Bianchi : "Ce n’était pas notre course"

Après ses deux quinzièmes et sa treizième place lors des trois premiers Grand Prix de sa jeune carrière, Jules Bianchi était naturellement déçu de sa dix-neuvième position à l’arrivée d’un Grand Prix de Bahreïn lors duquel sa Marussia-Cosworth...

Après ses deux quinzièmes et sa treizième place lors des trois premiers Grand Prix de sa jeune carrière, Jules Bianchi était naturellement déçu de sa dix-neuvième position à l’arrivée d’un Grand Prix de Bahreïn lors duquel sa Marussia-Cosworth MR-02 n’a jamais été dans le bon rythme. "Nous avons connu une course difficile aujourd’hui, tout comme le reste du week-end pour être honnête. J’espérais que les choses allaient s’améliorer en course, mais nous avons eu du mal avec les pneumatiques", constatait ainsi le Niçois à l’arrivée d’une course où il a encore une fois devancé son coéquipier Max Chilton. "Lors de mon quatrième relais, nous voulions arriver à la fin de la course sans repasser par les stands, mais j’ai dû m’arrêter à nouveau. A partir de là, le seul but était de terminer la course en conservant ma position. Il n’y a rien de plus à dire à ce sujet. Je tiens à remercier les mécaniciens pour leur travail lors des nombreux arrêts au stand, et pour leur état d’esprit positif tout au long du week-end", poursuivait Bianchi. Le pilote Marussia se tourne désormais vers le Grand Prix d’Espagne, qui aura lieu dans trois semaines à Barcelone, là où il a piloté une Formule 1 en tant que titulaire pour la première fois. "Ce n’était tout simplement pas notre course, et maintenant, nous en sommes à un point où nous devons apporter de nouvelles modifications à la voiture. Ces améliorations devraient arriver à Barcelone", concluait le Français.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Max Chilton , Jules Bianchi
Type d'article Actualités