Bolsonaro veut mettre fin au deal McLaren/Petrobras

Le président brésilien désire mettre un terme aussi rapide que possible à l'accord de sponsoring qui rapporte des millions à l'équipe de F1 britannique.

Bolsonaro veut mettre fin au deal McLaren/Petrobras

La manière dont Petrobras dépense son argent est un sujet éminemment politique au Brésil. Le groupe pétrolier nationalisé a été au cœur de nombreux scandales de corruption ces dernières années, impliqué dans une série d'affaires baptisées "lava jato", désignant le détournement et le blanchiment de fonds publics à l'adresse de tiers privés et de personnalités politiques influentes, dont de nombreux membres des différents gouvernements successifs. Régulièrement utilisé comme outil politique pour faire pencher l'opinion publique au Brésil, le décompte des dépenses officielles ou en sous-main de Petrobras est un sujet aussi sensible que celui du pétrolier d'État vénézuélien PDVSA, contraint de mettre fin il y a quelques années à ses substantielles dépenses en F1 qui soutenaient la carrière de Pastor Maldonado.

Après s'être déjà fait remarquer récemment par le monde de la Formule 1 pour son annonce de la construction d'un circuit à Rio voué à recevoir le Championnat du monde en lieu et place d'Interlagos (par ailleurs subventionné par... Petrobras et la principale chaîne de télévision Globo), le président brésilien Jair Bolsonaro a cette fois fait savoir publiquement qu'il souhaitait mettre fin au contrat liant McLaren au groupe pétrolier, et contrôler cette dépense publique, dans un contexte où Petrobras licencie un grand nombre d'employés.

Lire aussi :

L'accord technologique et financier est très important pour les fonds de l'équipe britannique, qui a entamé début 2018 une relation contractuelle de cinq ans pour un montant total de 782 millions de reals brésiliens, soit près de 170 millions d'euros.

Petrobras est possédé à 64% par l'État brésilien. "En 2018, Petrobras a signé un contrat publicitaire de 782M R$ avec McLaren, valide cinq ans", a tweeté le président Bolsonaro sur son compte Twitter officiel. "Actuellement, la compagnie, sur décision de mon gouvernement, cherche une manière de mettre fin au contrat."

Contacté par Motorsport.com, McLaren n'a pas commenté la nouvelle. Petrobras s'est déjà retiré de la compétition nationale "Seletiva de Kart", qui avait soutenu pendant 20 ans les jeunes pousses du monde des sports mécaniques au Brésil. La recherche d'une optimisation des dépenses des groupes nationaux fait partie d'un grand projet de réforme économique et politique de Bolsonaro, élu en 2018 et ancré très à droite de l'échiquier politique local, et souhaitant se distinguer de toute manière possible des décisions prises par les gouvernements successifs de Lula, désormais emprisonné pour corruption, et Dilma Rousseff, sur qui pèsent aussi de lourdes accusations.

Lire aussi :

partages
commentaires
Red Bull a subi l'arrivée de deux nouveautés simultanées

Article précédent

Red Bull a subi l'arrivée de deux nouveautés simultanées

Article suivant

Comment se classe le GP de France en termes de spectacle

Comment se classe le GP de France en termes de spectacle
Charger les commentaires
Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ? Prime

Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ?

Lors des 25 dernières années, deux Américains seulement ont couru en Formule 1, sans marquer le moindre point. Qu'est-ce qui explique ce manque de succès dans la catégorie reine du sport automobile ?

Formule 1
20 juin 2021
Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1 Prime

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1

Deux dixièmes places lors des dernières courses ont permis à Alfa Romeo de se hisser en tête de la lutte parmi les écuries de fond de peloton, mais à plus long terme, l'équipe basée en Suisse a des ambitions bien plus grandes. Avec les nouvelles règles de 2022 qui devraient équilibrer les choses, le patron de l'écurie, Frédéric Vasseur, a de bonnes raisons d'être optimiste, comme il l'a expliqué à Motorsport.com dans une interview exclusive.

Formule 1
19 juin 2021
Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Formule 1
18 juin 2021
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021