Bilan F1 2017
Dossier

Bilan F1 2017

Bilan saison - Hartley, l'endurance récompensée

À la surprise générale et tel un phénix, Brendon Hartley a débuté en Formule 1 en 2017 chez Toro Rosso. Au point d'y gagner une place de titulaire pour la saison prochaine !

Bilan saison - Hartley, l'endurance récompensée

Faire le bilan de la saison F1 de Brendon Hartley n'a évidemment rien de commun avec un pilote ayant participé à tous les Grands Prix de la saison, mais ne pas évoquer les débuts en Formule 1 du Néo-Zélandais aurait été injuste. S'il y a des surprises dans une année, son entrée dans la catégorie reine en est certainement une.

Qui aurait imaginé Brendon Hartley, ex réserviste de Red Bull Racing (2009-2010), évincé du Junior Team de la firme autrichienne à l'été 2011, parti tenter sa chance en Endurance en passant d'abord par le LMP2, décrochant le statut de pilote Porsche avec le succès que l'on sait, revenir par la grande porte de la F1 en sautant dans le baquet d'une Toro Rosso pour le Grand Prix des États-Unis ?

Brendon Hartley, Scuderia Toro Rosso

Pensant d'abord à une pige exceptionnelle, on pouvait alors faire un parallèle simpliste avec un précédent nommé André Lotterer, qui avait participé à son unique Grand Prix en F1 avec Caterham en 2014, à Spa-Francorchamps. Mais en faisant appel à Hartley, Red Bull avait un plan très différent en tête : d'abord pouvoir évaluer son ancien poulain, puis avoir la perspective de le placer dans le baquet de la Toro Rosso pour l'intégralité de la saison 2018.

Hartley a donc vécu une fin de saison particulièrement animée, qui l'a vu voyager aux quatre coins du globe et enchaîner les week-ends en F1 avec sa fin de saison en WEC, ponctuée d'un deuxième titre de Champion du monde avec Porsche, venu s'ajouter à un premier succès aux 24 Heures du Mans quelques mois plus tard. Année faste !

La plus vieille recrue de Toro Rosso en 10 ans !

Au cours de ses quatre années passées au plus haut niveau de l'Endurance, en LMP1, Brendon Hartley a fait un apprentissage certainement déterminant. La pointe de vitesse, il l'a rapidement étalée dès ses débuts au volant de la 919 Hybrid. Le reste est venu ensuite. Si le partage de baquet si propre à l'Endurance n'a rien à voir avec ce qui l'attend en F1, il a pu en revanche se constituer un bagage qui sera loin de lui être inutile dans le paddock de la discipline reine… Évoluer au sein d'une structure aussi importante que Porsche, véritable institution, n'avait rien d'un programme "relax", avec un certain nombre de codes à respecter, tout comme un certain standing. Idéal avant le grand bain aseptisé du Formula One Circus.

Brendon Hartley a une chance : celle, rare, d'en avoir eu une deuxième en F1. En débarquant au volant de la Toro Rosso à Austin, il n'avait pas grand-chose à perdre, apportant avec lui la fraîcheur qui le caractérise et saisissant l'occasion simple de réaliser un rêve tout en essayant de réaliser le meilleur travail possible.

Brendon Hartley, Scuderia Toro Rosso STR12

Faire le bilan ou tirer des leçons de ses quatre Grands Prix de fin d'année n'aurait probablement pas de sens. Et même si Pierre Gasly a lui aussi débuté en fin de saison, les éléments de comparaison manifestes sont trop éloignés pour être tenus comme crédibles. Plus que les résultats (le meilleur est une 13e place sur le COTA) – par ailleurs plombés par des pénalités à répétition et avec comme plus haute position de départ la 17e sur la grille au Mexique –, c'est certainement l'impression donnée en interne qui a été décisive.

Pour passer aussi vite de pigiste surprise à remplaçant durable de fin de saison, puis devenir candidat à un baquet de titulaire pour 2018, Brendon Hartley a forcément apporté des garanties dans le garage Toro Rosso quant à la manière dont il a abordé cette expérience. En revanche, il va lui falloir afficher rapidement des progrès et se présenter à Melbourne avec derrière lui la préparation idéale qui lui permettra de transformer l'essai.

En aura-t-il le temps ? C'est une denrée rare et, surtout, une donnée parfois très aléatoire dans le giron Red Bull. Mais il bénéficiera peut-être de l'indulgence imposée par les circonstances : si Brendon Hartley sera en Formule 1 en 2018, c'est aussi parce que le vivier de jeunes talents de la firme autrichienne s'épuise. On pourrait ouvrir un autre le débat sur le sujet, quand on sait qu'à 28 ans, il sera tout simplement le pilote le plus âgé à débuter une saison chez Toro Rosso depuis… Sébastien Bourdais en 2008.

Les chiffres de Toro Rosso en 2017

Toro Rosso, le bilan

partages
commentaires
Le moteur Mercedes prêt à franchir la barre des 1000 chevaux
Article précédent

Le moteur Mercedes prêt à franchir la barre des 1000 chevaux

Article suivant

Aston Martin se voit en "élément perturbateur" des discussions

Aston Martin se voit en "élément perturbateur" des discussions
Charger les commentaires
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes Prime

Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes

OPINION : L'écurie Red Bull a disposé du package le plus rapide pendant la majeure partie de l'année 2021, mais lors de plusieurs épreuves de la dernière ligne droite, elle a gaspillé le potentiel de la RB16B. Deux Grands Prix avant la fin de saison, elle ne peut pas se permettre de le faire à nouveau avec Lewis Hamilton qui réduit l'écart sur Max Verstappen au classement des pilotes.

Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues Prime

Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues

Le DRS oscillant de Red Bull a fait parler de lui lors du Grand Prix du Qatar. Plus précisément, c'est une des configurations de l'aileron arrière de l'équipe qui pose problème.

Formule 1
25 nov. 2021
Hamilton se confie : Verstappen, la diva Mercedes, l'héritier Russell... Prime

Hamilton se confie : Verstappen, la diva Mercedes, l'héritier Russell...

La saison 2021 est certainement l'une des plus intenses qu'ait connues Lewis Hamilton au fil de sa longue et victorieuse carrière en Formule 1. Le septuple Champion du monde s'est confié à quatre médias au Grand Prix du Qatar, dont Motorsport.com, sur de nombreux sujets tels que cette bataille à couteaux tirés avec Max Verstappen, une Mercedes W12 qui lui donne du fil à retordre et son futur coéquipier George Russell…

Formule 1
24 nov. 2021
Les notes du Grand Prix du Qatar 2021 Prime

Les notes du Grand Prix du Qatar 2021

Après le Grand Prix du Qatar, vingtième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
22 nov. 2021
Les plans du Qatar pour sa Coupe du monde annuelle Prime

Les plans du Qatar pour sa Coupe du monde annuelle

Un an avant le début de la Coupe du monde de football 2022, le Qatar organise le premier de ses onze nouveaux Grands Prix de Formule 1. Une exposition médiatique rêvée pour le pays, qui est vivement critiqué sur les questions relatives aux droits de l'homme.

Formule 1
21 nov. 2021
Pourquoi Verstappen se trouve confronté à un héritage Honda Prime

Pourquoi Verstappen se trouve confronté à un héritage Honda

Max Verstappen trouve les pénalités moteur "illogiques", toutefois elles sont en vigueur depuis désormais quatre saisons et ont en grande partie été façonnées par les difficultés rencontrées par Honda au moment de son retour en F1. Retour sur l'évolution récente des sanctions concernant les unités de puissance.

Formule 1
20 nov. 2021
L'influence croissante de la F1 au Moyen-Orient Prime

L'influence croissante de la F1 au Moyen-Orient

L'expansion de la Formule 1 vers de nouveaux territoires n'a pas forcément été accueillie positivement, mais le Moyen-Orient et l'Afrique représentent de nouvelles régions importantes pour le sport automobile. Et les bienfaits commencent déjà à se faire ressentir.

Formule 1
19 nov. 2021