Formule 1
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé
Bilan F1 2017
Dossier

Bilan F1 2017

Bilan saison - Vandoorne, le professionnalisme à l'état pur

partages
commentaires
Bilan saison - Vandoorne, le professionnalisme à l'état pur
Par :
19 déc. 2017 à 17:02

Faire ses débuts en Formule 1 aux côtés de Fernando Alonso peut s'apparenter à un baptême du feu. Nelson Piquet Jr et Romain Grosjean s'y sont cassé les dents ; seul Lewis Hamilton a tiré son épingle du jeu dans ces circonstances.

Stoffel Vandoorne n'a donc pas démérité, très loin de là, avec la 16e place du championnat et 13 points au compteur, juste derrière son coéquipier. Il est vrai que le protégé de McLaren a eu la préparation idéale à la Formule 1, avec une carrière parmi les plus impressionnantes qui soient en formules de promotion, passant notamment par la Formule Renault 3.5, le GP2 et la Super Formula avec un certain succès – sans oublier de nombreux tests en F1.

Certes, il a fallu prendre son mal en patience, puisque lors des trois dernières saisons, c'est un duo de Champions du monde qu'avait aligné McLaren. La retraite de Jenson Button a toutefois laissé la voie libre à Vandoorne pour rejoindre Fernando Alonso en tant que titulaire, alors qu'un intérim réussi au Grand Prix de Bahreïn 2016 l'avait vu ouvrir le compteur de points de l'écurie l'an dernier.

Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32

Ce fut une saison en deux parties pour Vandoorne, en matière de performance pure. La première, constituée des neuf premières courses, a été relativement difficile. Excepté le Grand Prix de Monaco, où le Belge a dominé le revenant Button, il a été battu par Alonso à chaque séance qualificative, accusant un retard moyen de 0"544 au tour. Et dans ce laps de temps, Vandoorne n'a passé que neuf tours de course devant l'Ibère lorsque les deux McLaren étaient en piste, avec une 12e place pour meilleur résultat.

Les performances se sont toutefois fortement améliorées par la suite. N'ayant passé le cap de la Q1 que deux fois lors des neuf premiers Grands Prix, Vandoorne y est immanquablement parvenu lors des 11 manches qui ont suivi ! Et à quatre reprises, il s'est montré plus rapide qu'Alonso, pour un écart moyen de tout juste un dixième de seconde à l'avantage du double Champion du monde.

Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32

En course, les progrès étaient également notables. Vandoorne a dominé Alonso à Silverstone avant de marquer son premier point de la saison en Hongrie, même si son coéquipier était alors sixième. Surtout, il a mené deux courses extrêmement abouties à Singapour et en Malaisie pour prendre la septième place à chaque fois, impressionnant en particulier sur un circuit de Sepang où la McLaren MCL32 n'était pas censée être particulièrement à l'aise et où seule la Force India de Sergio Pérez l'a devancé parmi les écuries de milieu de tableau.

Bien sûr, il a fallu composer avec le manque de fiabilité de l'unité de puissance Honda, à laquelle sont dues 215 des 218 places de pénalité dont a écopé Vandoorne sur l'ensemble de cette saison 2017, sans oublier les nombreux abandons en course. Le pilote McLaren n'a même pas pu prendre le départ à Bahreïn, victime d'un problème de pression d'eau !

Si l'on peut lui imputer deux accidents le dimanche, Vandoorne aura en tout cas impressionné par sa sérénité et son professionnalisme. Pendant que son coéquipier tempêtait face aux énièmes problèmes de Honda, le rookie est resté calme, appliqué. Cerise sur le gâteau, il ne s'est pas cherché d'excuses, affirmant que son statut de débutant n'était aucunement un alibi pour d'éventuelles mauvaises performances. Un tel état d'esprit couplé au talent qu'on lui connaît, voilà qui devrait faire des étincelles la saison prochaine, avec un moteur Renault qui devrait être plus favorable à l'obtention de bons résultats.

Les chiffres de McLaren en 2017

McLaren, le bilan

Article suivant
McLaren : Ne dites pas sponsor titre mais partenaire majeur !

Article précédent

McLaren : Ne dites pas sponsor titre mais partenaire majeur !

Article suivant

Marchionne décrit 2018 comme la dernière chance de Räikkönen

Marchionne décrit 2018 comme la dernière chance de Räikkönen
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Stoffel Vandoorne
Équipes McLaren Boutique
Auteur Benjamin Vinel