Formule 1
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé
Bilans Saison 2018
Dossier

Bilans Saison 2018

Bilan 2018 - Haute pression et dépression pour Bottas

partages
commentaires
Bilan 2018 - Haute pression et dépression pour Bottas
Par :
27 déc. 2018 à 13:00

Mis sous l'éteignoir par Lewis Hamilton, son désormais quintuple Champion du monde de coéquipier, Valtteri Bottas a conclu une année 2018 sans victoire alors qu'il disposait de l'une des meilleures monoplaces du plateau. Inquiétant ? Forcément !

Depuis son arrivée chez Mercedes début 2017, précipitée par la retraite inattendue de Nico Rosberg, Valtteri Bottas est confronté à un double défi : se mesurer à un Lewis Hamilton naturellement et historiquement intégré à son écurie, et démontrer qu'il n'est pas là pour se cantonner à un simple rôle de faire-valoir.

Sa première année en gris avait plutôt convaincu. Ponctuée de trois victoires et quatre pole positions, dans un contexte d'adaptation rapide, elle avait été traversée par le Finlandais avec, en plus, la révélation d'une entente harmonieuse avec son multiple Champion du monde de coéquipier. Pour beaucoup, cette "période d'essai" avait donc été légitimement validée par une prolongation de contrat à la clé.

Lire aussi :

Un an plus tard, la donne n'est plus la même, et ce sont les doutes et les interrogations qui pèsent inévitablement sur les épaules de Bottas. Son patron, Toto Wolff, a souvent évoqué la malchance de son pilote, ce que d'autres appelleront un manque de réussite. On ne peut pas totalement donner tort à l'Autrichien si l'on se remémore certains épisodes, à commencer par ce débris resté en piste à Bakou, sur lequel il avait roulé et laissé envoler une victoire qui lui tendait les bras.

Il y a également eu ce contact provoqué par Sebastian Vettel au Grand Prix de France, sur une liste à laquelle on serait tenté d'ajouter certaines stratégies de course qui n'ont pas penché en sa faveur, l'intervention de la voiture de sécurité défavorable en Chine, ou encore l'inhabituelle défaillance du moteur Mercedes survenue en Autriche. Mais elle avait également frappé Hamilton…

À Sotchi, il était trop tard

Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1, félicite le vainqueur Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1

Malheureusement pour l'ex-pilote Williams, on ne peut pas résumer son année 2018 à cette seule scoumoune. L'autre occasion manquée pour lui est évidemment celle de Sotchi, où tout s'était enfin bien mis en place pour qu'il aille conquérir sa première victoire de la saison. Auteur de la pole position, il y réalisait le week-end solide et attendu pour s'octroyer ce succès, mais en ce début d'automne, il était déjà trop tard…

Trop tard parce qu'aux points, Hamilton était théoriquement déjà le seul à pouvoir espérer jouer le titre pilotes chez Mercedes. Trop tard parce que l'écurie de Brackley se devait de rester méfiante face à une écurie Ferrari encore dans le match, elle aussi avec un seul pilote, en dépit de ses déboires de Monza. Trop tard donc, pour que les consignes d'équipe ne tombent pas.

Lire aussi :

Même s'il ne s'y attendait pas forcément de cette manière, Bottas s'est exécuté sans faire de vague lorsque la radio s'est emballée pour lui demander de s'écarter au profit de Hamilton, sacrifiant ainsi sa victoire probable pour la servir sur un plateau à son voisin de garage. Il y eut bien quelques demandes d'explications après la course, mais timides, elles portaient davantage sur la forme que sur le fond.

Inévitablement, on a vu ressurgir les vieux démons, tels ceux qui avaient fait si mal à Felipe Massa chez Ferrari lors d'un Grand Prix d'Allemagne en 2010, lorsque l'écurie italienne lui avait intimé l'ordre de s'effacer au bénéfice de Fernando Alonso. Inévitablement, on a pensé que le moral de Bottas serait touché. Fatalement, c'est ce qui s'est certainement produit même si l'intéressé a toujours gardé la tête haute sans se laisser aller à un mot plus haut que l'autre.

Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09 EQ Power+, traverse par l'herbe

Avec le cinquième sacre de Hamilton assuré dès le Grand Prix du Mexique, l'occasion aurait été belle de profiter de la situation pour voir Bottas sortir la tête de l'eau en toute fin d'année. Mais Hamilton n'a pas levé le pied pour autant, tandis que le Finlandais a continué d'inquiéter dans son niveau de performance, et notamment en course.

Les faits sont implacables, à commencer par celui qui fait de lui le seul pilote au sein des trois écuries de pointe à n'avoir pas décroché la moindre victoire en 2018. Cinquième du championnat, il termine il est vrai à quatre points seulement de la troisième place de Kimi Räikkönen, mais l'impression d'ensemble qu'il laisse n'est pas des meilleures. Deux pole positions et huit podiums, c'est finalement un maigre bilan pour quelqu'un qui disposait de la monoplace Championne du monde.

2019, ça passe ou ça casse ?

Dans cette année bien terne, la chance de Bottas est sans aucun doute d'avoir décroché sa prolongation de contrat dès le mois de juillet. Une bonne nouvelle tombée pour lui avant la trêve estivale, avant l'affolement du marché des transferts provoqué par le départ annoncé de Daniel Ricciardo de Red Bull Racing vers Renault. Les dominos étant tombés en la défaveur d'Esteban Ocon, privé de baquet pour 2019, on peut s'interroger sur la stratégie qu'aurait adoptée Mercedes si l'affaire avait traîné davantage… Mais pas question de refaire l'histoire.

Ce qui semble certain aujourd'hui, c'est que Valtteri Bottas ne peut en aucun cas se permettre un exercice 2019 du même acabit que le précédent. Prolongé pour une saison supplémentaire avec une option pour 2020, le voici sous une pression un peu plus forte encore qu'auparavant. Ses performances seront scrutées, tout comme le rapport de force avec Hamilton en dépit de l'entente harmonieuse des deux hommes. Et si l'ombre d'un doute perdure, c'est celle d'un Ocon tapi dans le rôle de réserviste qui risque de grossir de semaine en semaine…

Le bilan de Mercedes

Article suivant
Bilan 2018 - Leclerc les a tous conquis, même Ferrari !

Article précédent

Bilan 2018 - Leclerc les a tous conquis, même Ferrari !

Article suivant

Bilan 2018 - Grosjean a surmonté sa série noire

Bilan 2018 - Grosjean a surmonté sa série noire
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Valtteri Bottas Boutique
Équipes Mercedes Boutique
Auteur Basile Davoine