double changement de trajectoire

Article suivant

Vettel : "Prouver que les derniers GP ne sont pas représentatifs"

Vettel : "Prouver que les derniers GP ne sont pas représentatifs"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Basile Davoine