Bilan mi-saison : Jean-Eric Vergne

Au terme de la première moitié de la saison, le bilan de Jean-Éric Vergne, qui débute cette année dans la catégorie reine avec Toro Rosso, est assez encourageant, bien qu’il connaisse quelques difficultés, notamment lors des séances qualificatives

Au terme de la première moitié de la saison, le bilan de Jean-Éric Vergne, qui débute cette année dans la catégorie reine avec Toro Rosso, est assez encourageant, bien qu’il connaisse quelques difficultés, notamment lors des séances qualificatives.

Le jeune Français a bien entamé sa saison, puisqu’il manqua d’inscrire ses premiers points lors de son premier Grand Prix dans l’ultime boucle, à Melbourne, avant de terminer à une brillante huitième place en Malaisie, après une folle remontée sous un déluge de pluie.

La suite est plus discrète, puisque le pilote Toro Rosso s’est toujours classé entre la douzième et la seizième place, mis à part au Grand Prix d’Europe où il fut contraint à l’abandon après avoir percuté Heikki Kovalainen. A noter qu’il aurait pu bien figurer à Monaco, puisqu’il occupait la septième position avant d’opter pour le mauvais choix de pneumatiques (misant sur la pluie) à dix tours du but et ainsi échouer hors des points.

Avec quatre points inscrits, il devance de deux longueurs son coéquipier Daniel Ricciardo, qui a déjà une demi-saison chez HRT derrière lui, avec ce que cela implique d’expérience en plus. En course, le natif de Pontoise fait jeu égal avec l’Australien, puisqu’ils terminent tous deux, en moyenne, à la treizième place.

Là où le vice-champion 2011 de Formule Renault 3.5 doit s’améliorer est clairement en qualifications. En effet, sur les onze premières manches, il réalise en moyenne le dix-septième chrono du samedi après-midi, ce qui complique l’accession aux points en course, d’autant plus que depuis le début de saison, la STR7 est en perte de vitesse par rapport à la concurrence. Trop de fois, JEV n'a pu disputer la Q2 et s'est trouvé en situation difficile pour le reste du weekend dès le samedi. S’il parvient à mieux se qualifier tout en continuant à réaliser des courses solides, Jean-Éric Vergne peut espérer conserver son volant pour 2013, mais aussi lorgner sur le baquet de Mark Webber pour 2014, puisqu’il ne fait aucun secret que le but de Toro Rosso et de son directeur Franz Tost est de dénicher le futur champion capable de briller chez la grande sœur Red Bull, le jour où une place s’y libèrera. La pression est donc grande sur le Français, mais il est clair que si sa monture le lui permet, il saura saisir sa chance et faire étalage de son talent à ses dirigeants.

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Mark Webber , Heikki Kovalainen , Daniel Ricciardo , Jean-Éric Vergne
Équipes Toro Rosso
Type d'article Actualités