Formule 1 GP de Grande-Bretagne

Bonnington : "Je n'ai pas pleuré, j'avais quelque chose dans l'œil"

Peter Bonnington est revenu sur la victoire de Lewis Hamilton au Grand Prix de Grande-Bretagne 2024 de F1.

Le vainqueur Lewis Hamilton, Mercedes-AMG F1 Team, sur le podium avec Peter Bonnington, ingénieur de course, Mercedes-AMG F1 Team

Sa voix est aussi reconnaissable et omniprésente dans les oreilles des téléspectateurs que l'homme est discret une fois que les séances s'achèvent. Peter Bonnington, l'ingénieur de course de Lewis Hamilton depuis son arrivée chez Mercedes en 2013, a pourtant pris sa part dans le 104e succès du Britannique en Formule 1, comme pour les 82 autres depuis que le tandem a été formé.

Leurs échanges sur la stratégie et la gestion de l'épreuve ont ponctué la course, l'un des moments décisifs ayant été le refus de Hamilton de chausser les pneus intermédiaires au moment où son ingénieur lui conseillait de le faire en fin de premier relais, jugeant la piste trop sèche par endroit pour que ce pari soit payant.

La victoire qui a suivi était forcément symbolique et libératrice, d'autant plus à domicile, deux ans et demi après la façon dont la saison 2021 s'est achevée. Les larmes qui ont coulé chez Hamilton après un nouveau succès record, lui qui est pourtant à la tête du palmarès le plus fourni de l'histoire de la discipline et au plus haut niveau depuis 2007, ont été partagées par "Bono".

"Je ne dirais pas que j'ai pleuré ! J'avais quelque chose dans l'œil !" a d'abord plaisanté Bonnington au micro de Sky Sports, avant d'ajouter sur une note plus sérieuse : "C'est très émouvant. Ça faisait très, très longtemps. Lui et moi avons travaillé dur pour essayer de revenir à ce niveau. Des petits pas. Il en a fallu beaucoup jusqu'à présent."

Peter Bonnington et Lewis Hamilton avec le trophée de la victoire à Silverstone.

Peter Bonnington et Lewis Hamilton avec le trophée de la victoire à Silverstone.

Bonnington a eu l'insigne honneur d'être le représentant de l'écurie Mercedes sur le podium du Grand Prix de Grande-Bretagne, une façon pour la structure de ne pas séparer le duo formé avec Hamilton et de récompenser la patience qui aura été la leur pour finalement retrouver une position à laquelle, fut un temps, ils étaient habitués.

Interrogé ensuite sur la clé de cette victoire, qui s'est véritablement dessinée une fois les commandes prises à une douzaine de tours du but, l'ingénieur britannique a ajouté:  "Les retours qu'il m'a donnés, sur l'équilibre lors du premier relais, n'étaient pas très bons. Nous savions où nous devions corriger la voiture. Je pense que nous avons mis la voiture dans une très bonne position pour le dernier relais, afin de lui permettre d'attaquer."

Une attaque qu'il a tout de même fallu contenir un temps, pour ne pas hypothéquer ses chances en abîmant trop et trop vite les gommes tendres : "On savait que les pneus avant seraient à la peine. Il fallait donc s'assurer d'avoir assez de train avant pour les protéger. Il a fait du très bon travail. Quand les choses se jouent sur le fil, on peut compter sur lui pour gérer les pneus et aller au bout."

Pour autant, pensait-il que son pilote allait résister au retour en fanfare d'un Max Verstappen armé de pneus plus résistants ?  "Je ne dirais pas qu'il n'y a eu aucun doute ! Mais quand il a le mors aux dents... Dès qu'il m'a dit de me taire, je savais que les choses sérieuses avaient commencé."

Lire aussi :

VIDÉO - Un fin de course incroyable à Silverstone

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Le mystère qui se cache sous la bosse de la Mercedes W15
Article suivant McLaren : "Il faut continuer à construire"

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France