Bilan saison : Nico Rosberg

Pour tout pilote de Formule 1 courant au sein d’une écurie de pointe, il n’y a pas de quoi célébrer une neuvième place finale au classement

Pour tout pilote de Formule 1 courant au sein d’une écurie de pointe, il n’y a pas de quoi célébrer une neuvième place finale au classement.

Mais la saison 2012 restera à jamais gravée dans la mémoire de Nico Rosberg car elle sera pour lui l’année de sa toute première pole position, celle de sa toute première victoire en Grand Prix. L’Allemand de 27 ans a atteint l’objectif premier d’un pilote de Formule 1 en Chine, lors de la troisième manche du championnat du monde.

Le premier tiers de la saison a été plutôt convaincant pour Rosberg avec deux podiums et plus de la moitié des points qu’il aura marqué sur l’ensemble de la campagne. A l’issue du Grand Prix du Canada, septième épreuve du calendrier, le fils de Keke Rosberg comptabilisait 67 points quand son coéquipier, Michael Schumacher, n’en avait récolté que deux !

Mais la suite de la saison allait se montrer bien moins prolifique pour l’homme qui sait parler cinq langues différentes. La F1 W03 dont il a disposé a rapidement été larguée par ses rivales de chez Ferrari, Red Bull, McLaren et Lotus.

Rosberg était donc condamné, comme Schumacher, à disputer les courses dans le ventre mou du peloton et à essayer de ramener quelques petits points à l’équipe. Au bout du compte, l’ancien pilote Williams a été victime de trois abandons cette année, ce qui est assez peu comparé aux sept de Schumacher. Mais Rosberg a aussi rallié l’arrivée pas moins de sept fois en dehors du Top 10, synonyme de points, et a connu six Grands Prix consécutifs – du Japon au Brésil inclus – sans marquer de point.

S’il s’est globalement montré pour la troisième année consécutive plus performant que son coéquipier, en marquant près du double de points que lui, le natif de Wiesbaden figure à la dix-huitième place au classement des kilomètres parcourus cette année et à la dix-septième position au classement des tours parcourus. Un résultat peu reluisant et des statistiques plus proches d’un pilote Marussia ou HRT que d’un pilote Red Bull ou Ferrari.

L’année prochaine, Rosberg retrouvera à ses côtés un pilote très loin de lui être inconnu puisqu’il s’agit de son ancien camarade de karting et de GP2, Lewis Hamilton, transfuge de chez McLaren. Le monégasque d’adoption aura de nouveau à faire à un pilote capable de lui faire de l’ombre.

Mais 2013 ne s’annonce pas non plus sous les meilleurs auspices pour lui car il semblerait que son patron, Ross Brawn, ait décidé de concentrer la majorité des forces de l’équipe sur la saison 2014, qui marquera une grande rupture dans la règlementation technique avec, entre autres, le remplacement des moteurs V8 2,4L actuels par des V6 turbo de 1,6L de cylindrée.

La plus grande qualité qu’il va donc sûrement devoir développer est la patience, lui qui a su en faire preuve pendant six ans en attendant de monter pour la première fois sur la plus haute marche du podium.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher , Ross Brawn , Lewis Hamilton , Keke Rosberg , Nico Rosberg
Équipes McLaren , Williams , Ferrari
Type d'article Actualités