Bilans Saison 2019
Dossier

Bilans Saison 2019

Bilan 2019 - Sainz au niveau des meilleurs

Carlos Sainz a réalisé sans aucun doute la saison la plus réussie de sa carrière, dominant de la tête et des épaules le milieu de tableau.

Bilan 2019 - Sainz au niveau des meilleurs
Charger le lecteur audio

"C'était comme jouer le titre mondial !" Carlos Sainz a vécu l'extase à Abu Dhabi, lorsqu'il a doublé Nico Hülkenberg pour la dixième place dans le dernier tour. Une dixième place cruciale car elle lui permettait de doubler Pierre Gasly pour la sixième position au classement général, le Français ayant été retardé par un accrochage avec Lance Stroll au départ, tandis qu'Alexander Albon n'était pas suffisamment bien placé pour leur damer le pion.

Lire aussi :

Sainz incarne véritablement la renaissance de McLaren, premier pilote de l'écurie britannique à atteindre le top 6 du championnat depuis 2012. Certes, la MCL34 était la monoplace la plus rapide à l'exception des trois top teams en deuxième moitié de saison, devançant ses rivales en qualifications à sept reprises lors des dix derniers Grands Prix (mais une seule fois sur les 11 premiers). Certes, le rookie Lando Norris a donné du fil à retordre à son équipier dans cet exercice, avec un score de 9-9 sur les séances représentatives. Certes, la saison de Sainz a mal commencé avec deux abandons sur problème mécanique et une 14e place en Chine.

Mais par la suite, l'Espagnol a souvent été intouchable : il est remonté à la septième place à Bakou, la huitième à Barcelone, la sixième à Monaco, la huitième au Red Bull Ring, la sixième à Silverstone, la cinquième à Hockenheim et au Hungaroring, gagnant en moyenne 4,5 places par rapport à sa position sur la grille sur ces sept épreuves. Avec, entre-temps, une course solide en France (sixième sur la grille comme à l'arrivée) et une 11e place au Canada à cause d'un tear-off coincé dans un conduit de frein. "Meilleur des autres" à quatre reprises sur ces neuf courses, Sainz y a surtout engrangé 58 points (6,44 par course !), davantage que Pierre Gasly (50 points avec Red Bull) et bien plus que le deuxième pilote du milieu de tableau, Daniil Kvyat (26 points, Toro Rosso). Norris, lui, n'en a alors marqué que 16 (mais 24 depuis le début de la saison).

Carlos Sainz Jr., McLaren MCL34 et Alex Albon, Red Bull RB15

Il y a ensuite eu quelques accrocs – une panne dès le départ à Spa-Francorchamps, une roue mal fixée à Monza alors qu'il était sixième, un accrochage avec Nico Hülkenberg à Singapour – mais Sainz a repris sa marche en avant de plus belle, alors qu'il enchaînait six top 7 en qualifications. Le pilote McLaren a réalisé deux courses particulièrement solides en Russie et au Japon (sixième puis cinquième). Une décevante 13e place à Mexico fut l'exception qui confirmait la règle, car Sainz a ensuite fini huitième à Austin avant de signer un podium opportuniste à Interlagos… sur lequel il n'a pas pu monter lors de la cérémonie officielle, car la pénalité infligée à Lewis Hamilton n'a été annoncée qu'après.

Sainz conclut donc la saison avec 96 points – presque le double d'un Norris généralement considéré comme un prodige (49) – et une réputation à la hausse, car ses prestations étaient souvent dignes d'un leader de top team. McLaren étant également sur une pente ascendante, peuvent-ils jouer les trouble-fêtes l'an prochain ?

Ces bilans 2019 sont aussi l'occasion pour vous de noter chaque pilote, grâce au module situé au bas de cet article.

Bilan McLaren 2019
 

partages
commentaires
Ferrari reconnaît avoir pris une "douche froide" en Australie
Article précédent

Ferrari reconnaît avoir pris une "douche froide" en Australie

Article suivant

Six mois chez Red Bull ont "remis en cause" la carrière de Gasly

Six mois chez Red Bull ont "remis en cause" la carrière de Gasly
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021