Binotto a remis en question son rôle chez Ferrari

Face aux difficultés rencontrées par la Scuderia Ferrari, Mattia Binotto reconnaît s'être demandé s'il était à sa place dans le rôle de directeur d'équipe.

Binotto a remis en question son rôle chez Ferrari

Ferrari connaît en 2020 son pire début de saison depuis 2009 en raison d'une SF1000 en difficulté aussi bien sur le plan aérodynamique qu'au niveau du moteur, avec une perte de puissance que l'on présume consécutive à l'accord confidentiel trouvé avec la FIA sur la légalité du groupe propulseur.

Dans ce contexte, il est légitime d'imaginer la position du directeur d'équipe Mattia Binotto fragilisée, mais les dirigeants de la marque au cheval cabré lui renouvellent régulièrement leur soutien, comme vient de le faire Louis Camilleri, PDG de Ferrari.

Lire aussi :

Lorsque le quotidien italien Corriere della Sera lui demande s'il s'est déjà senti menacé, Binotto répond : "Franchement, jamais, car je sais avoir le soutien de mes dirigeants. Mais je me suis remis en question. Je me suis demandé si j'étais fait pour le rôle de directeur d'équipe."

En effet, à l'origine, Binotto était davantage ingénieur que gestionnaire, lui qui a rejoint le département moteur de la Scuderia en 1995 avant d'en prendre la tête en 2013 puis de devenir directeur technique en 2016. Le transalpin ne manque pas de faire son autocritique.

"J'aurais pu faire mieux dans certains domaines, par exemple la réorganisation technique aurait pu être faite plus tôt", reconnaît-il. "Mais j'estime que mes 25 années en F1 et ma connaissance de cette entreprise sont des éléments clés pour bien faire ce job."

Lire aussi :

"En tant que directeur d'équipe, le premier rôle n'est pas technique. Nous avons travaillé sur la prolongation de Charles [Leclerc], sur le recrutement de [Carlos] Sainz et sur de nombreux autres fronts. Il est possible qu'en étant moins focalisés sur la technique, nous n'ayons pas été suffisamment organisés en déléguant les tâches, mais n'oublions pas que je suis devenu directeur d'équipe sans préavis il y a un an et demi. Cela prend du temps, tous les cycles de victoire l'ont montré. Quand je repense à Ferrari enntre 1995 et 2000, beaucoup de choses ont changé. Cette réorganisation ne sera pas la dernière."

Binotto tient également à clarifier la teneur de ses relations avec Louis Camilleri et le président John Elkann qui, malgré des personnalités très différentes de celle du regretté Sergio Marchionne, ne seraient pas aussi distants que cela a été suggéré par certains observateurs. "J'ai rarement entendu quelque chose de plus erroné", affirme Binotto. "Je ne suis pas seul, je peux vous l'assurer. Je bénéficie de leurs conseils, et leur style de leadership est certainement différent de ce dont nous avions l'habitude auparavant. Mais je ne suis pas seul. Je ne le suis simplement pas."

Avec Franco Nugnes

partages
commentaires

Voir aussi :

Renault : Red Bull ne peut pas gagner avec un motoriste "si distinct"
Article précédent

Renault : Red Bull ne peut pas gagner avec un motoriste "si distinct"

Article suivant

EL3 - Bottas en tête devant les McLaren et Ricciardo

EL3 - Bottas en tête devant les McLaren et Ricciardo
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021