Binotto : Leclerc peut être un "leader incontestable" comme Schumacher

Le directeur de Ferrari, Mattia Binotto, estime que Charles Leclerc peut devenir un "leader indiscutable" pour la Scuderia en F1, à l'image de Michael Schumacher.

Binotto : Leclerc peut être un "leader incontestable" comme Schumacher
Charger le lecteur audio

Depuis qu'il a rejoint Ferrari en 2019, après avoir fait ses débuts en F1 chez Sauber en 2018, Charles Leclerc s'est imposé comme le pilote de pointe de l'écurie, en mettant sous l'éteignoir Sebastian Vettel, quadruple Champion du monde qui occupait ce rôle depuis 2015. Pensionnaire du programme de jeunes pilotes du constructeur italien depuis 2016, le Monégasque a remporté l'an passé ses deux premières courses en discipline reine et signé un contrat à long terme avec la Scuderia jusqu'en 2024.

Pour Mattia Binotto, il est possible de dessiner un parallèle entre les débuts de Leclerc chez Ferrari, dans une situation sportive délicate, et ceux de Michael Schumacher en 1996. "Je fais souvent la comparaison, je pense qu'il y a des similitudes, sans aucun doute", a déclaré le dirigeant italien dans le podcast "Beyond the Grid" de la Formule 1.

Lire aussi :

"À l'époque, de 1995 à 2000, Ferrari investissait. Nous investissions comme nous le faisons aujourd'hui, dans les technologies, mais aussi dans les personnes, en employant des jeunes et de jeunes ingénieurs. Si je regarde Ferrari ces dernières années, nous avons employé beaucoup de jeunes ingénieurs, qui aujourd'hui commencent à devenir nos fondations."

"Il y avait aussi un pilote leader, Michael à l'époque. Je pense qu'aujourd'hui, nous avons Charles. Il est évident qu'il n'a pas autant d'expérience que Michael, car il n'est pas Champion du monde, alors que Michael l'était [en 1994 et 1995 avec Benetton, ndlr]. Nous avons un leader incontestable en tant que pilote. Je pense que c'est important aussi. Je pense qu'il y a l'engagement de toute l'entreprise pour essayer de forger un cycle gagnant à l'avenir."

"Charles est beaucoup plus jeune que Michael à l'époque. Il a besoin, comme souvent, de se développer au sein d'une équipe. Le succès de Ferrari demain dépendra en quelque sorte de la façon dont il se comportera lui-même en tant que leader. Mais je pense que si Michael était déjà un leader, Charles se développe en tant que leader, mais se développe bien."

Lire aussi :

La saison 2020 de Ferrari n'aura pas été à la hauteur de la précédente, en grande partie en raison de l'effondrement de l'avantage moteur de la Scuderia faisant suite à l'enquête de la FIA et à l'accord secret entre les deux parties. Toutefois, Leclerc est parvenu à produire des performances de premier plan, en signant notamment deux podiums lors de la première partie de saison et en figurant encore, à un Grand Prix de la fin, dans le top 6 du championnat pilotes, avec le triple de points de Vettel.

Pour Binotto, Leclerc a mieux piloté en 2020 qu'en 2019, où il a fini quatrième du classement. "Cette année, il a mieux piloté que l'an passé. Je pense qu'avec une voiture difficile comme celle qu'il a eu cette année, il a été fort, constant, il a été capable de s'adapter aux différents tracés, en essayant d'extraire le maximum de potentiel de la voiture."

"Il a progressé dans sa manière de comprendre et de gérer les pneus, pas seulement sur le tour de qualifications où il est très fort, mais également en rythme de course. Il s'est beaucoup développé en tant que pilote. Je pense qu'il est plus fort, par rapport à ce qu'il était. C'est l'expérience, mais pas seulement en tant que pilote, [aussi] en tant qu'homme, il grandit."

"Il est très lié à l'équipe, à Ferrari, et je pense que nos employés le ressentent très bien. J'aime la façon dont il fait partie de notre famille. Il a vraiment la bonne manière d'agir, et j'apprécie son engagement."

partages
commentaires

Voir aussi :

Marino Sato avec AlphaTauri pour les tests d'Abu Dhabi
Article précédent

Marino Sato avec AlphaTauri pour les tests d'Abu Dhabi

Article suivant

Haas "ne cautionne pas" les actes de Mazepin dans une vidéo "odieuse"

Haas "ne cautionne pas" les actes de Mazepin dans une vidéo "odieuse"