Bilan F1 2017
Dossier

Bilan F1 2017

Bilan saison - Ocon, l'étoile montante

Pour sa première saison chez Force India, Esteban Ocon a rempli sa mission. De quoi imaginer un avenir plus brillant encore ?

Bilan saison - Ocon, l'étoile montante

Après avoir gravi les échelons avec succès, Esteban Ocon a franchi une nouvelle étape importante en 2017. Ses débuts en F1 avec Manor lui avaient permis de doubler son coéquipier d'alors et également protégé de Mercedes, Pascal Wehrlein, à tel point que le Français a obtenu la préférence de Force India à l'heure où l'écurie indienne devait faire son choix dans la réserve de talents de la firme à l'étoile. La sélection passée, encore fallait-il décrocher le diplôme !

Sur le papier, la promotion d'Esteban Ocon chez Force India était alléchante mais caractérisait un défi de taille pour le Français. Car mis à part l'enthousiasme légitime de rejoindre une écurie capable de jouer des gros points chaque week-end, la valeur étalon proposée en la personne de Sergio Pérez pouvait faire figure d'épouvantail. Le Mexicain a beau être parfois sous-estimé, la manière dont il avait pris le pas sur Nico Hülkenberg l'année précédente plaidait en sa faveur.

Un métronome au tempo presto !

Les premiers Grands Prix de l'année ont d'ailleurs confirmé cette logique, Pérez dominant Ocon en qualifications comme en course, sans toutefois infliger un écart trop important. En débutant l'année par trois dixièmes places, Ocon a rapidement affiché son sens du perfectionnisme et sa volonté de faire mieux et rapidement. Il a tenu parole en montant en puissance, jusqu'à ne plus jamais lâcher son coéquipier et parvenir à le dépasser de plus en plus fréquemment.

Esteban Ocon, Sahara Force India F1 VJM10, Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM10

Personne n'a oublié à quoi le combat trop rapproché entre les deux coéquipiers a mené. Focalisé sur sa volonté de battre son voisin de garage à tout prix, mais aussi sur son ambition de décrocher un premier podium en F1 – il l'a énormément répété –, Ocon a certainement un peu trop laissé parler sa fougue lors du Grand Prix d'Azerbaïdjan. Ce fut l'inverse à Spa-Francorchamps quelques mois plus tard. Face aux frictions à répétition entre ses deux monoplaces roses, Force India n'a eu d'autre choix que de recourir aux consignes d'équipe pour calmer ses ouailles et surtout assurer sa quatrième place au championnat constructeurs.

Une quatrième place à laquelle est loin d'être étranger le pilote français. Par plus d'un aspect, il a impressionné ses pairs comme les observateurs en cette année 2017, et sa cote n'a cessé de grimper. Sa rapidité ne faisait guère de doute, mais il l'a confirmée ; son professionnalisme et son investissement ont très vite été perçus comme une force ; mais surtout, sa régularité métronomique a été remarquable. Ainsi, il lui aura fallu attendre le Grand Prix du Brésil et un accrochage provoqué par Romain Grosjean pour connaître son tout premier abandon en Formule 1, le premier également en 45 courses consécutives de monoplace !

Avec Interlagos et Monaco, Esteban Ocon n'aura donc connu que deux résultats vierges seulement. Surtout, sa montée en puissance appuyée par les chiffres lui a permis de finalement amasser un total de 87 points, lui offrant la huitième place du championnat pilotes, à 13 unités de son solide et expérimenté coéquipier. C'est le meilleur classement final d'un pilote français depuis Romain Grosjean en 2013.

Le rêve est-il possible ?

Au-delà de la piste, on retiendra également le naturel et la facilité avec lesquels il s'est fondu dans le paddock F1. Plus d'un y ont explosé en vol. Lui – à l'image de son attitude dès les essais hivernaux de Barcelone qui m'avait déjà interpellé positivement – a tout de suite compris les codes et adopté l'attitude parfaitement équilibrée pour y vivre et y survivre.

Esteban Ocon, Sahara Force India F1 VJM10, Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W08

Il peut y avoir une évidence, peut-être même une rengaine, à dire dès aujourd'hui que la saison 2018 devra être celle de la confirmation. Car en F1, la confirmation est nécessaire chaque année, au même titre que la remise en question. Néanmoins, il est probablement légitime de se dire que la prochaine campagne pourrait être déterminante pour fixer l'avenir du jeune Français : à 21 ans, est-il sur la voie royale pour basculer dans la catégorie très fermée des futures vedettes de la discipline, ou manquera-t-il cette marche qu'on ne sait pas toujours très bien situer dans une carrière ?

Aujourd'hui, Esteban Ocon semble avoir toutes les cartes en mains pour valider le premier scénario : une équipe dans laquelle il est plébiscité et où son travail est tenu en haut respect, ce à quoi s'ajoute le soutien pour le moment inconditionnel d'un grand constructeur disposant d'un top team, à savoir Mercedes. Mais en F1, tout va très vite, et les météores de la renommée de Max Verstappen sont rares. Ocon en sera-t-il ? Les conditions paraissent à ce jour réunies, mais la suite est à écrire. Quoi qu'il en soit, à l'heure qu'il est, le Normand est clairement l'étoile montante de la France en Formule 1, et le mieux placé pour espérer, un jour, être le successeur tant attendu d'Alain Prost… En décembre, on a le droit à notre part de rêve !

Les chiffres de Force India en 2017

Force India, le bilan

partages
commentaires
Qualifications 2017 - L'analyse détaillée équipe par équipe
Article précédent

Qualifications 2017 - L'analyse détaillée équipe par équipe

Article suivant

Les détails derrière les nouvelles limitations des suspensions en F1

Les détails derrière les nouvelles limitations des suspensions en F1
Charger les commentaires
Jean Todt et Ferrari : l'hypothèse d'un nouveau chapitre Prime

Jean Todt et Ferrari : l'hypothèse d'un nouveau chapitre

Ce n'est qu'une hypothèse à ce stade, qui a pris corps ce mercredi dans la presse italienne. Quelle forme pourrait prendre l'éventuel retour de Jean Todt chez Ferrari en 2022 ?

Les notes du Grand Prix d'Arabie saoudite 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Arabie saoudite 2021

Après le Grand Prix d'Arabie saoudite, vingt-et-unième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
6 déc. 2021
Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen Prime

Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen

Mercedes a mené la danse lors des essais de la première course de Formule 1 à Djeddah, où Red Bull n'était pas dans le rythme, tant sur les tours lancés que sur les longs relais. Mais, si Max Verstappen peut inverser la tendance samedi, des facteurs familiers à la Formule E pourraient être décisifs dans un nouveau duel serré avec Lewis Hamilton.

Formule 1
4 déc. 2021
Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps Prime

Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps

Les dirigeants de la Formule 1 ont toujours été très sélectifs dans les mots qu'ils ont utilisés pour décrire l'état de préparation du nouveau circuit qui accueille le Grand Prix d'Arabie saoudite.

Formule 1
3 déc. 2021
Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression Prime

Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression

La pression est forte sur Red Bull et Mercedes, alors que débute le sprint final de la saison. La manière dont les deux équipes gèrent cette pression sera un facteur déterminant pour l'attribution des titres pilotes et constructeurs.

Formule 1
2 déc. 2021
L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica Prime

L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica

Quand on regarde la deuxième carrière de Robert Kubica en Formule 1, la tristesse peut vite prendre le dessus. Mais dans un tel contexte, les performances et les résultats ne sont pas ce qu'il y a de plus important…

Formule 1
1 déc. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
28 nov. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
27 nov. 2021