Bilans Saison 2019
Dossier

Bilans Saison 2019

Bilan 2019 - Sainz au niveau des meilleurs

Carlos Sainz a réalisé sans aucun doute la saison la plus réussie de sa carrière, dominant de la tête et des épaules le milieu de tableau.

Bilan 2019 - Sainz au niveau des meilleurs

"C'était comme jouer le titre mondial !" Carlos Sainz a vécu l'extase à Abu Dhabi, lorsqu'il a doublé Nico Hülkenberg pour la dixième place dans le dernier tour. Une dixième place cruciale car elle lui permettait de doubler Pierre Gasly pour la sixième position au classement général, le Français ayant été retardé par un accrochage avec Lance Stroll au départ, tandis qu'Alexander Albon n'était pas suffisamment bien placé pour leur damer le pion.

Lire aussi :

Sainz incarne véritablement la renaissance de McLaren, premier pilote de l'écurie britannique à atteindre le top 6 du championnat depuis 2012. Certes, la MCL34 était la monoplace la plus rapide à l'exception des trois top teams en deuxième moitié de saison, devançant ses rivales en qualifications à sept reprises lors des dix derniers Grands Prix (mais une seule fois sur les 11 premiers). Certes, le rookie Lando Norris a donné du fil à retordre à son équipier dans cet exercice, avec un score de 9-9 sur les séances représentatives. Certes, la saison de Sainz a mal commencé avec deux abandons sur problème mécanique et une 14e place en Chine.

Mais par la suite, l'Espagnol a souvent été intouchable : il est remonté à la septième place à Bakou, la huitième à Barcelone, la sixième à Monaco, la huitième au Red Bull Ring, la sixième à Silverstone, la cinquième à Hockenheim et au Hungaroring, gagnant en moyenne 4,5 places par rapport à sa position sur la grille sur ces sept épreuves. Avec, entre-temps, une course solide en France (sixième sur la grille comme à l'arrivée) et une 11e place au Canada à cause d'un tear-off coincé dans un conduit de frein. "Meilleur des autres" à quatre reprises sur ces neuf courses, Sainz y a surtout engrangé 58 points (6,44 par course !), davantage que Pierre Gasly (50 points avec Red Bull) et bien plus que le deuxième pilote du milieu de tableau, Daniil Kvyat (26 points, Toro Rosso). Norris, lui, n'en a alors marqué que 16 (mais 24 depuis le début de la saison).

Carlos Sainz Jr., McLaren MCL34 et Alex Albon, Red Bull RB15

Il y a ensuite eu quelques accrocs – une panne dès le départ à Spa-Francorchamps, une roue mal fixée à Monza alors qu'il était sixième, un accrochage avec Nico Hülkenberg à Singapour – mais Sainz a repris sa marche en avant de plus belle, alors qu'il enchaînait six top 7 en qualifications. Le pilote McLaren a réalisé deux courses particulièrement solides en Russie et au Japon (sixième puis cinquième). Une décevante 13e place à Mexico fut l'exception qui confirmait la règle, car Sainz a ensuite fini huitième à Austin avant de signer un podium opportuniste à Interlagos… sur lequel il n'a pas pu monter lors de la cérémonie officielle, car la pénalité infligée à Lewis Hamilton n'a été annoncée qu'après.

Sainz conclut donc la saison avec 96 points – presque le double d'un Norris généralement considéré comme un prodige (49) – et une réputation à la hausse, car ses prestations étaient souvent dignes d'un leader de top team. McLaren étant également sur une pente ascendante, peuvent-ils jouer les trouble-fêtes l'an prochain ?

Ces bilans 2019 sont aussi l'occasion pour vous de noter chaque pilote, grâce au module situé au bas de cet article.

Bilan McLaren 2019
 

partages
commentaires
Ferrari reconnaît avoir pris une "douche froide" en Australie

Article précédent

Ferrari reconnaît avoir pris une "douche froide" en Australie

Article suivant

Six mois chez Red Bull ont "remis en cause" la carrière de Gasly

Six mois chez Red Bull ont "remis en cause" la carrière de Gasly
Charger les commentaires
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021
Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021

Après le Grand Prix d'Azerbaïdjan, sixième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
7 juin 2021