Ben Sulayem révèle comment la FIA va aider les femmes en monoplace

Président de la FIA, Mohammed Ben Sulayem fait allusion à des changements obligatoires qui seront apportés aux monoplaces afin d'égaliser les chances pour les femmes.

Ben Sulayem révèle comment la FIA va aider les femmes en monoplace
Charger le lecteur audio

S'exprimant au forum Business of F1 organisé par le Financial Times et Motorsport Network au Grand Prix d'Abu Dhabi, Mohammed Ben Sulayem fait savoir que la FIA s'efforçait d'améliorer la diversité à tous les niveaux.

Au-delà des championnats réservés aux femmes tels que W Series et qu'une nouvelle compétition préparée par Formula One Management pour les jeunes filles, la fédération pense qu'il y a davantage de changements à effectuer en formules de promotion. Son président Ben Sulayem veut que les monoplaces utilisées à l'avenir dans ces disciplines permettent aux garçons et aux filles, aux hommes et aux femmes, de se battre sur un pied d'égalité. S'il n'y aura pas de changements à court terme, il y aurait ainsi une opportunité de le faire quand de nouveaux châssis seront adoptés.

"Le talent peut se trouver n'importe où dans le monde", déclare Ben Sulayem. "Mais a-t-il l'opportunité, ou a-t-elle l'opportunité ? Non. En ce qui concerne les femmes, nous discutons avec nos départements au niveau technique. Si l'on a une F4, ça peut être facile pour les femmes, mais une fois qu'on va en Formule 2 et en F3, physiquement, c'est plus dur pour elles. Alors que faire ?"

"Le problème vient de nous, alors nous avons la solution. En discutant avec notre [département] technique, chaque monoplace doit s'adapter aux deux parties. Ce n'est pas sorcier. C'est aux constructeurs des châssis de le faire, et nous les y forcerons, sinon nous n'avons pas d'espoir. Nous avons besoin de la diversité et nous leur donnerons les opportunités. Si nous le pouvons, nous devons le faire."

The FIA is likely to work to make power steering mandatory for F3 and F2 cars

Les monoplaces de FIA F3 à Silverstone

S'il n'a pas mentionné de détails techniques, il est probable que la FIA rende obligatoire la direction assistée pour les F3 et les F2, car ce facteur est mentionné depuis longtemps comme favorisant les hommes par rapport aux femmes. L'ancien pilote de Formule 1 David Coulthard, impliqué dans la campagne More Than Equal pour faire atteindre la F1 à une femme, a déclaré en juillet dernier qu'il fallait repenser ce sujet.

"Une Formule 1 génère des forces g énormes sur le cou et les organes internes notamment", a expliqué l'Écossais. "Mais tourner le volant à 320 km/h en prenant 4 g n'est pas difficile, parce qu'on a la direction assistée. La Formule 2 ne l'a pas, la Formule 3 non plus. Elles sont incroyablement difficiles à piloter."

"Quand j'étais pilote d'essais chez Williams, je ne pouvais pas tourner le volant comme Nigel Mansell. Je n'étais pas assez fort. J'étais donc limité par l'angle de volant que j'arrivais à mettre. Nous devons donc changer, non seulement en contribuant à la formation des talents, mais aussi en changeant de mentalité dans ces formules de promotion, qui avantagent physiquement les hommes musclés, d'une certaine carrure. Mais nous le ferons avec le temps. Si l'on ne fait rien, rien ne change. Nous allons donc changer les choses en faisant quelque chose."

L'impact au Moyen-Orient

Ben Sulayem a également évoqué en détail l'influence croissante du Moyen-Orient sur la F1, avec désormais quatre courses au calendrier et de nombreux sponsors : "Il n'y a pas de doute sur le fait que la F1 a dépassé les attentes ces dernières années. Je dois saluer que FOM ait fait une chose durant le COVID : au lieu de réduire les finances, ils ont investi. Je les en remercie."

"Mais il y a plus que ça : il y a un certain nombre de compagnies aériennes du Moyen-Orient, qui sont importantes, et les autres compagnies qui soutiennent ou sponsorisent également. Ainsi que les grands pétroliers."

"Ce que nous ne voulons pas, c'est un cirque. Le cirque vient pour le week-end puis repart et ne laisse aucune trace de sa présence. Nous avons quelque chose d'important. Par exemple, le karting a beaucoup de succès ici. Tout le Moyen-Orient ainsi que l'Afrique du Nord se rassemble au même endroit, et nous avons eu plus de 170 pilotes à cette occasion."

Lire aussi :
partages
commentaires

Moteurs F1 2022 : où en sont les pilotes avant Abu Dhabi ?

EL1 - Hamilton mène un nouveau doublé Mercedes