Barrichello ne renonce toujours pas

Rubens Barrichello n’a pas encore de volant pour la saison prochaine mais il estime qu’il sera encore sur les grilles de départ

Rubens Barrichello n’a pas encore de volant pour la saison prochaine mais il estime qu’il sera encore sur les grilles de départ. Le pilote brésilien n’imagine pas un autre scénario que celui de sa présence à Melbourne, le 18 mars prochain, pour le grand départ de la saison 2012 de Formule 1.

Toutefois, dans l'éventualité où sa course de dimanche dernier à Sao Paulo était la dernière de sa carrière en F1, il a pris le temps de saluer son public à l'arrivée de l'épreuve.

"Mon fils a dessiné mon casque de l’année prochaine, et, si je signe un contrat, j’utiliserai ce design pour la première course de la saison. La seule chose que je savais lorsque j’ai disputé le dernier tour au Brésil, c’est que je devais peut-être dire au revoir aux spectateurs, mais je me suis contenté de les saluer car je sais que je serai de retour," a déclaré Barrichello.

"A l'arrivée, je n'ai pu que faire rugir mon moteur comme un malade, car je savais que je pouvais avoir une pénalité si je faisais des donuts. Si c’était ma dernière course, j’aurais dû faire des donuts partout, mais je dois penser à l’année prochaine."

Barrichello estime mériter un volant pour l’an prochain, après avoir enduré une saison difficile chez Williams, qui a connu de grands changements en interne. Le Brésilien continue de clamer son amour pour la Formule 1 et ne souhaite pas la quitter de cette façon-là.

"Je pense que je mérite d’avoir un volant l’an prochain. Cette année, ce fut difficile de diriger l’équipe, avec le départ de Sam [Michael] et l’arrivée de Mark [Gillan], mais ils savent que si quelqu’un doit diriger l’écurie, je peux le faire," a-t-il ajouté.

"En F1, les gens vont et viennent parce qu’il n’y a pas les situations que vous avez en F3, F3000, GP2 ou autre part. La pression est plus importante en F1 et parfois, les équipes ont besoin de prendre des décisions qui peuvent vous décevoir. Les gens viennent et repartent, et il y a beaucoup de pilotes qui sont partis parce qu’ils n’étaient pas heureux en Formule 1. Combien de pilotes avons-nous vu dans cette situation ? Quand Montoya est parti, les gens ont dit qu'ils n’aimaient pas la F1, mais moi je l’aime. Je n’ai pas besoin d’un gros contrat. J’ai juste besoin que l’on me dise que je conduirai une voiture compétitive l’an prochain. Je veux juste une voiture compétitive."

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Rubens Barrichello
Équipes Williams
Type d'article Actualités