Bilans Saison 2018
Dossier

Bilans Saison 2018

Bilan 2018 - Intérimaire chez Renault, Sainz remplace cette fois son héros

Carlos Sainz Jr n'est sorti ni particulièrement renforcé, ni particulièrement affaibli de sa saison 2018 disputée avec Renault. Une situation qui, quand on connait les exigences et le contexte erratique d'une carrière en F1, n'a rien de déshonorant.

Bilan 2018 - Intérimaire chez Renault, Sainz remplace cette fois son héros

L'honnêteté intellectuelle consisterait à dire que le suivi de la saison 2018 de Carlos Sainz Jr. n'a pas été l'un des grands fils rouges de votre observateur. Pourtant, il était bien intéressant d'accorder de l'intérêt à la manière dont l'Espagnol allait gérer son placement par Red Bull au sein de l'équipe d'usine Renault – un type de deal rare en F1 -, non seulement car il pouvait influencer la trajectoire espérée ascendante de l'équipe franco-anglaise, mais aussi parce que le line-up pilotes 2018 avec Hülkenberg était assez séduisant en soi. Mais surtout, car il est vite apparu que Daniel Ricciardo scrutait de toutes parts ses options de volants ailleurs que chez Red Bull et pourrait laisser son baquet vacant.

Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18, devant Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18

Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18, devant Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18

Photo de: Glenn Dunbar / LAT Images

Bingo ! Et même si ce n'est vers Mercedes ou Ferrari que s'est tourné l'Australien, mais bien justement vers Renault, l'ironie fait que ce n'est pas Sainz, pourtant bien connu de la maison autrichienne, qui a disposé de l'opportunité de gagner au jeu des chaises musicales et récupérer ce qui est potentiellement le second ou troisième meilleur volant de la saison 2019. L'élu étant Pierre Gasly et Renault ayant tour à tour convoité Ocon et Ricciardo, Sainz savait fort heureusement depuis bien longtemps qu'il ne faudrait compter ni sur Red Bull ni sur Renault, embourbés dans un contexte politique fort complexe, pour placer ses intérêts personnels en tête de la liste de priorités. C'est donc en agent libre que le jeune pilote s'est assuré une entente avec McLaren, reprenant le volant de son compatriote Alonso qu'il ne manque jamais de publiquement magnifier.

Pour la troisième fois en autant de saisons, donc, Sainz pilotera une monoplace différente, avec cette fois cependant la garantie de disposer d'une option de rester dans la même équipe l'année suivante.

Carlos Sainz Jr., McLaren MCL33

Carlos Sainz Jr., McLaren MCL33

Photo de: Mark Sutton / Sutton Images

Appliqué et conscient du fait qu'il dispose là d'une occasion de s'affirmer comme un leader d'équipe bosseur et accompagnateur d'un projet devant monter, il peut s'appuyer sur la confiance acquise lors de son duel face à un Hülkenberg qui connaissait mieux Renault que lui en 2018, et contre qui il a semblé tenir la comparaison sans faire de vagues. Bien entendu, on rappellera que Hülkenberg, 7e au général, demeure le champion du monde des non-Mercedes/Ferrari/Red Bull en 2018, notamment grâce à des qualifications solides (13/8). Les 16 points de moins inscrits par rapport à son équipier ont placé Sainz à un décent 10e rang au classement : le niveau théorique de sa Renault, qu'il a placée à sa meilleure position à l'arrivée du tout dernier GP de la saison, à Abou Dhabi (6e).

En 2019, Sainz ne part pas totalement dans l'inconnue, disposant justement dans le dos d'une unité de puissance floquée du losange. L'enjeu principal pour l'Espagnol consistera à tenter de rester dans une spirale positive pour le moment crucial des changements de règles techniques dans quelques années, et au moment où certains pilotes se partageant aujourd'hui la majorité des succès en F1 (Hamilton, Vettel) pourraient décider de tourner la page.

Le bilan de Renault

partages
commentaires
Wolff : Räikkönen qui quitte Ferrari, un "coup dur" pour la F1

Article précédent

Wolff : Räikkönen qui quitte Ferrari, un "coup dur" pour la F1

Article suivant

Les voeux 2019 de la rédaction Motorsport.com

Les voeux 2019 de la rédaction Motorsport.com
Charger les commentaires
Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021