Bilan saison : Caterham

Caterham avait vécu une saison 2012 difficile

Caterham avait vécu une saison 2012 difficile. La première moitié de saison avait été très prometteuse, l’équipe se rapprochant de plus en plus du milieu de tableau, mais le déménagement de l’usine de Hingham à Leafield et des évolutions inefficaces avaient fait perdre du terrain aux verts. Ils s’étaient retrouvés menacés par Marussia, et n’avaient récupéré la 10e place du championnat des constructeurs qu’in extremis.

Dès les essais hivernaux de la saison 2013, Caterham a fait l’étonnant choix de n’utiliser qu’une voiture hybride, reprenant de nombreux éléments de la CT01. La tendance de la deuxième moitié de saison 2012 s’est donc confirmée au début de l’année : lors des qualifications des trois premiers Grands Prix, la meilleure CT03 accusait une seconde de retard sur la meilleure Marussia. L’Australie a peut-être été le pire weekend de l’histoire de l’équipe : Pic et van der Garde, à eux deux, y ont percuté le mur trois fois lors des qualifications, endommageant leur monoplace plus souvent en 20 minutes que Kovalainen et Petrov ne l'avaient fait lors de la saison 2012. Les résultats en course n’étaient pas meilleurs, Jules Bianchi finissant premier des quatre concurrents à chaque fois, décrochant en Malaisie une 13e place cruciale : elle allait maintenir Marussia dans le top 10 du classement jusqu’à la fin du championnat.

Il faut dire que les circonstances n’ont pas joué en faveur des hommes de Cyril Abiteboul. Non seulement les deux pilotes étaient inexpérimentés, cumulant une seule saison d’expérience en Formule 1 (celle de Charles Pic chez Marussia), mais la continuité avec la saison 2012 était rompue, Kovalainen et Petrov n’ayant pas été reconduits à leur poste. Devant les difficultés rencontrées, les dirigeants de l’équipe ont décidé de rappeler le Finlandais pour lui confier un poste de pilote de réserve, puisqu’il disposait d’une certaine expérience en F1 et qu’il avait connu la CT01.

Kovalainen a testé la CT03 hybride à Bahreïn, puis a pu la comparer à la toute nouvelle monoplace au Grand Prix suivant, en Espagne. En effet, Caterham a amené à Barcelone sa vraie voiture 2013, comprenant par conséquent de nombreuses évolutions. Cette nouvelle monoplace a également vu la disparition du nez de canard présent sur la CT01 et lors des quatre premières courses de la saison 2013… avant sa réapparition à partir de la Hongrie, sans commentaire de la part de l’équipe.

De façon générale, à partir de l’arrivée de la vraie CT03 en Espagne, Caterham a montré un niveau de performance respectable. En moyenne, sur les onze séances de qualifications disputées sur le sec à partir de Barcelone, les verts jouissent d’un avantage de 0,247 seconde sur leurs rivaux, et sont donc repassés devant en termes de performance pure. A noter les deux Q2 de van der Garde, à mettre à l’actif du pilote pour son pilotage brillant sur piste humide. En course, ce fut un peu plus compliqué. Jules Bianchi, malgré une monoplace légèrement inférieure, a donné du fil à retordre à Pic et à van der Garde, finissant notamment les deux derniers Grands Prix dans la position de premier des nouvelles écuries. Néanmoins, Caterham a globalement eu l’avantage et n’avait besoin que d’une pincée de chance pour dépasser Marussia au championnat constructeurs : les verts ont placé leurs deux voitures aux 14e et 15e places en Hongrie et en Corée, alors qu’une 13e place aurait été suffisante pour s’emparer du top 10 du championnat, mais les faits de course nécessaires à un tel résultat ne sont pas survenus. Caterham se classe donc onzième et dernière du championnat des constructeurs 2013. Cependant, tout n’est pas négatif. Il faut savoir qu’en se classant à cette position, l’équipe de Tony Fernandes ne perd que 3M€. En effet, bien que la dixième équipe du championnat gagne 10,5M€ en primes de championnat tandis que la onzième n’a rien, une autre prime de 7,5M€ est accordée aux équipes classées hors du top 10. Dans cette optique, Caterham a adopté une stratégie logique pour cette saison : économiser le plus d’argent possible pour investir sur les changements de règlementation de 2014, quitte à peut-être finir hors du top 10 au championnat. Et dans ce contexte, l’année prochaine revêtira une importance capitale pour les deux petites équipes. En effet, les équipes ayant fini dans le top 10 lors de deux des trois dernières saisons reçoivent 10% des recettes liées aux droits TV : 26M€. Malgré sa contre-performance de 2013, Caterham y reste éligible grâce à ses 10e places de 2011 et de 2012, tandis que Marussia n’y a toujours pas droit. En revanche, si l’équipe basée à Banbury parvenait à vaincre sa rivale à nouveau l’an prochain, les conséquences financières seraient énormes : Caterham n’a plus le droit à l’erreur. Quant au duo que Cyril Abiteboul alignera l’an prochain, il est encore loin d’être défini : les principaux candidats à ces deux baquets sont Charles Pic, Giedo van der Garde et Heikki Kovalainen. Alexander Rossi n'est en revanche qu'un outsider, tandis que les rumeurs ont également annoncé l'arrivée possible de Marcus Ericsson, Robin Frijns ou Esteban Gutiérrez.

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Heikki Kovalainen , Giedo van der Garde , Alexander Rossi , Esteban Gutiérrez , Marcus Ericsson , Charles Pic , Jules Bianchi , Robin Frijns
Type d'article Actualités