Formule 1
12 mars
-
15 mars
Prochain événement dans
48 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
Prochain événement dans
55 jours
02 avr.
-
05 avr.
Prochain événement dans
69 jours
16 avr.
-
19 avr.
Prochain événement dans
83 jours
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
97 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
Prochain événement dans
104 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
Prochain événement dans
118 jours
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
132 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
Prochain événement dans
139 jours
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
153 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
Prochain événement dans
160 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
Prochain événement dans
174 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
Prochain événement dans
188 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
216 jours
03 sept.
-
06 sept.
Prochain événement dans
223 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
Prochain événement dans
237 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
244 jours
08 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
258 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
272 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
279 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
293 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
Prochain événement dans
307 jours
Bilans Saison 2018
Dossier

Bilans Saison 2018

Bilan 2018 - Räikkönen a toujours la flamme

partages
commentaires
Bilan 2018 - Räikkönen a toujours la flamme
Par :
23 déc. 2018 à 08:00

Kimi Räikkönen est resté fidèle à lui-même en cette saison 2018 de Formule 1, avec des performances constantes et des résultats solides sans être exceptionnels. Surtout, Iceman a montré en signant chez Sauber que la flamme de la course l'animait encore.

Kimi Räikkönen pourrait-il être qualifié d'éternel troisième ? Après tout, le Finlandais est désormais monté sur la troisième marche du podium à 45 reprises dans sa carrière – largement plus que tout autre pilote, son dauphin dans cette statistique étant... son coéquipier Sebastian Vettel, justement, avec 29 arrivées à cette place.

Ce troisième rang, Räikkönen l'a trusté non seulement huit fois en course cette saison, mais aussi au classement général en fin d'année. Il convient de souligner que le pilote Ferrari n'est pas avantagé par ses performances en qualifications. Cette année encore, il était fréquent de l'entendre déplorer une erreur en Q3, comme à Bakou, où il était en avance pour la pole avant de commettre une erreur dans le dernier virage.

Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H

Non seulement le Champion du monde 2007 a encaissé un sévère 17-4 face à Vettel, avec un écart moyen de 0"226 sur les séances représentatives, mais il s'est qualifié à six reprises hors du top 4. Autant de fois où il a été battu par une/les Red Bull – voire d'autres monoplaces qui n'étaient pas censées y parvenir, comme ce fut le cas en Belgique.

En course également, Räikkönen était généralement moins compétitif que son quadruple Champion du monde de coéquipier. Si les nombreuses erreurs de ce dernier en deuxième moitié de saison ont permis à Räikkönen de réduire l'écart au championnat (69 points de retard), il convient également de rappeler que le Nordique a subi bien davantage de problèmes en tout genre.

On peut ainsi énumérer un feu vert allumé trop tôt lors de son arrêt au stand à Bahreïn, où il a bien malgré lui cassé la jambe de son mécanicien en mettant les gaz ; une panne de turbo à Barcelone ; le carambolage au départ de Spa, dont il a été la victime indirecte avec un aileron arrière endommagé par Daniel Ricciardo ; une défaillance électrique à Abu Dhabi. Quatre abandons, soit autant que pour Lewis Hamilton, Valtteri Bottas et Sebastian Vettel réunis !

Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H abandonne dans les stands

Le reste du temps, Räikkönen a enchaîné les bons résultats et poursuivi sa stupéfiante série de podiums sans victoire, avec un dernier succès qui datait du Grand Prix d'Australie 2013. L'ancien pilote Lotus aurait notamment pu y mettre un terme à Monza, où il avait signé la pole position au grand dam de Vettel (qui s'était senti quelque peu désavantagé), mais il a ensuite perdu son duel face à Hamilton en course, devant se contenter d'un 30e top 3 consécutif sans victoire.

Lire aussi :

Räikkönen s'est toutefois parfaitement rattrapé à Austin, où il a remporté un succès extrêmement populaire après s'être emparé de la première place aux dépens de Hamilton dès le départ, grâce à un bel envol. Par la même occasion, il assurait parfaitement son rôle de soutien à Vettel en retardant le sacre du pilote Mercedes d'une semaine, et devenait de surcroît le vainqueur le plus âgé du XXIe siècle.

Kimi Raikkonen, Ferrari, Kimi Raikkonen, Ferrari, sur le podium avec le trophée

"Je suis bien plus content que si j'étais deuxième." Prononcés sur le podium par le vainqueur du Grand Prix des États-Unis, ces mots montrent que l'intéressé n'a rien perdu du flegme qui fait sa légende. À 39 ans, Räikkönen est resté le même, abhorrant les médias mais adorant la course à un point que nous avons peut-être tous sous-estimé.

Lire aussi :

Car l'on s'imaginait que le vainqueur de 21 Grands Prix prendrait sa retraite, une fois écarté de la Scuderia Ferrari pour faire place au prodige Charles Leclerc. Que nenni ! Räikkönen se lance dans un nouveau projet avec l'écurie qui lui a donné sa chance en F1 en 2001, Sauber. Par pure passion. Et ça, c'est beau.

Le bilan de Ferrari
 
Article suivant
Bilan 2018 - Sirotkin, le temps de rien

Article précédent

Bilan 2018 - Sirotkin, le temps de rien

Article suivant

Bilan 2018 - Hartley, passager débarqué

Bilan 2018 - Hartley, passager débarqué
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Kimi Räikkönen Boutique
Équipes Ferrari Boutique
Auteur Benjamin Vinel