Bilan F1 2017
Dossier

Bilan F1 2017

Bilan saison - Hülkenberg a battu un triste record

Il paraît incroyable qu'un pilote du calibre de Nico Hülkenberg ne soit toujours pas monté sur le podium en Formule 1, et pourtant !

Bilan saison - Hülkenberg a battu un triste record

Pour 2017, Nico Hülkenberg a fait le pari de quitter Force India pour rejoindre Renault, et si la R.S.17 n'avait pas grand-chose à envier à la VJM10 en matière de performance pure, surtout en deuxième moitié de saison, ce pari n'a pas porté ses fruits à court terme.

Cette saison, associé en grande partie à un Jolyon Palmer transparent, Hülkenberg a porté Renault à bout de bras. La R.S.17 avait du potentiel, surtout à partir du Grand Prix de Grande-Bretagne, où le Losange a apporté un nouveau fond plat qui a permis un gain de temps au tour conséquent.

Ainsi, cette saison, c'est à six reprises une Renault qui a été la "meilleure des autres" (première derrière les trois top teams) en qualifications, une fois en première moitié de saison et cinq fois à partir de Silverstone. C'était invariablement l'œuvre de Hülkenberg.

Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17

Sur l'exercice du tour lancé, la comparaison avec Palmer a tourné à la déculottée. En 16 séances qualificatives, il n'y en a qu'une où l'on pourrait considérer que le Britannique s'est montré plus rapide : c'était en Belgique, où il a signé un meilleur chrono que Hülkenberg en Q2 avant de rencontrer un problème technique en Q3. Le reste du temps, il était derrière, la plupart du temps à près d'une seconde, avec un inexplicable gouffre de trois secondes à Melbourne.

C'est dire si Hülkenberg était intraitable, et cela s'est vérifié face à Carlos Sainz lors des quatre derniers Grands Prix, l'Allemand conservant l'avantage à trois reprises. Au total, ce sont 12 passages en Q3 pour lui ; rares sont ceux qui ont fait aussi bien en milieu de grille.

En course, Hülkenberg a été handicapé par le manque de fiabilité de la Renault, bien que dans une moindre mesure par rapport à d'autres pilotes équipés de l'unité de puissance au Losange. Ces soucis techniques lui ont cependant coûté très cher, comme à Singapour, où il a subi un problème moteur alors qu'il était quatrième, ou à Mexico, trahi par son ERS quand il occupait la quatrième place, là aussi, depuis le début de la course.

Ce ne sont pas là les seuls incidents qui ont coûté de gros points à Hülkenberg, sixième lorsque son DRS lui a fait défaut en fin d'épreuve à Suzuka, alors qu'à Bakou, course de toutes les opportunités, il était déjà remonté à la cinquième place quand il a bêtement heurté le mur intérieur d'un virage, brisant sa suspension avant droite.

Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17

Souvent, le reste du temps, les résultats étaient au rendez-vous, avec notamment quatre sixièmes places cette saison : Barcelone, où il a profité des mésaventures des top teams mais a été battu par les Force India, puis Silverstone, Spa-Francorchamps et Abu Dhabi, où il était encore une fois le "meilleur des autres". Sa performance britannique restera la plus convaincante de l'année, avec une avance remarquable de 29 secondes sur les Force India derrière lui. Conclusion : dixième du championnat avec 48 points, soit 84% de ceux marqués par Renault.

Malheureusement, c'est insuffisant pour que Hülkenberg signe enfin un premier podium qui lui échappe depuis le début de sa carrière en 2010. Le vainqueur des 24 Heures du Mans 2015 en est à 135 départs en Grand Prix sans podium, c'est désormais le record, encore plus que les 128 d'Adrian Sutil.

Aucun pilote n'a jamais signé son premier top 3 après avoir participé à plus de 100 Grands Prix. Hülkenberg fera-t-il exception à la règle ?

Les chiffres de Renault en 2017

Renault, le bilan

partages
commentaires
Mercedes visait une F1 "à 90%" en 2017
Article précédent

Mercedes visait une F1 "à 90%" en 2017

Article suivant

Massa : La F1 en a terminé avec le pilotage de "grand-mère" en 2017

Massa : La F1 en a terminé avec le pilotage de "grand-mère" en 2017
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021