Bilan F1 2017
Dossier

Bilan F1 2017

Bilan saison - Giovinazzi, des crashs et un avenir en pointillés

Antonio Giovinazzi a connu une saison relativement inhabituelle, puisqu'il a eu l'opportunité de piloter trois F1 actuelles à de multiples reprises. Malheureusement pour lui, cela n'a pas abouti à un volant de titulaire pour 2018.

Bilan saison - Giovinazzi, des crashs et un avenir en pointillés

Il y a ne serait-ce que deux ans, rares étaient ceux qui imaginaient voir un jour Antonio Giovinazzi en Formule 1, malgré sa belle deuxième place au championnat de F3 Europe 2015. Mais l'année suivante, l'Italien a déjoué les pronostics au sein de la nouvelle écurie Prema en GP2, tenant tête à son coéquipier Pierre Gasly, pourtant plus expérimenté et très estimé, dans la lutte pour le titre. Ce dernier lui a échappé, mais Giovinazzi est néanmoins parvenu à obtenir un poste de pilote de réserve chez Ferrari.

À partir de là, tout s'enchaîne. C'est le 19 décembre que l'arrivée de Giovinazzi au sein de la Scuderia est annoncée ; à peine un mois plus tard, Pascal Wehrlein subit un spectaculaire accident à la Race of Champions, s'envolant dans un accrochage avec Felipe Massa. Petit à petit, des rumeurs fuitent quant à la capacité – ou plutôt l'incapacité – du pilote Sauber à piloter une F1, en raison de problèmes au dos.

Giovinazzi est finalement appelé à prendre le relais au volant de la C36 à moteur Ferrari pour la première semaine d'essais hivernaux. Wehrlein fait son retour par la suite, mais sa préparation physique n'est pas au point et il est contraint de déclarer forfait pour le Grand Prix d'Australie après la première journée d'essais. Giovinazzi obtient ainsi l'opportunité de faire ses débuts en Formule 1, à la dernière minute.

Antonio Giovinazzi, Ferrari SF70H

Ces débuts sont plutôt prometteurs, compte tenu des circonstances. Logiquement dernier des Essais Libres 3 à plus d'une seconde de son coéquipier Marcus Ericsson, Giovinazzi est à moins de deux dixièmes en Q1, où il prend une étonnante 16e place. En course, il fait jeu égal avec le Suédois jusqu'à l'abandon de ce dernier au 22e tour sur problème hydraulique et se classe à la 12e place, profitant de nombreuses pannes chez la concurrence.

Au vu de ces débuts réussis, les attentes sont forcément élevées pour le Grand Prix de Chine, où Wehrlein est de nouveau absent. Mais là, rien ne se passe comme prévu. Compétitif en Q1 sous la pluie, Giovinazzi perd le contrôle de sa monoplace au dernier virage et percute violemment le mur ; il passe en Q2 mais est incapable d'y participer. En course, sur une piste humide, il prend le risque de passer les slicks mais commet une faute similaire dès le quatrième tour. C'est l'abandon.

C'est la dernière course de Giovinazzi en 2017, mais c'est loin d'être la fin de son programme. Neuf jours plus tard, le protégé de Ferrari teste la SF70H aux essais de Bahreïn, signant le deuxième temps en 1'31"984 avec 93 tours au compteur.

S'ensuivent quelques mois lors desquels il se contente d'apprendre dans l'ombre au sein du garage des rouges, jusqu'à ce que la Scuderia trouve un accord avec Haas pour faire rouler son poulain en essais libres. Giovinazzi participe ainsi à sept séances d'EL1 et parcourt un total de 149 tours sur divers circuits du Championnat du monde.

Antonio Giovinazzi, Haas F1 Team VF-17

En parallèle, Ferrari s'efforce de trouver des solutions pour placer ses deux jeunes loups prometteurs dans des baquets de titulaire pour 2018. Deux, car il faut compter avec Charles Leclerc, qui domine la saison de Formule 2 et est facilement sacré.

Or, malgré les liens étroits qui unissent Haas au cheval cabré d'un point de vue technique, l'écurie américaine refuse catégoriquement de se faire dicter le choix de ses pilotes, préférant l'expérience de Grosjean et Magnussen à la jeunesse de Giovinazzi.

Chez Sauber, la place de Leclerc paraît assurée grâce à ses prestations impressionnantes, d'autant que le Monégasque connaît bien son directeur Frédéric Vasseur, avec qui il a remporté le titre GP3 lorsqu'il courait chez ART en 2016.

Giovinazzi se retrouve donc en ballotage avec Marcus Ericsson, dont la carrière est soutenue par les propriétaires de l'écurie, et c'est ce dernier qui est finalement choisi. Le talent n'aura donc pas primé dans la décision, et le pilote de réserve Ferrari va devoir ronger son frein un an de plus, avec pour seule perspective de nouvelles séances d'essais. À moins d'un nouveau rebondissement ?

Les chiffres de Sauber en 2017

Sauber, le bilan

partages
commentaires
Imbroglio autour de discussions entre Rowland et Williams
Article précédent

Imbroglio autour de discussions entre Rowland et Williams

Article suivant

La manoeuvre de Ricciardo à Bakou élue Meilleur dépassement 2017 en F1

La manoeuvre de Ricciardo à Bakou élue Meilleur dépassement 2017 en F1
Charger les commentaires
Les notes du Grand Prix d'Arabie saoudite 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Arabie saoudite 2021

Après le Grand Prix d'Arabie saoudite, vingt-et-unième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
6 déc. 2021
Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen Prime

Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen

Mercedes a mené la danse lors des essais de la première course de Formule 1 à Djeddah, où Red Bull n'était pas dans le rythme, tant sur les tours lancés que sur les longs relais. Mais, si Max Verstappen peut inverser la tendance samedi, des facteurs familiers à la Formule E pourraient être décisifs dans un nouveau duel serré avec Lewis Hamilton.

Formule 1
4 déc. 2021
Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps Prime

Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps

Les dirigeants de la Formule 1 ont toujours été très sélectifs dans les mots qu'ils ont utilisés pour décrire l'état de préparation du nouveau circuit qui accueille le Grand Prix d'Arabie saoudite.

Formule 1
3 déc. 2021
Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression Prime

Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression

La pression est forte sur Red Bull et Mercedes, alors que débute le sprint final de la saison. La manière dont les deux équipes gèrent cette pression sera un facteur déterminant pour l'attribution des titres pilotes et constructeurs.

Formule 1
2 déc. 2021
L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica Prime

L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica

Quand on regarde la deuxième carrière de Robert Kubica en Formule 1, la tristesse peut vite prendre le dessus. Mais dans un tel contexte, les performances et les résultats ne sont pas ce qu'il y a de plus important…

Formule 1
1 déc. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
28 nov. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
27 nov. 2021
Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes Prime

Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes

OPINION : L'écurie Red Bull a disposé du package le plus rapide pendant la majeure partie de l'année 2021, mais lors de plusieurs épreuves de la dernière ligne droite, elle a gaspillé le potentiel de la RB16B. Deux Grands Prix avant la fin de saison, elle ne peut pas se permettre de le faire à nouveau avec Lewis Hamilton qui réduit l'écart sur Max Verstappen au classement des pilotes.

Formule 1
26 nov. 2021