Bilans Saison 2020
Dossier

Bilans Saison 2020

Bilan 2020 - Pérez : d'une haie d'épines sort la rose !

Sergio Pérez a réalisé une saison remarquable compte tenu des nombreux aléas rencontrés au cours de l'année, dont rien qu'une paire d'entre eux auraient suffi à désarçonner plus d'un pilote. La vie n'a pas toujours été rose pour le Mexicain en 2020 !

Bilan 2020 - Pérez : d'une haie d'épines sort la rose !

Ces bilans 2020 sont aussi l'occasion pour vous de noter chaque pilote, grâce au module situé au bas de cet article.

La pire chose que peut connaître un pilote du niveau de Sergio Pérez et à ce stade de sa carrière est de ne pas avoir totalement la main sur sa situation, en piste comme en dehors. Et à bien des égards, le Mexicain s'est trouvé passager des événements cette année. Mais lorsqu'il s'est agi de devenir acteur de son propre destin et de saisir celui-ci à pleines mains, le #11 n'a pas montré le moindre signe de fébrilité.

Lire aussi :

Au-delà du fait d'avoir été contaminé par le COVID-19 et d'avoir ainsi manqué deux Grands Prix sur une saison raccourcie à 17 manches, le natif de Mendoza a notamment connu une paire de contrariétés à Bahreïn et Abu Dhabi en voyant sa monoplace lâcher en course, à des moments où de grosses moissons de points auraient dû venir récompenser ses efforts. Mais c'est surtout pendant l'ensemble de l'exercice que le quatrième pilote le plus expérimenté de la grille a été amené à douter de sa présence sur la grille F1, se sachant remplacé par Sebastian Vettel en fin d'année avec l'apparition de la nouvelle identité Aston Martin de l'équipe.

Ne lui restait ainsi qu'une chose à faire : rabattre la visière et laisser parler son pilotage, ses qualités de gestionnaire et une monoplace particulièrement compétitive. Il y avait de quoi perdre les nerfs et l'on se rappelle que Pérez a pu se montrer empressé ou faire preuve de manque de maturité, justement, en d'autres occasions au cours de sa carrière. Pas cette fois.

Avec une monoplace virtuellement troisième au Championnat du monde (sans les 15 points soustraits au classement pour infraction au Règlement Technique), Pérez a pu faire parler l'expérience et laisser ses résultats peu à peu imposer au management de Red Bull Racing l'obligation de le considérer comme une bien meilleure option 2021 qu'un Alexander Albon dont on peut aussi se dire que l'opportunité de faire ses preuves dans un top team lui a bel et bien été donnée, comme elle avait été donnée à son prédécesseur. Voilà qui n'est pas rien, lorsque l'on sait à quel point Red Bull tient à sa filière interne, et en dit long sur les formes de garanties que pense obtenir le team de Milton Keynes en rompant ses habitudes.

Lire aussi :

Les chiffres parlent pour eux-mêmes. Pérez boucle le championnat 2020 dans sa meilleure position jamais atteinte et s'est surclassé par rapport à l'auto dont il dispose et le nombre de courses qu'il a pu disputer. Quatrième, il n'est devancé que par les redoutables Mercedes et son non moins excellent futur équipier, Max Verstappen. En ayant manqué deux Grands Prix, donc, en Grande-Bretagne.

Jusqu'en Turquie, pourtant, un petit quelque chose se refusait encore à Pérez. Tandis que son équipier Lance Stroll était parvenu à placer la "Mercedes Rose" sur le podium plus tôt dans la saison, le Mexicain avait encore besoin de signer un résultat dans le top 3 qu'il a fréquenté avec régularité au fil de ses dix ans de carrière en F1 avec des monoplaces souvent "un cran en-dessous". Ce fut finalement chose faite au terme d'une très solide course à Istanbul, avant de se refuser à lui sur une panne de MGU-K, dès la manche suivante. Pourtant, Pérez était bien loin de s'imaginer que lors du week-end suivant, alors que l'horizon de son avenir en F1 n'en finissait plus de s'obscurcir, sa victoire tant attendue pendant 189 Grands Prix s'offrirait enfin à lui.

Un nouveau chapitre de la carrière de Sergio Pérez s'ouvre désormais dans un top team. Bien longtemps après avoir déchanté lors d'une courte saison chez McLaren aux côtés d'un équipier Champion du monde, il semble acquis que Pérez disposera l'an prochain avec la Red Bull de ce qui est la seconde meilleure auto du plateau. Le team est le seul à avoir su le faire chaque saison, depuis le début de l'ère hybride, face à Mercedes. Red Bull sait remporter des courses. Ça tombe bien, Pérez aussi.

 

partages
commentaires
Red Bull : Russell a un contrat de 10 ans avec Mercedes
Article précédent

Red Bull : Russell a un contrat de 10 ans avec Mercedes

Article suivant

Mentor de Leclerc chez Ferrari, Clear va accompagner Schumacher

Mentor de Leclerc chez Ferrari, Clear va accompagner Schumacher
Charger les commentaires
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021
L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1 Prime

L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1

Initialement controversé en raison de son effet sur l'esthétique et le poids des Formule 1, le Halo a gagné en reconnaissance depuis son introduction en 2018. Pat Symonds se penche sur la création d'un sauveur de vies.

Formule 1
18 déc. 2021