Bilan F1 2017
Dossier

Bilan F1 2017

Bilan saison - Gasly, l'éclectisme avec succès

Super Formula, Formule E, Formule 1... Sacré programme pour ce qui s'annonçait comme une saison d'attente !

Bilan saison - Gasly, l'éclectisme avec succès

En 2016, Pierre Gasly avait fait le nécessaire pour obtenir un baquet en Formule 1, remportant le titre GP2 face à son coéquipier Antonio Giovinazzi. Mais le nécessaire n'avait pas suffi, Red Bull préférant laisser une dernière chance à Daniil Kvyat chez Toro Rosso à l'issue d'une campagne difficile pour le Russe.

À l'image de Stoffel Vandoorne un an auparavant, Gasly a dû prendre son mal en patience en s'exilant au Japon, dans le championnat relevé de Super Formula, dont la Dallara est plus rapide qu'une Formule 2.

La patience fut véritablement le maître mot. La communication entre Gasly et Team Mugen était compliquée, puisque seuls quatre membres de l'écurie maîtrisaient la langue de Shakespeare, dont un ingénieur qui jouait le rôle d'interprète entre son pilote et le reste de l'équipe technique.

Tout était nouveau, mais cela n'a pas empêché le Français de signer des chronos très compétitifs lors des essais de pré-saison avant de connaître deux premières courses plutôt difficiles, conclues hors des points. En revanche, les résultats se sont rapidement améliorés avec une septième place à Okayama et un top 5 à Fuji.

Pierre Gasly, Team Mugen

Intérim électrique à New York

Pendant ce temps, en Formule E, Renault e.dams se retrouvait en difficulté. L'ePrix de New York tombait en même temps que les 6 Heures du Nürburgring, et malgré tous ses efforts, l'écurie sarthoise n'est pas parvenue à convaincre Toyota de libérer Sébastien Buemi, candidat au titre en FE comme en WEC.

Renault e.dams a donc fait appel à Gasly, pilote DAMS lors de la saison 2015 de GP2, qui a fait ses débuts dans la discipline avec une préparation minimale : une séance sur le simulateur aux quartiers généraux de Ruaudin, et une arrivée à New York dans la nuit du vendredi au samedi, quelques heures avant les premiers essais libres, en ayant manqué le shakedown – il fallait donner le priorité au rôle sur le simulateur Red Bull en ce week-end de Grand Prix.

Gasly a certainement impressionné par sa faculté d'adaptation à cette monoplace au comportement singulier. Certes, il a commis une erreur en qualifications le samedi, mais s'est parfaitement rattrapé en course, remontant à la septième place. Le dimanche, il a confirmé sa remarquable compétitivité en signant le meilleur temps absolu du week-end lors des qualifications, même s'il ne s'est classé que quatrième en Super Pole.

En course, il a fait partie du quatuor qui s'est montré dominateur, luttant pour le podium avec acharnement face aux Mahindra, jusqu'à percuter le mur dans le tout dernier virage ! Quoi qu'il en soit, mission accomplie : en finissant quatrième, il privait Lucas Di Grassi de deux points précieux dans la lutte pour le titre, bien que le Brésilien l'ait quand même emporté face à Buemi.

Pierre Gasly, Renault e.Dams

À deux doigts du titre

Gasly a ensuite poursuivi son ascension en Super Formula avec deux victoires à Motegi et à Autopolis, puis une deuxième place à SUGO. À ce stade, il était remonté à la deuxième place du championnat – bien mieux placé que les autres concurrents motorisés par Honda – à un demi-point du leader Hiroaki Ishiura, à l'aube de la finale de Suzuka, où deux courses devaient avoir lieu.

Devaient, en effet, car c'était sans compter sur le typhon qui s'est abattu sur le sud-est du Japon ce week-end-là. Les qualifications ont été disputées sous de fortes pluies, et les deux courses annulées, au grand dam de Gasly, qui voyait là s'évaporer ses chances de titre.

Le Normand était d'autant plus frustré qu'il aurait dû disputer le Grand Prix des États-Unis ce même week-end. En effet, Red Bull a finalement donné sa chance à son protégé pour la fin de la saison 2017 de Formule 1, à partir de la Malaisie, chez Toro Rosso. Après avoir testé la RB13 en Hongrie, Gasly a donc pu participer aux cinq premières courses de sa carrière dans l'élite.

Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR12, immobilisé en piste

Débuts studieux en F1

Les circonstances étaient toutefois difficiles. Pas d'expérience de la Toro Rosso STR12, des problèmes de fiabilité à répétition, 45 places de pénalité sur la grille...

C'est logiquement que Gasly a été dominé par l'expérimenté Carlos Sainz à Sepang et à Suzuka dans l'exercice des qualifications, les abandons de l'Ibère en course rendant toute comparaison impossible lorsque son coéquipier se classait 14e et 13e.

Le rapport de force avec Brendon Hartley sur les trois derniers Grands Prix n'est pas évident à analyser non plus, d'autant que Gasly n'a pas pu participer aux qualifications à Mexico, victime d'un problème moteur en EL3. Toujours est-il qu'il a poursuivi un apprentissage studieux, finissant l'intégralité des courses auxquelles il a participé sans avoir grand-chose à se reprocher, si ce n'est un tête-à-queue à Abu Dhabi.

Les performances n'étaient évidemment pas satisfaisantes, mais ce n'est pas ce qu'on attendait de lui dans ces conditions. La saison prochaine, en revanche, il faudra obtenir des résultats... si tant est que le moteur Honda le permet.

Les chiffres de Toro Rosso en 2017

Toro Rosso, le bilan

partages
commentaires
Red Bull : "Verstappen a vraiment élevé son niveau"
Article précédent

Red Bull : "Verstappen a vraiment élevé son niveau"

Article suivant

Marko : Red Bull "n'a pas pu guérir" Kvyat

Marko : Red Bull "n'a pas pu guérir" Kvyat
Charger les commentaires
Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps Prime

Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps

Les dirigeants de la Formule 1 ont toujours été très sélectifs dans les mots qu'ils ont utilisés pour décrire l'état de préparation du nouveau circuit qui accueille le Grand Prix d'Arabie saoudite.

Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression Prime

Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression

La pression est forte sur Red Bull et Mercedes, alors que débute le sprint final de la saison. La manière dont les deux équipes gèrent cette pression sera un facteur déterminant pour l'attribution des titres pilotes et constructeurs.

Formule 1
2 déc. 2021
L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica Prime

L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica

Quand on regarde la deuxième carrière de Robert Kubica en Formule 1, la tristesse peut vite prendre le dessus. Mais dans un tel contexte, les performances et les résultats ne sont pas ce qu'il y a de plus important…

Formule 1
1 déc. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
28 nov. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
27 nov. 2021
Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes Prime

Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes

OPINION : L'écurie Red Bull a disposé du package le plus rapide pendant la majeure partie de l'année 2021, mais lors de plusieurs épreuves de la dernière ligne droite, elle a gaspillé le potentiel de la RB16B. Deux Grands Prix avant la fin de saison, elle ne peut pas se permettre de le faire à nouveau avec Lewis Hamilton qui réduit l'écart sur Max Verstappen au classement des pilotes.

Formule 1
26 nov. 2021
Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues Prime

Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues

Le DRS oscillant de Red Bull a fait parler de lui lors du Grand Prix du Qatar. Plus précisément, c'est une des configurations de l'aileron arrière de l'équipe qui pose problème.

Formule 1
25 nov. 2021
Hamilton se confie : Verstappen, la diva Mercedes, l'héritier Russell... Prime

Hamilton se confie : Verstappen, la diva Mercedes, l'héritier Russell...

La saison 2021 est certainement l'une des plus intenses qu'ait connues Lewis Hamilton au fil de sa longue et victorieuse carrière en Formule 1. Le septuple Champion du monde s'est confié à quatre médias au Grand Prix du Qatar, dont Motorsport.com, sur de nombreux sujets tels que cette bataille à couteaux tirés avec Max Verstappen, une Mercedes W12 qui lui donne du fil à retordre et son futur coéquipier George Russell…

Formule 1
24 nov. 2021