Bilan 2015 - Un Kvyat qui va vite

On aurait facilement pardonné à Daniil Kvyat de trébucher en étant propulsé chez Red Bull Racing au cours d'une année difficile, et aux côtés d'un équipier ayant avalé Vettel en 2014. Il n'en fut rien.

Bilan 2015 - Un Kvyat qui va vite
Daniil Kvyat, Red Bull Racing
Daniil Kvyat, Red Bull Racing
Daniil Kvyat, Red Bull Racing
Daniil Kvyat, Red Bull Racing avec Christian Horner, Red Bull Racing Team Principal
Daniil Kvyat, Red Bull Racing RB11 bloque une roue au freinage
Daniil Kvyat, Red Bull Racing RB11
Daniil Kvyat, Red Bull Racing RB11
Daniil Kvyat, Red Bull Racing RB11

Oleg Karpov, correspondant F1 russe de Motorsport.com, était peut-être l’un des seuls à avoir osé prendre un tel pari dans le paddock : celui que l’on aurait pu penser aveuglé par son patriotisme et sa foi en Daniil Kvyat avait en effet placé lors des tests de Jerez quelques billets contre plusieurs confrères de la salle de presse, assurant à qui voulait l’entendre que le jeune russe terminerait la saison avec plus de points que son équipier Ricciardo...

Un scénario auquel les chambreurs, dont il était aisé de faire partie, répondaient en suggérant qu’un tel cas de figure ne pourrait se produire que si Dany Boy était courtisé par Ferrari pour remplacer en cours de saison un Räikkönen peu en verve! Mais Kvyat a permis à notre ami de repartir d’Abu Dhabi avec un large sourire et des poches plus épaisses grâce aux 95 points l’ayant placé en septième position du Championnat du Monde des Pilotes…et trois unités devant Ricciardo. Le tout, à la régulière.

Un talent prenant confiance dans un environnement protecteur

Juger les deux pilotes Red Bull en qualifications cette année est loin d’être aisé : les séances du samedi du Taureau Ailé ont été influencées par les nombreux aléas rencontrés au niveau de l’unité de puissance. Souvent, le muret des stands a choisi de privilégier la stratégie de course pour l’un ou l’autre de ses pilotes, se sachant touché par des pénalités liées à des changements de pièces. Il arriva donc fréquemment que Kvyat ou Ricciardo n’aient pas à aller chercher les quelques derniers dixièmes sur un tour pour réellement faire la différence et offrir une comparaison juste.

Les juxtapositions chez Red Bull ne sont ainsi pas à faire en fonction de la position sur la grille, tout comme elles pourraient aussi être injustes ou biaisées sur la base des performances pures. On notera ainsi plutôt une progression nette et régulière de Kvyat le samedi face à son équipier, après avoir quelque peu subi la loi de celui qui connaissait mieux les mécanismes du team en début de saison, pour enfin prendre régulièrement le dessus en dernier tiers de saison.

Régulier, Kvyat est entré dans les points à 14 reprises cette saison –une de plus que son équipier-, en gardant une approche studieuse. On le vit appliquer une agressivité contrôlée dans le peloton, au milieu duquel il dut souvent exécuter des stratégies d’undercut victorieuses dans les stands avec la même qualité d’exécution que les stratèges et les mécaniciens Red Bull, qui excellent dans ce domaine. De cette faculté à pousser au bon moment et suivre le plan de route dans un milieu de peloton serré avec régularité est né le cycle positif de Kvyat : deux dixièmes au tour entre Red Bull, Williams, Toro Rosso, Force India et parfois Grosjean faisaient en effet bien souvent une très grande différence au classement final cette année.

Pas de vagues

Anonyme médiatiquement par rapport à Ricciardo ou Verstappen, Kvyat a cependant rempli sa mission à la perfection en enfilant des bottes que peu le pensaient capable de remplir après le départ de Vettel. Contraignant Ricciardo à maintenir un niveau d’attention élevé pour demeurer leader, Kvyat s’est aussi montré metteur au point et partageur pour l’intérêt du team : l’Australien et le Russe ont travaillé dans la même direction pour faire progresser l'équipe et jamais les dizaines de journalistes présents dans le carré d’interview après les qualifications et les courses n’ont entendu Kvyat éructer contre Renault ou le package comme beaucoup l’auraient pardonné –à commencer par son employeur-.

Kvyat a également indirectement géré la pression provenant de chez Toro Rosso de la meilleure des façons. Comme l’a récemment rappelé Ricciardo, l’univers Red Bull est impitoyable, et obtenir les résultats attendus année après année est indispensable du fait de la qualité des pilotes provenant de l’échelle interne. Avec la sensation Verstappen faisant déjà spéculer le paddock par sa précocité et son talent explosif, Kvyat se savait très scruté lors de chaque weekend de course et en compétition directe avec les jeunes loups de Toro Rosso au moindre faux pas.

Quand d’autres n’auraient pas tenu cette pression ou auraient pu faire se poser des questions à leur employeur, le jeune russe s’est même révélé, offrant une seconde moitié de saison des plus solides, et montant sur un podium en Hongrie. La comparaison s’est ainsi faite entre Ricciardo et Kvyat, et non entre Kvyat et les rookies Toro Rosso.

Voilà sans doute pourquoi l’on vit cette année un Kvyat bien plus détendu, souriant et approchable que chez Toro Rosso, où l’application du russe et ses relations dans le garage étaient parfois ternies par sa timidité et une langage corporel faisant douter de sa capacité à se faire une place autour des rayons de soleil propagés par la bonhomie de Ricciardo. Populaire en son pays, Kvyat s’est fait sa place chez Red Bull pour toutes les bonnes raisons, et a montré que sa courbe de progression est encore importante. Pari gagné pour Oleg et tous ceux qui ont cru en lui!

 Daniil Kvyat en 2015

GP disputés 19
Tours parcourus 1027
Top 10 14
Meilleur résultat 2e (Hongrie)
Meilleure qualification 4e (x3)
Points marqués 95
Abandons 3
Clt Championnat 7e
partages
commentaires
Horner ne regrette pas d'avoir critiqué Renault
Article précédent

Horner ne regrette pas d'avoir critiqué Renault

Article suivant

Colin Chapman, l'innovateur

Colin Chapman, l'innovateur
Charger les commentaires
Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen Prime

Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen

Mercedes a mené la danse lors des essais de la première course de Formule 1 à Djeddah, où Red Bull n'était pas dans le rythme, tant sur les tours lancés que sur les longs relais. Mais, si Max Verstappen peut inverser la tendance samedi, des facteurs familiers à la Formule E pourraient être décisifs dans un nouveau duel serré avec Lewis Hamilton.

Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps Prime

Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps

Les dirigeants de la Formule 1 ont toujours été très sélectifs dans les mots qu'ils ont utilisés pour décrire l'état de préparation du nouveau circuit qui accueille le Grand Prix d'Arabie saoudite.

Formule 1
3 déc. 2021
Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression Prime

Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression

La pression est forte sur Red Bull et Mercedes, alors que débute le sprint final de la saison. La manière dont les deux équipes gèrent cette pression sera un facteur déterminant pour l'attribution des titres pilotes et constructeurs.

Formule 1
2 déc. 2021
L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica Prime

L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica

Quand on regarde la deuxième carrière de Robert Kubica en Formule 1, la tristesse peut vite prendre le dessus. Mais dans un tel contexte, les performances et les résultats ne sont pas ce qu'il y a de plus important…

Formule 1
1 déc. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
28 nov. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
27 nov. 2021
Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes Prime

Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes

OPINION : L'écurie Red Bull a disposé du package le plus rapide pendant la majeure partie de l'année 2021, mais lors de plusieurs épreuves de la dernière ligne droite, elle a gaspillé le potentiel de la RB16B. Deux Grands Prix avant la fin de saison, elle ne peut pas se permettre de le faire à nouveau avec Lewis Hamilton qui réduit l'écart sur Max Verstappen au classement des pilotes.

Formule 1
26 nov. 2021
Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues Prime

Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues

Le DRS oscillant de Red Bull a fait parler de lui lors du Grand Prix du Qatar. Plus précisément, c'est une des configurations de l'aileron arrière de l'équipe qui pose problème.

Formule 1
25 nov. 2021