Bilan mi-saison : DTM (1/3)

A l’instar de la Formule 1, le DTM connait également sa trêve estivale, et ce depuis l’Eventshow de Munich les 14 et 15 juillet derniers

A l’instar de la Formule 1, le DTM connait également sa trêve estivale, et ce depuis l’Eventshow de Munich les 14 et 15 juillet derniers. Avec déjà cinq des dix manches que composent la saison derrière eux, pilotes et écuries entameront dès la fin du mois d’août la dernière ligne droite de la campagne 2012.

Avant cela, l’occasion nous est donné de revenir sur les forces en présence mais également sur les déceptions de ce début d’année. Aujourd'hui, ToileF1.com vous propose la première partie des trois parties de ce bilan de mi-saison DTM.



Un championnat qui tient ses promesses


DMSB et ITR (comprenez Fédération Allemande de Sport Automobile et International Tourenwagen Rennen, l’équivalent du FOM en DTM) nous avaient annoncé un véritable renouveau dans un championnat vieillissant qui souffrait du manque du faible nombre de constructeurs impliqués. L’élaboration d’une nouvelle réglementation technique, sans pour autant toucher à une réglementation sportive et un état d’esprit à la limite de l’irréprochable, a porté ses fruits avec le retour à la compétition de BMW.

Jouissant désormais d’un duel à trois, le DTM a sérieusement repris de l’intérêt. Pas moins de 22 voitures et 12 nationalités sont représentées dans ce championnat de tourisme allemand qui s’internationalise doucement mais sûrement. Les rapprochements avec le SuperGT japonais et le Grand AM américain en sont indéniablement la preuve. La signature d’Adrien Tambay chez Audi permet quant à elle de lier à nouveau cette compétition avec la France.

Les Britanniques sur la voie royale
Cette première moitié de saison aura notamment été marquée par l’outrageuse domination de Gary Paffett au championnat pilote. Il aura en effet fallu attendre le Norisring, cinquième manche de l’année, pour voir un podium dans lequel ne figure pas le Britannique. Une performance que le pilote HWA doit non seulement à son pilotage mais également au très bon niveau de performance de sa nouvelle Classe-C DTM coupé. Fort de deux victoires, Paffett compte aujourd’hui une quatrième place comme plus mauvais résultat. A n’en pas douter, il y a pire. D’autant plus que le champion 2005 dispose d’une avance plus que confortable au classement pilote. 26pts très exactement le séparent de son plus proche rival, qui n’est autre que son homologue et équipier Jamie Green. Autant dire que, sauf retournement de situation, Gary Paffett a d’ors et déjà titre gagné. C’est du moins ce que l’on pourrait penser si on ne le savait pas habitué aux désilusions, lui qui s’est retrouvé trois fois dauphin depuis ses débuts en DTM (2004, 2009 et 2010).

La deuxième partie ici

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Gary Paffett , Jamie Green , Adrien Tambay
Type d'article Actualités