Formule 1 GP de Miami

Bijoux et vêtements ignifugés : la FIA serre encore la vis

Le directeur de course de la F1 a ajouté, avant le Grand Prix de Miami, un nouveau tour de vis réglementaire concernant l'équipement des pilotes.

Les pilotes sur la grille pour l'hymne national

Fidèle à sa ligne de conduite, le directeur de course Niels Wittich a fait un pas de plus dans l'application du Code Sportif International pour les pilotes de Formule 1 en matière de bijoux et de sous-vêtements. Lors du Grand Prix d'Australie, la FIA avait ainsi rappelé aux pilotes que le port des bijoux au volant était interdit, tandis que de longues discussions lors du briefing ont tourné autour des sous-vêtements ignifugés et homologués.

Malgré les interrogations de certains pilotes devant cette approche ferme, en préambule du Grand Prix de Miami, le directeur de course est allé un peu plus loin. Désormais, ces deux points réglementaires de sécurité feront partie intégrante du processus des vérifications techniques soumises par chaque équipe à la FIA avant un week-end de Grand Prix. Niels Wittich justifie sa position par des préoccupations de sécurité, et l'accident spectaculaire de Romain Grosjean lors du Grand Prix de Bahreïn 2020 est régulièrement cité en exemple.

"Le règlement susmentionné est rédigé pour garantir que les vêtements ignifugés approuvés par la FIA, y compris la couche extérieure et la couche intérieure en contact avec la peau, puissent fonctionner efficacement et apporter le niveau de protection attendu en cas d'exposition aux flammes", précise le directeur de course. "L'utilisation de matériaux non ignifugés en contact avec la peau du pilote, en particulier des matières synthétiques, peut réduire la protection contre la transmission de chaleur et donc augmenter le risque de brûlures en cas d'incendie. Dans le pire des cas, ces matériaux peuvent fondre, ce qui peut entraver le traitement médical en cas de brûlure."

L'autre argument soulevé concerne l'éventuelle intervention des secours en cas d'accident grave car des bijoux peuvent "entraver" le retrait du casque, de la cagoule et de la combinaison.

"Dans le cas où de l'imagerie médicale est nécessaire pour éclairer un diagnostic après un accident, la présence de bijoux peut entraîner des complications et des retards importants", ajoute-t-il. "Dans le pire des cas, la présence de bijoux pendant l'imagerie peut causer des blessures supplémentaires. Les bijoux dans et/ou autour des voies respiratoires peuvent présenter des risques supplémentaires spécifiques s'ils sont délogés lors d'un accident et s'ils sont ingérés ou inhalés."

Avec cet amendement, il incombe toujours aux écuries de s'assurer que leurs pilotes respectent le règlement dans le cadre des vérifications techniques, mais cela offre la possibilité à la FIA d'effectuer des contrôles aléatoires pour s'assurer de la conformité de l'équipement du pilote.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Le "patin à glace" de Red Bull, remède contre le marsouinage ?
Article suivant Miami a inspiré des architectes "un peu fous"

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France