Bilan F1 2017
Dossier

Bilan F1 2017

Bilan saison - Tchau querido, Felipe Massa !

So long, farewell, auf wiedersehen goodbye. Pour de vrai !

Bilan saison - Tchau querido, Felipe Massa !

Artiste parfois inspiré dans une ère où résonnaient symphonies de moteurs V10, V8 et crissements de pneus rainurés, Felipe Massa a offert un dernier rappel sur scène et se destine maintenant à animer d’autres bals costumés.

"Petit Frère" spirituel chez Ferrari du Kaiser Michael Schumacher lui-même, et devenu jeune papa éperdument dévoué après avoir été meurtri dans sa chair lors d’un brutal accident en 2009, Felipe Massa a encore cette attitude innocente et sympathique qui lui a valu une popularité authentique dans le paddock F1 et auprès de nombreux fans. Mais le Brésilien est bel et bien devenu un homme, et a vu s’écrire bien des chapitres au cours de sa carrière F1 durable bien que vierge de titre mondial. Nombre d’entre eux, cependant, le virent incarner – logiquement – le rôle de faire-valoir, d’équipier non-menaçant de pilotes redoutables (Schumacher, Räikkönen, Alonso) ou de "solution par défaut" pour ses employeurs.

Modeste, Felipe Massa s’est avant tout offert une longévité en F1 grâce à son attitude conciliatrice, le soutien indéfectible d'un entourage solide en son manager Nicolas Todt et de son acolyte Rob Smedley et l’atteinte d’un milieu satisfaisant pour certains teams entre performances en dents de scie et comportement fédérateur hors-piste. Mais fédérateur ne signifie pas nécessairement motivant, dans un environnement où la stimulation vient notamment avec la perception d’un potentiel dont Felipe Massa a longtemps peiné à être l’incarnation.

Podium: champagne pour Michael Schumacher et Felipe Massa

Valeur-refuge pour Williams en 2017

En 2017, à l’heure où Paddy Lowe passait plus de temps à mettre en valeur et défendre les qualités du jeune Lance Stroll, il était évident que Felipe Massa ne faisait plus partie des objectifs à moyen terme du team. Pourtant, le Brésilien, de par le stade atteint dans sa carrière et son tempérament conciliateur, s’est un montré un patient maître de stage, permettant au jeune Canadien de disposer d’un environnement de travail relâché de la pression additionnelle d’un équipier redoutable et potentiellement destructeur de carrière. Mais peut-être, sans doute, l’équipe Williams a-t-elle aussi de nouveau besoin d’un pilote plus affamé, capable de projeter une motivation plus tangible à ses troupes.

Un pilote qui s’appelait Valtteri Bottas jusqu’au terme de la saison 2016, et qui avait battu Massa 17-4 dans l’exercice des qualifications, le score le plus brutal toutes équipes confondues. La performance du Brésilien en 2017 face à Stroll (17-2) en dit donc long sur le niveau devant encore être atteint par le jeune promu, plus que sur une implacable domination du vétéran Brésilien.

Globalement, Massa s’est montré 0"7 plus rapide que Stroll le samedi après-midi. Mais Williams semble penser que le potentiel réel de sa monoplace à moteur Mercedes n’a malgré tout pas été atteint en nombre de circonstances, même aux mains de celui-ci, au point de désirer faire son marché 2018 parmi une liste de pilotes n’ayant pour certains plus disputé de saison complète dans la discipline depuis de nombreuses années (Kubica, depuis 2010 ; Di Resta, depuis 2013)…

Felipe Massa, Williams FW40

En course, le bilan comptable de Massa ne devance que de trois unités celui de Stroll (43 à 40), par ailleurs seul pilote non Mercedes-Ferrari-Red Bull à être monté sur le podium en 2017. Mais l’histoire complète et plus représentative est que le pilote aux huit saisons Ferrari a passé deux fois plus de tours devant son équipier (589 à 297) et a terminé neuf des 13 GP lors desquels tous deux ont vu le drapeau à damier devant celui-ci.

Pour celui qui aime rappeler que les victoires de Singapour 2008 et Bakou 2017 lui étaient destinées, les 43 points de cette année sont aussi synonymes de plus mauvaise saison comptable depuis 2009, saison lors de laquelle son accident lors des qualifications du GP de Hongrie ne lui permit de disputer que neuf courses et inscrire 22 unités.

Team Sauber Petronas fait signer Felipe Massa : Peter Sauber et Felipe Massa

Avant cela, sa moisson la plus faible remontait à 2004, sa seconde saison en F1 avec Sauber, sous un autre barème de points, plus restrictif, et qui ramené au barème actuel signifie qu’il aurait été crédité de 43 points.

Disons donc simplement que la boucle F1 est clairement bouclée pour celui que l’on reverra sans aucun doute avec toute sa petite famille en pré-retraite dans d’autres paddocks et assouvir une passion demeurée intacte. 

Adeus, Felipe ! 

*Tchau querido : Au revoir, très cher !

La chiffres de Williams en 2017

Williams, le bilan

partages
commentaires
Brown : Ron Dennis aurait pris la même décision sur Honda
Article précédent

Brown : Ron Dennis aurait pris la même décision sur Honda

Article suivant

Ferrari réitère ses menaces et évoque un "championnat alternatif"

Ferrari réitère ses menaces et évoque un "championnat alternatif"
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021